Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Blog de Jean-Claude Grosse

Bocal agité sur la mer

7 Mai 2006 , Rédigé par Jean-Claude Grosse Publié dans #bocals agités

Bocal agité sur la mer
le temps de l'écriture
Bocal agité du 6 mai au Café-Culture de Toulon, de 10 H à 16 H.
Thème : la mer.
En partenariat avec le Café-Culture, l’atelier d’écriture : cafetière à plume ,
avec la participation d’Alain Juillet, photographe (exposition  visible jusqu’au 12 mai au Café-Culture et le 13 mai à Saint-Mandrier ; et diaporama sur des pêcheurs au Sénégal),
en relation avec la fête du nautisme de Saint-Mandrier, le 13 mai, toute la journée, quai Séverine.
13 participants plus quelques visiteurs-spectateurs.
Déroulement :
présentation d’un diaporama par Alain Juillet
diaporama
consignes : distribution de 4 photos de mers du monde (photos de  JCG) par participant
                   distribution d’un livre sur Les représentations de la Méditerranée (10 livres, 10 pays du pourtour de la Méditerranée, 2 auteurs par pays : 1 romancier ou poète, 1 historien)
                   distribution de grands poèmes sur la mer de Valéry, Saint-John Perse, Odysseus Elytis, Lorand Gaspar, Yannis Ritsos, JMG. Le Clézio, Salah Stétié, Supervielle, Pablo Neruda, Jean Cocteau
                   lecture de 3 textes : Rimbaud, Cyril Grosse et JCG
production d’un texte d’une page à partir de ces matériaux
repas en commun avec ce que les participants avaient apporté
que faire des textes ?
mise en bouche et en espace des restes avec utilisation des textes du matin
bilan de la journée.
le temps de la lecture mise en espace

Le souffle du matin traverse, onde troublante
L’eau claire et endormie
Barque échouée, solitaire
Aux rives du Levant.
Le silence absolu m’étreint et l’horizon
Masque de l’infini les promesses joyeuses.
Mer porteuse de rêves
Navires transparents et galions orgueilleux
Poursuivant leurs chimères sur l’écume des Dieux.
Mer d’aquarelle
Noire, blanche ou bleue.
Dans la magie du soir
Tu épouses lascives les criques assombries
Et laisse dans le flot indolent
Ouverte la porte à ces départs oiseaux
Dans lesquels chacun, tel un Ulysse charmé
Par le chant de brume de sirènes enchanteresses
S’échappe loin, au-delà d’un horizon en mouvance
Qui recule à nos pas, qui s’éloigne
Inaccessible à nos avances.
Mer paresseuse, femme habillée d’écume
Ou gorgone tempétueuse qui crache ses embruns
Mère dont les flots protègent nos corps heureux
Et dont l’infini porte en son ventre arrondi
Nos échappées les plus belles
Nos sourires intérieurs
Ceux qui glisseront flamboyants
Sans quitter le port.
Annie
collage d'Odysseus Elytis pour son Sappho

La mer

D’où vient l’échec de ce qu’on désire ? Voir plus loin, voir plus vrai ?
La mer n’est pas le lieu où je viens chercher la sécurité. Elle ne l’a jamais été. Elle est autre, étrangère, presque dangereuse. Ses appels m’ont longtemps obsédée comme une non réponse, une envie de partir parce que plus rien ne retient à la terre. S’échapper dans cette mer blanche, pour qui cherche le blanc. Blanc comme le deuil dont on se pare pour oublier qu’il existe encore des possibilités de départ, d’infinis moments d’absence où se retirer.
Est-il suffisant d’avoir une carte d’identité pour se sentir attachée à sa terre ? Je ne pense pas mais à force de se sentir étrangère partout, on finit par l’être aussi dans ses rêves de départ.
La notion d’étrangeté remplace alors l’autre et le désir devient un leurre comme l’ombre du photographe sur la falaise dominant la mer ou la lumière du soleil se reflétant dans la vague avant qu’elle ne s’écrase sur la grève. Mes envies de départ sont comme l’hiver, métallique et lisse. Rien qui raccroche, qui laisse une prise. Juste un bruit de drisses qui susurre l’indécision, le manque. Perdue dans cette immensité, je m’acharne à transformer le livre en paroles vives, et ces paroles en se multipliant me rendent peu à peu muette et sourde.
En me retournant un peu, comme ça, l’espace d’un secret, je revois d’autres mers, d’autres rives, coulée d’or ou d’ambre, feu de pourpre et de sanguine incarnadin, mouvement d’indigo ou de violine. Je revois mes rêves de voyage échoués, inaboutis, fragments de vies inachevées et multiples qui m’ont faite, moi !
En m’imposant aujourd’hui le silence, sorte de couvre feu de ce qui aurait été, je pense avoir oublié cette attirance pour le danger. Je me sens soudain tel ce bibliothécaire arrachant les livres aux naufrages, grattant le papier et recollant les tranches pour un lecteur qui ne viendra pas. Vaine !
A moi de sortir de ce cadre comme la Vénus qui aurait bien offert son bras par amour s’il ne s’en était allé. A moi d’y croire encore, non comme un aboutissement mais seulement pour sortir mes pieds de la vase dans lequel le ras le bol finit par me happer.
Sylvie
collage d'Odysseus Elytis pour son Sappho

