Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Blog de Jean-Claude Grosse

Collioure Salon d’Automne 2009

25 Octobre 2009 , Rédigé par grossel Publié dans #poésie

Collioure Salon d’Automne 2009


Collioure
j’y suis
pour 42 jours
grâce à Michel Bories
1949-2001
exposé au château royal
je me promène
ville et collines
rencontre des gens
d’ici d’ailleurs
écoute discute
lis filme
regarde compare
Collioure
compte moins de 3000 habitants
ville très animée
dès 7 heures du matin
artisans du bâtiment
éboueurs
camions approvisionnant
commerces et restaurants
double marché hebdomadaire
avec plateaux de fruits de mer
dégustés sur parapet en ciment
arrosés au Collioure blanc
trains qui passent
trains qui s’arrêtent
Collioure
n’est plus le port de pêche qu’il fut
on conditionne toujours les anchois
à l’ancienne
à l’ancienne c’est bien
c’est fait main
Collioure
est terre de vignerons
de domaines de caves
il y a ceux qui se sont regroupés
ceux qui tiennent à leur identité
Collioure n’est plus la ville d’autarcie
des années 1900
ville de marins et de paysans
mer et montagne
deux mondes
aujourd’hui
Collioure
reçoit les touristes du monde
qui viennent attirés par son cadre
encadré par
une installation de 12 cadres
pour cadrer le cadre
Collioure attire
par son patrimoine paysager
mer montagne
Albères Méditerranée
climat de Côte Vermeille
soleil souvent
pluies torrentielles parfois
pleine lune toutes les 4 semaines
chaleur fraîcheur
ombres lumières
diurnes nocturnes
tramontane violente marinade poisseuse
par son patrimoine architectural
château royal et forteresse Vauban
église-phare Notre Dame des Anges
dont le clocher suffit
aux incroyants du monde entier
fort Saint-Elme
moulin à farine utilisé
comme moulin à huile
la glorieta
le couvent des dominicains
transformé en cellier Le Dominicain
regroupant 160 vignerons
faisant tout à la main
Collioure attire
par sa réputation de ville des fauves
Matisse Derain
les œuvres réalisées là sont parties
dans les grands musées du monde
le chemin du fauvisme
retrace cette aventure
de quelques mois de 1905
avec 20 reproductions d’oeuvres
surgissant dans une déambulation
de labyrinthe
Collioure tire profit depuis 50 ans
de ce qu’elle n’avait pas compris
une révolution picturale
vite révolue
fleurissent artistes et ateliers
rue des Treilles
rue de la Fraternité
rue de l’Egalité
rue du Mirador
rue Arago
rue Jules Ferry
rue Dagobert
rue Voltaire
la plupart font du Collioure
de la corrida du rugby
chacun son style
reconnaissable
après visite de découverte
Collioure tire profit aussi
de la mort et de la tombe
d’Antonio Machado
qui vécut 3 semaines là
Casa Quintana
où la Retirada
l’avait conduit par hasard
avant de mourir
sa mère mourant 3 jours après lui
70 ans après
Casa Quintana
maison vide
parfois ouverte pour l’aérer 
va être vendue
à la communauté de communes
pour devenir
Centre littéraire Antonio Machado
de quoi inviter
des milliers d’Espagnols
à se photographier avec le poète
Collioure vit sur son acquis
sans trop se donner les moyens
du patrimoine de demain
Collioure  qui a le cadre
n’a pas la vision
Collioure
travaille jour après jour
 va de fête en fête 
les fêtes de Saint Vincent
avec le feu d’artifice du 16 août
achevant en apothéose
la trépidation estivale
Collioure
en quelques heures
peut passer  de 3000 habitants
à 50000-150000 visiteurs
Collioure a appris
à gérer ces journées et nuitées
orgiaques
la police donne
un premier avertissement
en termes courtois
avant contravention
l’été c’est deux mois d’enfer
avec l’équinoxe
retour au quotidien
jusqu’à l’Automne des antiquaires
à la Toussaint
la Cour de Noël
achève l’année commerciale
commercialement
à Collioure
a été écrite une nouvelle page
de la peinture
il a fallu
les heureux hasards de 1905
pour de nouvelles pages
il faudrait
sans certitude de réussite
une politique volontariste
de commandes publiques
ce qu’a fait Augustin Hanicotte
faisant peindre les enfants
est la voie à suivre
des enfants créatifs
à l’artiste créateur peut-être
Collioure
ses quartiers anciens
ses rues en escaliers
leurs balcons fleuris
un vrai bonheur
le matin le soir
quand tout dort
pour les quartiers nouveaux
on n’a pas trop bétonné
le bord de mer 
mais les collines les plus proches
avec des résidences conformes
l’arrière pays
vers Notre Dame de Consolation
la tour  Madeloc
est occupé par les vignes
en terrain pentu
plus haut par les chênes liège
puis par le maquis
les vignerons
sculpteurs de montagne
méritent
qu’artistes
écrivains
racontent ce façonnage
où courbes et angles droits
conjuguent
leurs complémentarités
leurs contrariétés
Beatriz Garrigo
a essayé
au Musée d’art moderne
ses paysages en série
vus avec un cornet
gagnent en luminosité
profondeur ambiguïté
en quelques minutes
par le chemin de la Galère
tu es loin
de l’agitation de l’ennui
plus de touristes
braillards et débraillés
plus de touristes
profitant du soleil de la plage
des terrasses des cafés restaurants
plage Boramar
avenue Camille Pelletan
plage du port d’avall
des marchands de glace
rue Vauban
des boutiques de fringues et bijoux
du Croquant à l’Ancienne
je me suis offert
le Café Sola
Les Templiers
avec son enseigne
sa fresque de Willy Mucha
son escalier tapissé de tableaux
je me suis offert
un vieux Maury
Maison Galy
un cadran solaire
de Carpe Diem
l’absence d’un port de plaisance
est une chance pour Collioure
pas de yachts
pour l’étalage obscène
de la richesse obèse
mais le m’as-tu vu
s’exhibe
avec les commandos de choc
à l’entraînement dans la ville
sous les aboiements encourageants des chefs
torses nus muscles saillants
durs abdominaux tatouages tribaux
cuisses de béton entrecuisse suggestive
pour le plus long frisson
des femmes en admiration
des mâles par procuration
des anciens du bon vieux temps
Collioure
est une petite ville dynamique
avec son sens du commerce
sa base productive
et patrimoniale
avec ses boulistes
ses joueurs de cartes
l’art de vivre
du midi
que tout le monde nous envie
beaucoup de manifestations
municipales
associatives
déjeuner sur l’herbe
rue de la Fraternité
fête de l’amitié
avec sardinade
place du Marché
sardanes orchestrales
jouées par deux coblas
rivalisant d’audace et de perfection
place du 18 juin
bref
bon séjour
à Collioure
tu ne connais personne
personne ne te connaît
l’anonymat tranquille
pour ne pas te disperser
rester sur l’existentielle interrogation
pouvons-nous donner sens à notre vie
sachant que nous sommes mortels




Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article