Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Blog de Jean-Claude Grosse

La Nuit des Buveurs (Le Banquet)/Platon-Guénoun

2 Juillet 2008 , Rédigé par Jean-Claude Grosse Publié dans #spectacles

quand une grande actrice s'en mêle
comme citoyenne
lettres lues à la cartoucherie de Vincennes, le 7 avril 2008, dans le cadre d'une manifestation organisée par RESF; la 1° lettre lue a été écrite par Paula Albouze, la 2° par Brigitte Vizard.

son message audio

La Nuit des Buveurs (Le Banquet) de Platon

mise en scène de Denis Guénoun
avec des étudiants en 2° et 3° années
du Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique



Denis Guénoun s’est vu confier la responsabilité d’un atelier de 7 semaines pour amener les étudiants de 2° et 3° années du Conservatoire à présenter un travail public. Il a choisi de les faire travailler sur Le Banquet de Platon, un des textes majeurs de la philosophie.
Belle initiative du Conservatoire et de Denis Guénoun.
Il a fait ce qu’il fallait pour mettre le texte de Platon en accord avec aujourd’hui et sans doute aussi avec le temps de Socrate.
L’insistance sur les marqueurs de l’énonciation permet aux deux narrateurs de distribuer les rôles tout en jouant la narration et rend très lisible, très visuel ce qui se passe.
Quelques termes comme « moche », « l’érotique », traductions possibles parmi d’autres (ce qu’on appelle des partis pris de traduction) de termes du Banquet permettent de refaire entendre du neuf sous la surcharge des commentaires et des traductions, et sous l’effet d’effacement du sens par l’usure. « Beau » opposé à « laid » peut finir par ne plus nous parler. « Beau » opposé à « moche » peut nous redonner à penser.
Le travail a été présenté 4 fois, salle Louis Jouvet, au Conservatoire, du 25 au 28 juin 2008 à 19 H 30.
Le travail sur Le Banquet de Platon, présenté en 2 temps : Avant Socrate et Avec Socrate, dans une salle surchauffée donc inconfortable n’a pas empêché le public d’être captivé par presque 3 H de jeu, de dialogue, d’éloge.
L’espace agencé en grand rectangle, public réparti sur les 3 côtés d’un U, nous intégrait pleinement et c’est sans aucune baisse d’attention que j’ai participé à ces échanges sur Éros.
Ayant lu, et relu, il y a longtemps, Le Banquet, j’avais fini par « oublier » ce texte : il y a des âges peut-être pour les textes de philosophie comme pour tout texte. 
Ce spectacle m’a montré ce dont je ne doutais pas : tout peut faire théâtre comme le dit Denis Guénoun dans sa Lettre au directeur du théâtre (Les Cahiers de l’Égaré, 4° édition) et Le Banquet, devenu La Nuit des Buveurs (pensons à Rabelais et à son prologue de Gargantua), a retrouvé pour moi toute son actualité, sa sensualité, son acuité.


Voilà une invite pour les artistes à se coltiner avec ces dialogues qui ont un air de pièce de théâtre et une invite pour tous à philosopher avec du jeu, des corps, des mots de tous les jours, nettoyés, retrouvant leur simplicité, leur réalité, leur vérité. À vous de dire si j’ai joué de la synonymie.
Merci donc aux 13 étudiants du Conservatoire qui ont joué ce jeu d’actualisation, d’incarnation, au milieu de nous, nous prenant à témoin.


Belle utilisation de l’espace, travail précis des lumières, musique adaptée aux propos, costumes suffisamment divers pour gommer les différences tout en affirmant appartenances géographiques et culturelles.


Merci à Denis Guénoun qui trouve là l’occasion de renouer comme philosophe avec son histoire d’homme de théâtre, avec quelque chose de L’Attroupement et de son souci du peuple, des gens rassemblés.



Lire la suite