Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
Blog de Jean-Claude Grosse

Poèmes à pile ou face pour Olga et Svetlana/J.C. Grosse

Rédigé par grossel Publié dans #poésie

Ces deux poèmes sont à lire dans un ordre tiré au sort par le lecteur, pile ou face.

Je les ai publiés pour le 40° anniversaire des premiers pas de l'Homme sur la lune, le 20 juillet 1969, à 21 H 36, bien après que poètes et peintres aient imaginé la chose.

Je les actualise ce jour, 25 juillet 2014, après avoir revu Olga, quelques minutes, 5 ans après, dans un autobus biélorusse où j'ai présenté Diderot, le 13 juillet entre 10 H 45 et 11 H 30, sur le parking de Lançon de Provence. JCG

1 ou 2 pile ou face
Rencontre avec Sv
etlana

Tu es venue du pays des 10000 lacs

Je suis arrivé de Sully sur Loire

Au pays des 10000 lacs

Ton visage de 32 ans a 10000 images

N’es-tu que mirage

Es-tu vraiment Claire

Au château de la Trémouille

J’ai fait un tabac

Avec mes poèmes

Sur Mélissa

Philomène

Ne suis-je qu’un manieur de phonèmes

A Vitebsk

Ta ville si souvent assiégée

Par le passé

Tu as fait un carton

Avec le Monument pour une ville détruite

D’Ossip Zadkine

A Rouen brûlant Jéhanne

A eu lieu

Une rencontre

Offerte par le dieu

Anonyme au milieu de 80 flammes

Je ne t’ai pas vue

Ce 16 juillet 2009

Entre 9 heures et midi

Je n’ai pas eu de flash

D’illumination

Ce ne fut pas un coup de foudre

Ce fut lente émergence

Photo sortant du polaroïd de la vie

Et moi qui vous présentais

L’art de la présence

Le don du présent

J’ai fini par ne plus voir que toi

Entre 15 et 18 heures

Tu étais tellement présente

A cette présentation

Tu me donnais ton adhésion

Dans ton regard il y avait

Le plus précieux

La compréhension intelligente

D’une démarche de vie

Le théâtre de la cruauté

Comme offrande

Ouverture aux autres

Rassemblées

Diffusion d’énergie négative

De terreur

Le théâtre de la cruauté

Comme puissance de déconstruction

Torture des autres

Coincées

Dans leurs jupes sans tourbillons

Leurs corps sages sans horizons

Ouverture de toi déjà ouverte

A des Promenades d’Amoureux

Entre ciel et terre

Selon le cœur de Marc Chagall

Joyeux carnaval de corps légers

Allégés de leur poids de Terre

Cirque céleste pour colorier

D’amour et d’espoir

La vie vouée à la mort

Toi déjà offerte à l’homme de ta vie

Toi en recherche d’un compagnon de vie

Gâtée par le dieu qui t’en a fait rencontrer deux

Désespérée d’avoir à choisir

Au risque de perdre l’un et l’autre

Poussé par l’audace de l’intuition

Je fraie une voie à une brève rencontre

Ce 17 juillet 2009

A 9 heures du matin

Je contemple ton visage

Sans fard

Je pourrais y passer ma vie

C’est l’infini là ici

Si près

Je regarde ton regard

Qui parfois faiblit

Paupières battantes

Prêtes à l'envol

J’écoute tes paroles

Elles m’entraînent

Dans les labyrinthes

Sans fil de sortie

De ta pensée

Sur la vie

Le monde

En un quart d’heure

Tu te livres

Me livre

L’intimité de ton intimité

Ta philosophie de la vie

Le dieu est peut-être Dieu

Peut-être hasard

Peut-être destin

Peut-être destination

Peut-être création libre

Ton front porte une souffrance

Qui ne se livre pas

La transparence de l’échange

Rend plus opaque ton opacité

La dualité des contraires

L’unité des contraires

Qui t’animent

Animent le monde

Dans l’après-midi du 17 juillet

Tu as été MM rencontrant JFK

Pour une montée au 7° ciel du désir

De la sensualité déchaînée

Exprimée par ta voix d’eau calme

Sans prendre dans ton regard

L’auditoire

J’étais au premier rang

Après la prise de photos

J’ai traîné dans le hall

Souhaitant que le dieu nous réserve

La possibilité de prendre à droite

Sur la carte

Ce chemin qui se découvrait

Vers le pays des 10000 lacs

Vers le midi des Tournesols de Vincent

Car il existe n’est-ce pas

Des halls qui sont des ports

Des instants-navires

Pour partir

Repartir

Changer d’enveloppe terrestre

De carte d’identité

Au largage d’amarres j’étais prêt

Tu es partie pour une destination

Secrète

Secrètement

Dans l’après-midi

Sans traverser le hall

A 19 heures 03

Ce 17 juillet 2009

J’ai quitté Rouen brûlant Jéhanne

