Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Blog de Jean-Claude Grosse

Comment rater sa psychanalyse ?

9 Mai 2009 , Rédigé par grossel Publié dans #spectacles


Comment rater sa psychanalyse
Texte de Bernard Cremniter

Conception et réalisation
Alain Gintzburger & Johanna Korthals Altes

Avec
 Johanna Korthals Altes, Katia Ponomareva, Sylvaine Hélary,
 Denis Mathieu, Alain Gintzburger

Et chaque soir des Experts en Raté/Ratage : Eugène Durif (auteur), Jean Pierre Han (journaliste, critique), Christian Prigent (poète), Thierry Niang (chorégraphe),
Ben (plasticien), Anne Saulay (Administrateur du Sénat), Christophe Lamiot Enos (poète),
Dgiz (slameur)… et des économistes, juristes, sportif…

Atelier du Plateau
du 22 avril au 2 mai

 
« Non, on ne donne pas de coup de pieds dans les meubles. Non, on ne gifle pas le psychanalyste. Ou rarement. Non, les séances ne sont pas gratuites. Non, on ne vous paye pas pour venir. Non, on ne mange pas pendant les séances. Non, les séances n’ont pas lieu à trois heures du matin (ni dans les catacombes). Non, on n’amène pas sa mère en séance. Non, on n’a pas besoin d’avoir confiance pour s’analyser. Non, on ne tire pas les cheveux du psychanalyste. Non, il ne s’agit pas d’intéresser le psychanalyste. Non, on ne tape pas les enfants des autres en salle d’attente… »


Théâtre d’Eleusis: 06 13 43 55 40
eleusis@wanadoo.fr

Intentions

« Comment rater sa psychanalyse » est un projet de Théâtre d’Investigation qui vise la rencontre de ce qui se joue dans la psychanalyse.
Notre point de départ est le texte « Comment rater sa psychanalyse » écrit par Bernard Cremniter, éminent  psychanalyste de l’Ecole de la Cause Freudienne.

Ce projet est une passerelle entre l’espace public et la sphère privée, entre le plateau et le cabinet, entre le monde et l’immonde, entre la Scène et l’Autre Scène, entre le savoir et le jeu.

En chœur, nous aborderons ce texte en pratiquant la méthode analytique qui consiste à associer librement, condenser, déplacer, abolir la chronologie, interpréter, suspendre, surprendre… dire ce qui passe par la tête.
Cette méthode s’arcboute à la phrase de Lacan : « Je pense où je ne suis pas, donc je suis où je ne pense pas »
Nous jouerons à tirer les ficelles des conséquences de cet énoncé.

Le public, placé en bi-frontal, sera le témoin de nos tentatives ratées…

Avec un groupe de vraies/fausses actrices, d’un vrai/faux assistant, d’un faux/vrai metteur en scène…et de vrais Experts en Raté/Ratage, nous inventerons toute une série de Protocoles ludiques pour faire entendre ce qui se dit / ce qui ne se dit pas dans le texte et … dans l’analyse.

« Comment rater sa psychanalyse » investira divers registres de la représentation : lecture, improvisation, petites annonces, interview, Karaté Lacan, témoignage réel, danse du ratage, vrai/faux vidéo-reportage, séance d’hypnose, dictée Lacanienne, remplacement d’acteur au pied levé…

Chaque soir, nous ouvrirons une fenêtre sur un Expert en Raté/Ratage, qui parlera en direct de ce qui rate dans son domaine, preuves à l’appui: Thierry Niang (chorégraphe), Christian Prigent (poésie), Jean Pierre Han (journaliste, critique), Eugène Durif (auteur), Dgiz (slameur), Ben (arts plastiques), Anne Saulay (Administrateur du Sénat), Christophe Lamiot Enos (poésie)…ainsi que des économistes, avocats, sportifs, kiné…


Il y aura 10 représentations uniques qui seront marquées par 10 prises de paroles uniques.

Alain Gintzburger & Johanna Korthals Altes


Comment rater sa psychanalyse ?

