Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Blog de Jean-Claude Grosse

L'incertaine apparence de l'île de Port-Cros

11 Novembre 2012 , Rédigé par grossel Publié dans #cahiers de l'égaré

 

couv-JCG.jpg

 

 

L’incertaine apparence de l’île de Port-Cros

____

 

 

img009.jpg

 

 

La petite île de Port-Cros aura connu une histoire chaotique, parfois pleine de bruit et de fureur, en parfaite contradiction avec le Parc national qu’elle est devenue voici 50 ans.

Elle aura aiguisé des appétits guerriers, industriels et agricoles, touristiques aussi, qui auraient dû la ravager pour toujours. Rétrospectivement, rien ne paraîtra donc jamais plus improbable que son avenir en cœur de parc.

Mais quelques amoureux de la beauté, de la poésie et du silence eurent raison des logiques dominantes et le rendirent possible. Elle reste aujourd’hui à l’écart de la Côte d’Azur.

Les photos de Bernard Plossu, en tirage Fresson, loin du bruit et des apparences, révèlent la gravité de sa lumière.

 

 

François Carrassan

 

 

 

Ce livre paraît aux Cahiers de l'Égaré ce 13 novembre 2012


Texte de François Carrassan :


Un moment bienheureux

 

40 Photos de Bernard Plossu selon le procédé Fresson :

 

Loin du bruit

 


Le Procédé Fresson

___

 

img020.jpg

 

 

 

J'utilise le procédé Fresson depuis 1967.
Les tirages au charbon qui en résultent sont mats et ont du grain, avec une ambiance qui me permet  de garder  le même climat que dans mes photographies noir et blanc.

L’idée de montrer Port-Cros en couleur Fresson m’a semblé non seulement originale mais aussi un moyen de révéler l’aspect inattendu de la lumière de Provence.

 

Ainsi Port Cros ne « brille » pas sur papier glacé, éclatante sous un soleil redondant, mais au contraire apparaît comme un lieu où la lumière voilée donne la véritable intensité de la Méditerranée.

Ainsi on ne joue pas de la beauté trop évidente, mais de l'opacité que crée l’excès de lumière, comme si un invisible rideau mat calmait le jeu et donnait alors à ce site sa vraie dimension poétique, sans le trahir par l'apparence quasiment kitsch des ciels trop bleus des trop belles photographies…

Le miracle Fresson est  de savoir restituer la vraie couleur des lieux, plutôt que de les embellir bêtement.
Rien n'est plus difficile que de faire de la couleur dans "le midi"
.Grâce à Fresson et à son papier mat,  nous sommes dans le domaine de la vraie nature et pas dans l'éclat des apparences.

Nous sommes dans la gravité de la lumière.

Bernard Plossu

 

Le procédé au charbon direct (avec pigments constitués de charbon de bois pulvérisé) a été inventé par Théodore-Henri Fresson vers 1890. Son fils Pierre a réalisé, en 1952, le premier tirage charbon couleur.

Les pigments sont couchés sur un papier gélatiné sensibilisé au bichromate de potassium et, sous l’action des ultra-violets, la gélatine durcit, emprisonnant le pigment. Chaque image est ensuite dépouillée par un frottement régulier d’un mélange de sciure de bois et d’eau.

Cette technique s’apparente au procédé offset : trois images en cyan, jaune et magenta se superposent pour recréer les couleurs ; une quatrième couche noire est ensuite ajoutée.

On obtient une quadrichromie dont les tons sont continus, sans trame.

(in PLOSSU Couleur Fresson, Théâtre de la Photographie et de l’Image, Nice, 2007)

 

 

Bernard Plossu et François Carrassan ont signé leur livre


à la librairie Charlemagne à Hyères


le 18 décembre 2012, à partir de 17 heures

 


Lire la suite