Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Blog de Jean-Claude Grosse

Les constellations du hasard/Valérie Boronad

2 Septembre 2008 , Rédigé par Jean-Claude Grosse Publié dans #notes de lecture

Les constellations du hasard
de Valérie Boronad
chez Belfond
boronad_les-constellations-du-hasard.jpg
Premier roman. Envoyé par la poste. Retenu et publié.
Une réussite.
L’histoire : un  jeune écrivain français d’origine bretonne, Luc Kervalec, part aux Etats-Unis, un manuscrit dans sa sacoche, pour rencontrer Paul Auster, son maître en écriture, espérant son soutien. Las, le manuscrit est volé, envolé, noyé dans les eaux froides de l’Atlantique. Luc, le narrateur, finit, après errance et aventures, par revenir chez son logeur qui devant son désarroi, lui propose un programme de survie : apprendre à nager et taper ce qui lui sera dicté. C’est ainsi que le narrateur se retrouve secrétaire d’un génial poète, Alejandro Asturias, dont l’œuvre, instinctive, retranscrit le chant du monde de l’origine de l’univers à celle des espèces et de l’homme, de l’histoire des civilisations à celle de quelques individualités, originales ou communes. La manière dont le narrateur évoque cette œuvre creuse un espace dans le roman, un vide comme un appel à une parole poétique à naître, donnant ainsi envie de création et l’on est curieux de savoir quels poètes auraient ce souffle. Nous avons pensé à Neruda et à son Chant général, à Saint-John Perse (Vents, Amers). Homère, Hésiode, Dante pourraient aussi être des maîtres à revisiter. En tout cas, belle leçon d’écriture : réussir par une écriture prosaïque à faire percevoir une écriture poétique d’altitude, d’élévation. Dans cet « échange » avec le poète, le narrateur découvre la vie d’Alejandro, son coup de foudre pour Cécilia, son départ pour les Etats-Unis, sa découverte du drame de Cécilia. Et matière à son nouveau roman auquel il consacre ses heures de nuit. Voulant se faire connaître de Paul Auster, et voulant faire connaître l’oeuvre du poète, le narrateur se lance dans une arnaque à l’américaine qui foire en ce qui concerne l’interview de Paul Auster, foire aussi en ce qui concerne la soirée consacrée au poète – « un rien imperceptible et tout est déplacé »-  mais atteint son but de manière oblique, grâce à une constellation des hasards qui se densifie au fur et à mesure que le roman avance.
Deux registres d’écriture pour ce roman, celui concernant le narrateur, avec un ton d’admonestation et d’humour, celui concernant le poète, inspiré. Cette histoire d’écrivain en herbe et de poète au génie inconnu est l’occasion de belles pages sur la littérature, sur l’amour des livres, leur pouvoir consolateur et libérateur, sur la magie des mots, « ces graines à semer »…
Souhaitons à ce premier roman un bel écho public.
Albertine Benedetto et Jean-Claude Grosse,
Corsavy, le 4 août 2008, pour l’abolition des privilèges

Valérie Boronad, Les Constellations du hasard, Paris, Belfond, 2008 par Daniel Fattore

Il en est également question ici:
Julien, Clarabel, Jean-Claude Grosse, Chroniques de l'imaginaire,Cinquième de couverture, Camille et d'autres sans doute, avec des avis contrastés !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

oligue 19/02/2010 17:13


salut,
le spectacle los demonios sera à paris cette fois, je ne sais pas trop comment vous avez perçu la chose vu qu'elle n'était pas encore abouti, je vous invite donc à venir le voir et à faire passer
l'info.
à bientôt oligue
 info/www.losdemonios.net
résa: 06 67 39 13 98


oligue 19/02/2010 16:59



Los Demonios second roman de Valérie Boronad est adapté à la scène au Vingtième théâtre à paris
Du 5 mars au 25 avril 2010

info: www.losdemonios.net
résa/06 67 39 13 98

en espèrant vous voir nombreux,
à bientoir
oligue



Daniel Fattore 26/01/2010 16:54


Merci pour la reprise des liens! :-) J'ai pris l'habitude, il y a quelque temps, pointer vers quelques autres lecteurs - si cela est possible.
Il ne me reste qu'à découvrir le roman "Los Demonios", à présent.
Passez, enfin, mes salutations de lecteur à Mme Boronad!


Mureliane 21/01/2010 11:21


J'ai personnellement préféré Les constellations du hasard à Los Demonios. Mon avis sur ce dernier est ici : http://climaginaire.joueb.com/news/los-demonios


grossel 22/01/2010 09:45


Je n'ai pas lu le roman mais vu le spectacle puisque Valérie Boronad pratique les deux registres romanesque et dramatique. Je n'ai pas été convaincu par le spectacle alors même que le thème sur les
années de plomb en Argentine m'intéressait beaucoup. Mais c'est la mise en scène qui était faible. Et m'ont-ils dit le spectacle n'était pas abouti au moment où je l'ai vu. Toujours est-il que la
compagnie Cache Cache installé au Carré à Sainte Maxime a un bel outil de travail, Valérie assurant la programmation de ce bel espace.


Daniel Fattore 20/01/2010 23:50


C'est grâce à Mme Boronad que je découvre votre blog... je m'en vais farfouiller!

Je viens justement de publier un billet sur "Les Constellations du hasard", ici:

http://fattorius.over-blog.com/article-paul-auster-n-existe-pas--43337854.html

Bonne lecture, si le coeur vous en dit!


grossel 21/01/2010 10:35


Je suis allé lire votre note et j'en ai profité pour lire les autres notes de lecture sur ce roman puisque vous en donnez les liens (bonne idée); les commentaires aussi. J'ai lu ce roman parce que
connaissant Valérie Boronad comme membre de la compagnie Cache Cache, travaillant sur les deux registres: roman, théâtre. Une expérience pas encore convaincante à mon avis pour avoir vu Los
Demonios mais peut-être est-ce la mise en scène qui est faible plus que l'écriture.