Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Blog de Jean-Claude Grosse

Les 10 mots qui nous relient

26 Mars 2011 , Rédigé par grossel Publié dans #bocals agités

Le bocal agité sur les 10 mots qui nous relient s'est déroulé mardi 22 mars, 24 rue des Riaux à Toulon. En partenariat avec L'Écrit-Plume de Sylvie Combe et l'association Idéal. Plusieurs nationalités : Sierra Leone, Algérie, Espagne, Thaïlande, Chine, Russie et France (si, si). Plutôt que de faire écrire en solitaire, l'agitateur a relié les écrivents en complices, en cordée, en choeur, leur a fait chercher le fil rouge d'un fait divers. L'après-midi, temps des actants, fut très riche car l'investissement de ces apprenants leur permit en deux passages en cordée, en choeur, en complices, de faire des progrès spectaculaires (élocution, prononciation, intonation) applaudis par les autres. Merci à toutes et à tous.

JCG

 

les dix mots qui nous relient

main, cordée, complice, avec, harmonieusement,

agapes, accueillant, fil, réseauter, choeur

 

marseillaise du 24 mars 2011-copie-1

 

var-matin-du-24-mars-2011.JPG

Photos

bocal-agite-2.JPG

bocal-agite-1.JPG

bocal2.JPG

bocal.JPG

Textes

 

 
10 MOTS


On m’a offert dix mots.
Il me faut maintenant les apprivoiser avant de les coucher sur le papier.
 Je suis perplexe devant cette liste complexe
Et le premier réflexe est de faire appel à  mon cortex.
Je passe de l’un à l’autre, je batifole, je caracole
Tout à coup, ces mots coquins, ces mots malins
Me font un clin d’œil complice plein de malice
Ils se veulent rassurants et accueillants.
Ils m’encouragent et ma main glisse sur la page
Du carnet de voyages.
 Je vais les accommoder harmonieusement
Avec parcimonie et à bon escient.
Un point, une virgule, une majuscule, une minuscule,
une apostrophe, une anicroche……..
La table des mots qui riment est enfin dressée
Et les agapes peuvent commencer.
Il suffit de suivre le fil de ma pensée
Et les mots s’imbriquent les uns dans les autres avec majesté.
Le premier de cordée aura la responsabilité de cette équipée
Sauvage au pays des mots volages.
Les sonorités se bousculeront pour avoir la meilleure place
Mais le chef du vocabulaire les installera  à sa manière.
Pour que la rime soit croisée elle devra s’intercaler
Pour qu’elle soit embrassée elle se laissera encadrer.
Mais elle pourra aussi se mêler ou se panacher
au gré de l’inspiration et sans autre condition.
Qu’elle soit serpentine, féminine ou masculine
La rime coquine se figera soudain comme une figurine.
La rime indisciplinée qui n’aura pas respecté l’ordre attribué sera sanctionnée
Et sommée de reprendre sa place initiale pour éviter tout scandale.
Il ne me  restera plus qu’à réseauter  pour que le jour fatidique soit magnifique.
Tout sera alors fin prêt et bien ordonné.
Le chef d’orchestre donnera le signal du départ et
Le chœur des rimes riches
Entonnera  l’hymne des acrostiches.
Les fanfares défileront sur le macadam
Et c’est pour vous messieurs mesdames que je déclamerai ce slam.


Marie-Hélène

 

Complices


Les peuples devraient se donner la main en suivant un fil conducteur afin de ne pas se perdre en cours de route, respecter le chœur des nations  souveraines de leur autonomie, afin que les dictateurs n’aient pas la main mise sur les richesses de leur pays.
Resauter sur le net afin de se tenir au courant des évènements qui se passent de par le monde et pouvoir agir de sorte que plus jamais un peuple ne soit encordé à un pouvoir autoritaire

Le rêve absolu serait que toutes les nations puissent chanter en chœur une chanson universelle. Ce chant pourrait être à la gloire de ce jeune tunisien qui s immola par feu, fil rouge d’un combat pour plus de liberté.