Les 10000 lacs de ton pays

Les 10000 images de ton visage

Les 10000 mirages à tournis

A 20 heures 49

Je débarquais à Paris Bercy

Jean-Claude Grosse, le 18 juillet 2009

2 ou 1 face ou pile
Rencontre ave
c Olga

Tu es venue du pays des 10000 lacs

Je suis arrivé de Chailles Loir-et-Cher

Au pays des 10000 lacs

Ton visage de 34 ans offre

L’image de la douceur

Au château des Brosses

J’ai fait un tabac

Avec Moi l’élu

De Say Salé

Auteur burkinabé

A Minsk

Ta ville convoitée

Ayant changé si souvent de maîtres

Par le passé

Ta Ville Héroïque

Tu as fait un carton

En accueillant

Rue Internationale

Le futur assassin

Commis d'office

De JFK

Après avoir accueilli

Dans la Maison en bois

De la Ville haute

Le 1° congrès du POSDR

A Orléans acclamant Jéhanne

A eu lieu

Une rencontre

Offerte par le dieu

Reconnue au milieu de 80 femmes

Je t’ai vue

Ce 16 juillet 2009

Entre 9 heures et midi

Attentive

Appliquée

Souriante

Et moi qui vous présentais

L’art de la présence

Le don du présent

J’ai trouvé en toi

L’appui

Pour aller plus loin

Au cœur des corps

En attente d’expression personnelle

Tu étais tellement présente

A cette présentation

Dans ton regard il y avait

Le plus précieux

La compréhension intelligente

D’une démarche de vie

Le corps qui parle

Comme offrande

Ouverture aux autres

Rassemblées

Diffusion d’énergie positive

D’enthousiasme

Le corps qui parle

Comme puissance de reconstruction

Ouverture des autres

Coincées

Dans leurs jupes sans tourbillons

Leurs corps sages sans horizons

Ouverture de toi déjà fermée

A une histoire d’amour terminée

Toujours ouverte à l’éducation du garçon

Né de vos ébats

Toi sensible à l’exemple aventureux de ta mère

Toi avouant sans complexe ton bonheur de vivre

Poussé par l’audace de l’intuition

Je fraie une voie à une brève rencontre

Ce 17 juillet 2009

A 3 heures de l’après-midi

Je contemple ton visage

Maquillé pour la circonstance

Incarner MM

Je pourrais y passer ma vie

C’est l’infini là ici

Si près

Sur ces lèvres pulpeuses

Je regarde ton regard

Qui ne faiblit pas

Par fierté

Et c’est bon

Ce face à face

Yeux dans les yeux

J’écoute tes paroles

Elles m’entraînent

A L’Île des Larmes

Au Parc Loshysta

Au bord de la Svislotch

Pour des balades sous la pluie

Sous parapluie

En un quart d’heure

Tu te livres

Me livre

Tes occupations de chaque jour

Ta philosophie de la vie

La transparence de l’échange

Rend ta transparence lisible

Dans l’après-midi du 17 juillet

Tu as été MM se confiant

Au dictaphone

Pour Ralph Greenson

Avouant ses baises infinies

Sans orgasme

Comprenant enfin

Que l’orgasme

Se passe

Dans la tête

Pas dans le sexe

Quel plaisir de te voir assumer

Cette proposition de passeur

Avec sérénité

Sans émois particuliers

Avec ta voix d’eau calme

Prenant dans ton regard

L’auditoire

Moi au premier rang

Piquant un fard

Après la prise de photos

J’ai traîné dans le hall

Souhaitant que le dieu nous réserve

La possibilité de prendre à droite

Sur la carte

Ce chemin qui se découvrait

Vers le pays des 10000 lacs

Vers le midi des Soleils noirs

Car il existe n’est-ce pas

Des halls qui sont des ports

Des instants-navires

Pour partir

Repartir

Changer d’enveloppe terrestre

De carte d’identité

Mais au largage d’amarres je n'étais pas prêt

Dans l'imaginaire peut-être

Pas dans la réalité

A 18 heures 30

Tu es venue

Me remercier

Je t’ai remerciée

Une amitié est née

A 19 heures 03

Ce 17 juillet 2009

J’ai quitté Orléans acclamant Jéhanne

Les 10000 lacs de ton pays

L’image de ton visage heureux

Le sourire de tes yeux

A 20 heures 49

Je débarquais à Paris Bercy

Jean-Claude Grosse, le 19 juillet 2009

qui est entre de bonnes mains ? qui est Olga ? qui est Svetlana ? à pille ou face ! les poèmes disent peut-être une préférence pour une géographie  (Minsk, Sully sur Loire) ou pour une autre (Vitebsk, Chailles)

qui est entre de bonnes mains ? qui est Olga ? qui est Svetlana ? à pille ou face ! les poèmes disent peut-être une préférence pour une géographie (Minsk, Sully sur Loire) ou pour une autre (Vitebsk, Chailles)

Partager cette page

Repost 0