A cette photo floue d’autres doux visages se superposent, toutes ces femmes qui passent et qui m’échappent, comme le reflux des vagues laisse l’écume

De toujours, j’ai rêvé de tour du monde, d’images de rencontre et de solitudes. Il est comme l’horizon vers lequel on avance sans cesse, je le connais ce but ultime, ce cercle nu, sans bruit, sans vagues, ce miroir dans lequel je m’enfoncerais.

Suis-je responsable du temps, aurais-je le choix de prendre à droite de m’accorder cette trêve, de saborder le bateau.

Je veux encore des petits matins, l’étrave vers l’horizon contempler ces rivages prometteurs de visages souriant, de bonnes pêches pour flouter ce rêve et garder la distance.

Une mère m’a donnée la vie, je la rendrais à la mer, quand j’aurais épuisé tous ces bras aimant.
Yves

La mer vivante, féminine capricieuse, voluptueuse, tumultueuse, rageuse.

Tu frémis, tu palpites, tu rugis, d’autre fois langoureuse, caressante tu t’abandonnes sur le sable, tu en baves de plaisir, joie de rencontrer la terre.

T abandonnes sur le sable d’étranges arabesques, hiéroglyphes des dieux, d’autre fois folle de rage, tu délègues tes vagues et c’est la chevauchées fantastique, elles se poursuivent l’une l’autre avec frénésie.

Il ne fait pas bon t’approcher, pour ne pas subir ton courroux. Tu te répands en écume irradiant de ton haleine parfumée et étincelante tes amoureux qui voudraient t’admirer de trop près.
Cornélie

Un instant au goût d’éternité.

Elle sortit de la maison de pierres. Elle était très vieille. Le poids du temps s’appuyait sans scrupules sur ses frêles épaules. Elle marchait à petits pas saccadés, minuscule. Aussi petite que dans les champs des souvenirs de son enfance, toute voûtée.
La vie lui avait ôté tous ceux qu’elle chérissait. Mais elle, elle était debout. Après bien des tempêtes, elle se sentait enfin sereine. Debout, et elle entendait son cœur battre doucement.
La vie lui avait tout volé. Tout, sauf cette immense dame bleue, cette grande amie fidèle, ce premier souffle qu’elle observait et sentait depuis tant d’année sans se lasser chaque fois qu’elle ouvrait ses volets lourds, si lourds. Cette compagne fidèle qu’elle n’avait traversée que dans ses rêves, imaginant ses riches récits et les parfums de liberté qui étaient arrivés jusqu’à sa porte mais qui n’avaient fait que frôler ses narines.
Et aujourd’hui, ce petit bout de femme écoutait une fois de plus le clapotis des vagues, émerveillée, comme si c’était la première fois.
Elle l’avait aimée cette Méditerranée, bercée dans les draps de son lit de mystères. Elle avait vu les algues et les poissons se déchaîner dans des courants bleus poétiques.
Sous le soleil brûlant, elle s’allongea sur le sable fin et écouta… Les grises profondeurs lui renvoyaient des échos d’éternité. Un chant d’enfance qu’elle avait presque oublié. Le vent salé épousa ses larmes. Elle savoura ce pur instant de nostalgie, consciente qu’elle vivait là sa dernière minute de bonheur. Heureuse, car la mer ne se tairait jamais…
Carole

