Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Blog de Jean-Claude Grosse

Articles avec #ecriture tag

Cervantes-Shakespeare/Éclats de rires

Rédigé par grossel Publié dans #cahiers de l'égaré, #écriture, #EAT (Écrivains Associés du Théâtre), #pour toujours

Cervantes-Shakespeare/Éclats de rires

Je vous en informe, le 23 avril 2015 pour le 100° anniversaire de la relativité générale coïncidant avec le 399° anniversaire de la mort de Cervantes et de Shakespeare, des égaux morts même jour, même mois, même année dans 2 calendriers différents, indifférents aux calendriers donc, l'espace va devenir enfin élastique; quant au temps, il se mettra à passer de temps en temps en prenant son temps car il en a marre de se dérouler en continu ou en boucles pour des gens qui ne ressentent plus grand-chose.
Et je peux le dire, le poète de l'éternité des secondes Bleu Giotto est en train petit à petit de trouver des mots de poète pour dire que rien ne se perd, que tout se crée au hasard et par hasard, que chaque paraître se transforme ; en clair rien n'est voué au néant, tout laisse traces dans des langues inouïes, rarement entendues, peut-être en langue binaire 0 - 1 indéfiniment. Mais il y a tellement d'autres langages mathématiques, logiques, poétiques, métaphysiques à explorer, à inventer.
Bref, les cabarets du futur ont-ils pensé à l'espace et au temps de demain ?

Ce fut donc la 1° fête du livre d'Hyères, les 11 et 12 avril 2015

18 Cervantes-Shakespeare vendus, 5 L'éternité d'une seconde Bleu Giotto
à signaler : toute la recette va à l'éditeur, pas un % à l'organisateur, la librairie Charlemagne, prestataire pour la ville de la manifestation, très bien organisée, avec du monde, de la fluidité
(je ne m'attendais pas du tout à vendre mon texte; je demandais à la personne qui regardait, de lire à voix haute un passage, moi à côté pour lui donner confiance; eh bien, elles aimaient)
d'autres livres vendus, François Carrassan sur Port-Cros, Diderot, Marilyn

anti-salonnard depuis des lustres, me voici donc sous le regard du public
au début, je regarde défiler les gens aux attitudes diverses devant tant de livres impudiquement offerts;
je m'ennuie profondément : je n'arrête pas d'aller à l'espace détente boire un coup de blanc de Porquerolles, offert
pompette, je décide l'intrusion d'un vendeur de BTS force de vente en hyper-surface :
oui oui, il est là le livre que vous cherchez, qui vous attend, ayez du nez, vous le trouverez
et hop, sourires, rires, certains s'arrêtent, d'autres disent un mot

à un historien ami, de passage, je me plains : vous dépoétisez tout, à preuve, vous avez démoli la légende de la coïncidence stupéfiante de la date de mort de Cervantes-Shakespeare;
que nenni me répond-il, c'est encore plus stupéfiant, mourir le même jour, la même année, dans deux calendriers différents, ça prouve qu'ils transcendaient les calendriers
l'idée chemine

Alain Cadéo, l'auteur des Réveillés de l'ombre (avec Quichotte et Sancho), l'ami solitaire et solaire du Broussan, qui était initialement sur notre projet et qui n'a pas livré de texte, est présent avec un roman remarqué, Zoé, au Mercure de France; il fait une intervention expéditive quand il est interviewé dans le salon Edith Warthon; il ne court après rien, il a passé l'âge, il écrit, point;
son frère achète notre livre,

je lui signale qu'Henri Aparis, mon locataire indélogeable du rez-de-chaussée de la Villa Joie, parle de la création de la pièce d'Alain à Mataterre;
page 27;
Alain m'alpague et me dit qu'Aparis a commis une grave erreur, Mataterre n'existe pas;
je lui rétorque qu'Aparis lui a fait un clin d'oeil en le citant dans le livre, hors contribution annoncée et non livrée et que
s'il y a erreur sur la ville de création de sa pièce c'est sans doute que Borges est passé par là;
il m'embrasse
la pièce sera jouée à Bandol le 23 mai au Théâtre Jules Verne

brève 1: j'ai rencontré une superbe jeune femme, toute de noir vêtue, l'élégance suprême, à l'espace détente des auteurs, qui se remettant en marche sur les dalles du forum avec ses hauts-talons, glisse, se rattrape in extremis, moi déjà près d'elle pour la ramasser et la relever; je ne sais pas continuer l'histoire


brève 2: une médecin-orthopédiste de Sardaigne, au bon français, à l'accent délicieux, m'achète L'éternité d'une seconde Bleu Giotto pour me porter chance; elle fait un selfie de nous deux; je ne sais pas continuer l'histoire