J’ai vu ce spectacle 2 fois à l’Atelier du Plateau, les 22 et 23 avril à Paris. Avec l’expérience et l’habitude du choix motivé, je me trompe rarement quand je choisis de voir un travail. Évidemment, j’en vois moins qu’au temps où je programmais à la Maison des Comoni au Revest. Aujourd’hui, des considérations plus personnelles me guident dans mes choix.
L’espace de l’Atelier du Plateau était aménagé en diagonale, les spectateurs répartis sur les 4 côtés du dispositif, comédiens répartis dans le public ainsi que le témoin du soir, changeant chaque soir, tout cela en pleine lumière, créant une assemblée, tous regardants et regardés, créant ainsi une circulation muette, non programmée d’énergies, d’émotions, de ressentis, contribuant à enrichir la palette proposée par les artistes.
Comment rater sa psychanalyse est un livre d’un psychanalyste, publié une 1° fois sous nom d’emprunt, une 2° fois sous le nom de son auteur : Bernard Cremniter.
Le travail nous est présenté comme une ébauche, une élaboration en cours. Face à un tel objet, les questions premières sont pourquoi ce choix, travailler avec qui, comment commencer. Ces questions servent à construire la structure du spectacle, offrant une grande latitude de modifications, de réagencement d’un soir à l’autre, permettant d’intégrer les retours pertinents d’après spectacle. C’est du théâtre en train de se faire sous nos yeux, utilisant voix et corps des comédiens, vidéos, musique en live, lectures et jeu, au service du texte et s’en servant pour construire des situations. L’intervention en cours de spectacle du témoin du soir sur ses ratages, (le 22, Eugène Durif,  auteur, le 23, Anne Saulay, administratrice du Sénat) comme les questionnements des comédiens et du metteur en scène donnent au spectacle une fragilité, une prise de risque intéressante.
La tonalité dominante le 1° soir fut l’humour ce qui m’a gêné car je me suis demandé si ce spectacle cherchait à démolir la psychanalyse alors que le propos de l’auteur est de montrer comment défenses, résistances, préjugés éloignent les gens du bon usage de leur analyse, celle qui en fait des sujets de leur parole et non les perroquets coincés de leurs arriérés.
Le 2° soir apporta une correction à cette tonalité en nous livrant plus de sens, plus de clefs tout au long du spectacle, vérité explicitement exprimée dans la vidéo  d’interview de l’auteur, risible au début avec ses silences, ses mimiques et finissant par retourner notre rire moqueur par la pertinence de son propos (comme Susan Boyle, retournant jury et public, il y a peu en Angleterre).
D’après les échos que j’ai eus, le spectacle n’a pas arrêté de bouger pendant la dizaine de représentations. Il a rencontré un vrai succès public et de nombreux professionnels l’ont vu. Espérons donc qu’une suite sera donnée à ce travail et qu’une tournée pourra se mettre en place.
Jean-Claude Grosse, le 9 mai 2009, jour de Jeanne d'Arc qui entendit des voix
et jour de l'Europe qui n'existe pas pour les gens, seulement pour les dirigens.


Psychanalyse du ratage

 

L’Atelier du plateau dans le dix-neuvième arrondissement, lieu de création qui se veut expérimental, fête ses dix ans avec un évènement bien dans l’esprit de l’endroit. « Comment rater sa psychanalyse », d’après un livre du psychanalyste Bernard Cremniter, est en effet un spectacle qui échappe aux définitions. Projet en forme de puzzle pour cinq vrais-faux acteurs (plus un invité), cette « performance » aussi déroutante que séduisante mérite au moins la palme de l’originalité.

 

Comment faire exister la psychanalyse sur scène ? Alain Gintzburger apporte une ébauche de réponse avec un spectacle… à l’état d’ébauche qui revendique son inachèvement. Il est en effet d’emblée présenté avec humour par le metteur en scène comme un projet « décennal » prévu pour aboutir en 2018 ! Ni étude de cas ni discours théorique : il s’agit d’aborder la psychanalyse de biais, et de jeter une passerelle entre la scène de l’inconscient et le plateau du théâtre à travers la question du ratage, puisque, selon un fameux paradoxe lacanien : « l’acte ne réussit jamais si bien qu’à rater ».