Bocal agité, eau et sable mêlés, eau salée bien sûr. Le bocal est posé sur la table, le sable se dépose, les algues se collent à la paroi.
Fallait-il la bouger la mer ? Sûrement pas !
Suis-je responsable des mouvements de lune ? Et des courants de la mer ? disait Cyril.
Je n’ai pas choisi, ni les photos, ni les livres, ni le rivage où je suis née. C’est le destin qui a guidé ma main vers la Turquie et le poète grec, frères ennemis. Mer au milieu des terres, voie royale des échanges des conquêtes, tu nous relies, tu nous écartes, tu es là immobile, présente, attirante. On te chante et on te fuit comme le mouvement des vagues. Neptune est ton roi et on le craint. Vite, je saisis le bocal et je cours vers toi te rendre la mer et le sable qu’on t’avait pris. Came-toi, ce n’est rien, c’était juste pour un instant de rêve et d’écriture. Repars vers les hauts fonds, laisse les hommes s’agiter sur tes rives, s’aimer et se haïr depuis la nuit des temps. Ils t’ont remplacé depuis longtemps par un dieu d’amour. Te eaux bleues sont rouges de sang et d’ordures mêlées.
J’emprunte au poète ses derniers vers :
À présent le déclin des Dieux
À présent la cendre de l’homme
À présent, à présent le néant
Et à jamais l’univers, l’infime, l’insondable.



Combien de temps encore pourrons-nous manger du poisson ?
Tous ces peuples qui vivent de pêche, que deviendront-ils ?
Le monde change avec la pollution. Ce n’est pas naturel.
Tous les pays du monde devraient être d’accord pour soigner la planète jour après jour, la surveiller sérieusement et trouver des solutions efficaces pour qu’elle aille mieux.
Combien de temps encore pourrons-nous faire des châteaux de sable sans que le sable soit pollué, courir sur la plage sans peur, respirer l’air du large, se faire bronzer sans risque.
Nous avons du mal à respirer.
L’être humain na va pas bien.
Nous survivons ?
Lidia


Alors que nous sommes là, assis, le crayon à la main, il y a quelque part et partout des endroits merveilleux.
C’est dommage que l’on ne puisse pas en profiter. Quoi de plus beau que le crépuscule sur la mer qui vire du bleu au violet puis au noir profond. Et l’aurore, quel enchantement ! Hélas, peu de personnes ont le plaisir d’assister au lever du soleil à l’horizon. Le ciel se pare de tons pastel. Tandis que l’astre amorce son ascension, la mer se pare de paillettes d’or à en faire pâlir le ciel.
La vie reprend, les algues se balancent dans le bleu de l’eau, les petits poissons engourdis s’éloignent, les rochers brillent et semblent se pâmer sous la caresse des vaguelettes.
Je suis née au bord de la Méditerranée, je la voyais chaque jour, chaque heure dans tous ses états. Lorsque l’on m’a obligée à m’en éloigner, je n’ai pensé à rien d’autre qu’à revenir près d’elle et j’ai tout quitté une seconde fois. Je me suis réfugiée dans sa vie, son odeur, son ciel et son soleil où dit-on la misère est moins cruelle.
Elle est la seule à calmer mes angoisses.
Mon vœu le plus cher est de mourir près de la mer et d’y reposer pour l’éternité.
Nicole


Elle est retrouvée, quoi ?
L’éternité
C’est la mer allée avec le soleil

Plongeons dans la vague éternelle. Plongeons au sein des marées.
Mare nostrum : toute une troupe de joies fidèles ressort de mes pensées.
De quand j’étais enfant jusqu’à adulte je devins, une tonne de poissons entre les mains.
L’eau me fit vivre une perpétuelle renaissance du cimetière marin de Sète aux sources de Djerba. L’oasis de Gabès me laissa pantoise car elle est faite d’eau douce et d’eau de mer. Un paradis !
Ainsi mer de chez nous on te dit bleue, noire et même blanche chez les arabes.
On a de toutes façons peur que tu te déshabilles à travers toutes les batailles livrées sur les rives. Rappelons un moment l’épopée grecque et Pénélope restée auprès des oliviers et puis aussi la puissance byzantine restée accrochée aux marches des églises de Venise. Quelle splendeur !
Danièle
sauf indication contraire, les photos sont de JCG

Seul, assis sur les galets de la grève, le regard perdu au loin, Christophe rêvait.