Alors en d harmonieuses  agapes, son nom des Pôles aux plus hauts sommets des Andes sera honoré en la résistance toujours vivante au cœur des hommes.

Complices accueillants, en définitive, n’est-ce pas là le devenir meilleur de l’humanité?

Et ces mots qui nous relient seront l’internationale du Futur

Les complices, Hélène, Fatiha, Patricia

 

Une cordée
 
Cet été, telle une cordée d’alpinistes, nous avons décidé de partir en Ardèche faire du rafting. Nous étions harmonieusement complices de l’avenir d’aventures et de découverte de l’environnement où nous voulions aller.
C’était une aventure épique !
Après une heure de bonheur dans le canot pneumatique, le débit de l’eau a soudainement augmenté. Le canot était projeté violemment contre les rochers du canyon et tout le monde criait. La peur nous avait envahis.
Naturellement, nos mains se sont jointes et sont restées soudées, alors que la vitesse du canot devenait vertigineuse.
Tout d’un coup, une vague monumentale s’est abattue sur notre embarcation, nous arrachant un cri commun de panique. Mais tout le monde s’est tenu les mains très fort.
Finalement, le calme est revenu. Tout le monde était sain et sauf et heureux d’avoir ressenti cette montée d’adrénaline.
C’était un bon moment de complicité après la peur qui nous avait enveloppés pendant de longues minutes.
Cette formidable cordée a été un beau symbole de la solidarité humaine face à la difficulté.
 
 

 

La cordée : AURELIE, LIN LI, CELSO, BUA, KATIA, ALEXANDRA

 

Je m’appelle Djamila.
Par  un beau mois d ‘aout, j’ai quitté mon pays : L’Algérie.

Je suis partie avec mon papa vers l’inconnu, c’est en terre de France que nous avons débarqué  dans un pays accueillant.
Ma tante nous attendait  pour nous offrir des agapes et nous avons partagé harmonieusement  ces instants.
Mon cousin est devenu mon complice et main dans la main, nous avons construit notre vie. Nos enfants Sabri et camélia forment le chœur de notre famille.
Ils sont le fil de notre avenir, nous formons une cordée très unie.

Dans le choeur, la voix de Djamila

 

Pour moi, ce Toulon d’aujourd’hui je le trouve beaucoup moins accueillant qu’autrefois
Si les marins, en « cordée » ne viennent plus faire leurs agapes dans ce quartier du Portalet  avec ces dames  des bars à matelots, comme complices.
Ensemble, ils chantaient des chansons de corps de garde et mettaient de l’ambiance.
Pour les Toulonnais de ces quartiers populaires, la solidarité avait un sens, et on vivait main dans la main.
En ce temps là, on ne resautait  pas, mais le fil de l’amitié nous reliait et les difficultés nous semblait moins pénibles …

Dans le choeur, la voix de Gilbert

 

jean-claude.JPG

 

Fait divers

Une femme retrouvée inanimée passage des Riaux.
« La famille n’est pas étonnée ! »

 

C’est ce matin, à l’aube, que le corps sans vie d’Hélène Delage, soixante-trois ans, a été retrouvée par un passant dans la rue des Riaux à Toulon.
La femme qui a reçu trois coups de couteau dans le dos, menait, selon ses proches « une vie dissolue ».
La famille de la victime ne s’estime donc « pas surprise » de son assassinat.
Au fil de la matinée, les inspecteurs chargés de l’enquête ont pu nous fournir plus de renseignements : « un fil rouge mystérieux a été découvert dans les cheveux de la femme ».
L’enquêtrice Dupond nous a précisé que l’équipe attend les résultats du laboratoire médico-légal pour, peut-être, comparer un ADN présent sur la fibre filandreuse avec les archives de la police.
Le médecin légiste a pu toutefois confirmer l’heure de la mort, située entre 5 et 6 heures du matin selon toute vraisemblance.
L’assassin aurait donc filé quelques instants avant la découverte macabre.
Cet énigmatique fil rouge pourrait donc être le point central de l’affaire…

 

Sylvie, Karine, Manon, reporters


Lire la suite