 

Dès les premières minutes (et l’annonce initiale du remplacement au pied levé d’une des actrices du spectacle), il apparaît clair qu’il s’agira moins de jouer le texte de Bernard Cremniter que de jouer avec, ce qui est peut-être une façon de lui être fidèle. Alain Gintzburger a en effet imaginé un espace de jeu ludique : devant les spectateurs placés en bifrontal, les comédiens « proposent » à tour de rôle une interprétation de certains passages du livre. Le metteur en scène dirige en chef d’orchestre leurs interventions et donne ses instructions depuis sa chaise. Eux comme lui resteront mêlés au public pendant toute la durée de la pièce, et, malgré l’aspect un peu statique, c’est déjà l’un des intérêts de ce spectacle que d’avoir su créer cet espace de « convivialité » qui déjoue tout dispositif théâtral répertorié.

 

Dans ce processus expérimental revendiqué comme tel, les propositions ou interventions des comédiens se veulent des « protocoles ludiques » : lecture à plusieurs voix, danse, improvisation musicale, interview, vidéo-reportage sont les ingrédients de ce joyeux patchwork (in progress). Malgré le côté un peu décousu, on apprécie assez le ton décalé d’un spectacle bricolé qui ne se prend pas au sérieux. Les artistes présents sont souvent polyvalents : Sylvaine Helary, en particulier, fait admirer son talent de flûtiste au style parlé-joué original. Le récit (sous forme de courtes séquences vidéo) des ratages successifs du metteur en scène dans ses tentatives de rendez-vous avec l’auteur constitue un fil directeur assez désopilant.

 

© Denis Mathieu

 

Le ratage intéresse les psychanalystes depuis toujours – c’est-à-dire depuis Freud, qui a assez tôt mis en évidence les conduites d’échec. Malgré la référence au médecin viennois, présenté comme un hypnotiseur raté qui aurait alors inventé la psychanalyse sur les ruines de son ancienne méthode, c’est plutôt vers Lacan que le spectacle fait signe, Lacan qui remarquait la tendance persistante des analysants à « aller chercher là où ça n’est pas ». Le texte de Bernard Cremniter, derrière son titre provocateur, fait pour sa part défiler tous les préjugés et les idées reçues sur la psychanalyse, évoque sur un ton plaisant les plaintes et les angoisses des patients, ou nous apprend comment choisir son analyste (énumération un peu longue de coordonnées de psychanalystes).

 

Quant au metteur en scène, il part en quête du ratage sous toutes ses formes. Et le livre n’est plus qu’un prétexte à une création qui se cherche et s’élabore en quelque sorte sous nos yeux, avec ses moments drôles, sa place laissée à l’imprévu (la parole de l’« invité »), ses effets de surprise et aussi, pourquoi pas, ses ratages. Sous cette allure un peu désinvolte, beaucoup de choses sont dites qui laissent à penser, en particulier lorsque l’intervenant du jour, l’écrivain Eugène Durif, prend la parole pour évoquer, entre autres, la peur du ratage comme condition naturelle de l’artiste. À cette occasion, Beckett (« Rater quelque chose, le recommencer et le rater un peu mieux ») est convoqué à bon escient.

 

L’intérêt du procédé est de faire jaillir le sens là où on ne l’attend pas forcément. J’ai ainsi été sensible au développement sur le suicide raté, ou encore à l’interview filmée du boxeur Stéphane Ferrara, réellement intéressante. Autre trouvaille : la courbe d’évaluation du spectacle (ses temps forts, ses temps faibles) établie par les comédiennes. Elle vient illustrer ironiquement l’ultime séquence filmée, dans laquelle Bernard Cremniter porte un jugement éclairant sur la situation actuelle de la psychanalyse et sur l’état d’esprit de patients aujourd’hui, surtout soucieux d’efficacité et de rendement.

 

Le spectacle contient ainsi en quelque sorte sa propre autocritique. Nonobstant, il laisse quelques regrets, comme le « ratage » de la vidéo de Christian Prigent. Ou encore une connivence avec le public parfois un peu forcée, qui en vient à friser la complaisance. C’est le cas par exemple lorsque le metteur en scène s’exclame de façon répétitive : « Super ! » à la fin de chaque prestation. D’autre part, certaines scènes (en particulier celle du « silence ») paraissent moins convaincantes. Malgré ces défauts, inhérents à la nature même de ce projet aussi hétéroclite qu’iconoclaste, l’intérêt ne faiblit pas et la troupe de comédiens dirigée par Alain Gintzburger parvient à faire bouger les lignes avec talent. 

 

Fabrice Chêne

 

Les Trois Coups

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article