Il voyait sur le vaste océan, une caravelle naviguer vers des terres inconnues.

Son père lui racontait souvent les aventures des marins partis au loin. Les exploits intrépides de ces hommes, l’évocation de terres où coulaient l’or et le miel, Ulysse bravant les vents et les sirènes, avaient bercé ses rêves enfantins.

Il savait tout du grec, de Carthage, des phéniciens et des barbares qui tout au long des siècles avaient laissé leurs empreintes tout autour de la méditerranée .

Mais, cette mer fermée, berceau des civilisations,était trop petite pour lui.

En un court voyage, de Gènes à Séville, se décidait l’avenir de peuples inconnus.

Trois caravelles partirent

Ouragans, vagues énormes qui ballottaient les bateaux tels fétus de paille, et la faim, et la soif.

Un jour, la terre.

Sur le rivage, de petits hommes couleur pain d’épice.

Et, dans cette vallée de douceur, descendit l’exterminateur.

L’homme blanc s’installa, et, avec lui, ce furent le sang, la cendre et le pillage.

Les rêves d’ailleurs toujours plus beaux, le flux les emporte, le reflux les rapporte.

Mer d’hier, nourricière de rêves et de poissons, aujourd’hui tu accompagnes les marées de touristes tristes qui te violent et te salissent.

Mais, dans un petit village de pêcheurs préservé du temps, un petit Christophe, en réparant ses filets, rêve lui aussi d’horizons lointains.

« Que sont les siècles pour la mer » ‘(Victor Hugo)

L’homme orgueilleux, qui de son passage veut laisser la trace, oublie que les vagues effacent ses traces.
Hélène

Il n’y a pas de hasard….
Ce texte devant moi : éblouissant qui jaillit comme un dard planté dans le cœur.
Cet inconnu qui me parle. Ses mots sont si beaux que je ne peux plus en inventer d’autres ;
ce serait inélégant.

Il parle : « des rues qui sont des ports », « des instants navires », des mouvements de lunes », « de l’horizon inachevé ».

Il a compris la mer sous toutes ses formes.
La fuite, le rêve, les départs intérieurs que l’on ne perçoit pas physiquement mais qui secouent l’être avec une force immense, pour l’abandonner pantelant au bord de le grève.
Je vais donc « prendre à droite », comme il me le conseille.

J’ai choisi la photo d’un « phare ».
La lumière qui guide les hommes de la mer pour ne pas se fracasser sur les rochers.
Et qui guide aussi les hommes de la Terre pour ne pas perdre espoir dans la tempête de la vie.
Françoise


La lumière est tombée.
Elle a fait un grand « sfloc » par terre, un « sfloc » mouillé, vaguement dégoûtant. Elle s’est étalée, un peu par ici, un peu par là, irrégulière comme une carte. Oubliant, par ci, par là, un creux, une roche, une herbe.
La lumière est tombée, et les femmes sont en noir. La terre là bas se peuple de sirènes, silhouettes jetées comme des tâches d’encre à contre jour. La lumière étendue n’a pas de prise sur elles, qui marchent légères sans laisser d’empreintes. Ni sur la terre, ni sur le sable, ni sur l’eau.
Et cette foule qui bruisse, cette foule qui se masse, qui grossit et qui roule. Cette foule sombre qui gronde maintenant, et dont j’ai peur qu’elle crie,
Qu’en faire sinon attendre, se cacher derrière la dune ou la vache immobile couchée là depuis le commencement des temps ?
Qu’en faire sinon attendre, et voir enfin venir l’une contre l’autre et s’affronter ces deux forces, l’une qui rampe et l’autre debout, l’une qui se tait et l’autre qui hurle ?
Dieu a abandonné le gouvernail, et la terre roule et tangue, elle aussi incertaine, elle aussi emportée. Et la lumière et l’ombre, et la vache couchée, et moi cachée derrière, muette.
Véronique



Pour rappel,
bocal agité : Toulon


Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article