Jean-Claude Grosse, le 14 avril 2015

depuis la parution, plein de bizarreries sont apparues

la préface signée par moi annonce 45 textes
j'en ai compté 47
la préface annonce 42 auteurs, j'en trouve 44
la préface annonce 20 F / 22 H; je trouve 20 F / 24 H
serait-ce que des textes se sont immiscés à mon insu dans le livre ?
j'avoue avoir été très intrigué voire dérangé par certaines allégations trouvées dans une note dite de l'éditeur pages 232-233 alors que je n'ai pas le souvenir d'avoir écrit de note
surpris bien sûr par la faute énorme qui nous a échappé puisque un texte dont je n'avais pas eu connaissance a été signé par un faussaire Marc Ysraël Le Pelletier
il y a bien un auteur du nom de Marc Israël Le Pelletier avec I, pas avec Y
faux grossier ou faute non repérée, c'est énorme
bref, notre livre sent l'embrouille
la citation Shakespeare was a black woman attribuée à Maya Angelou page 381 est un faux;

je n'ai rien trouvé de tel dans son oeuvre
je ne vois pas ce que vient faire l'étrange texte sur l'étrange Monsieur Ménard dans notre opus sauf à considérer que l'auteur est très bien renseigné sur les moeurs de notre tribu
il décrit des incidents de voyage on ne peut plus réels
qu'ai-je trouvé encore
page 4, est évoquée la photo d'un cheval blanc au premier plan, page 280
or le cheval est noir
et toujours page 4, il est parlé de deux auteures
alors que sur décision du sommet de la pyramide des EAT, il faut dire et écrire autrice
nous sommes en retard d'une orthographe

Marc Israël-Le Pelletier m'a signalé un nouveau problème :
"... une dernière chose. Dans les deux exemplaires reçus, la photo de Pierre Ménard page 382 a une macule, un texte fantôme qui circule sur l'image, je croyais au début que c'était un manque d'encrage, en fait c'est un texte, on peut d'ailleurs lire Monaco. Pascal m'a dit qu'il n'y avait rien sur son exemplaire, quoi qu'il en soit vérifie sur ton stock, Quelques rares exemplaires ça passe encore, bien que, c'est pas gratuit, mais si c'est un exemplaire sur deux, à mon sens l'imprimeur doit refaire…"
j'en informe l'imprimeur au cas où il y aurait trop de Monaco, ville que je déteste et cocktail dont j'ignore la recette
je reste au blanc de Porquerolles ou à celui du domaine de la Vernède à Puget-sur-Argens

....................................................................................................................................................

Le livre Cervantes-Shakespeare, cadavres exquis, a été livré au sud du sud par un camion aléatoire conduit par un pilote automatique non soumis au stress ni victime d'un burnout.

Il a été stocké dans un garage réfrigéré pour bonne et longue conservation car toute oeuvre veut durer, ne pas connaître l'épreuve du pilon suite à une distribution-diffusion déficiente.

Les 408 pages des 500 exemplaires imprimés pour la postérité ne seront pas marchandisées en librairie ni salonisées au Salon du Livre à Paris.

L'équation ne peut être : pas d'auteurs, pas de livres comme le prétend un slogan rétréci. Car les livres pullulent. Donc les auteurs de ces livres.

Dans une librairie, j'ai la nausée devant cette abondance d'objets présentés comme des livres, dont certains sont les coups de coeur des vendeurs de la librairie, brrr....

Lecteur, je sais ce que je veux, j'ai choisi avant d'entrer et aucune découverte de fouine ne me tente. Trop peu de temps à consacrer à la lecture de distraction d'ouvrages formatés. La lecture pour se construire, se déconstruire, oui. Pour passer un moment même palpitant, non.

L'équation serait plutôt : sans auteur écrivant par nécessité vitale (au sens de Rilke, de Pessoa ... écrivant parce qu'agité par un séisme intérieur et non en suivant un scénario, en construisant des personnages, en travaillant situation et suspense) et se moquant par suite d'être publié, pas d'oeuvre ayant une minuscule chance d'être impérissable.

Toute marchandise est périssable. Un livre en librairie a une durée de vie éphémère raccourcie encore par la mise au pilon ; cette menace du pilon menaçant toute édition n'a aucune chance de menacer l'improbable immortalité de l'oeuvre trouvée par hasard dans la malle abandonnée d'un auteur qui ne se croyait pas tel, inconnu voire anonyme.

44 auteurs mortels (20 F, 24 H), français, espagnols, mexicains, cubains, canadiens, néo-zélandais, indépendantistes ont travaillé pendant 15 mois pour écrire 47 cadavres exquis immortels sur les deux figures quantiques que sont Cervantes et Shakespeare.

Et selon un principe posé dès le début des projets pluriels (Envies de Méditerranée, Marilyn après tout, Diderot pour tout savoir) tous les textes proposés par les auteurs volontaires sont retenus ; aucune censure; aucun rejet.

On ne pouvait mieux rendre hommage à ces deux écrivains qu'en les restituant dans leur insaisissable mystère.

Il va de soi qu'il sera très difficile de se procurer l'ouvrage. En même pas 15 jours, 140 exemplaires se sont envolés vers leurs lecteurs sur les 500 tirés. Comme d'habitude et par principe injustifiable, il n'y aura pas de retirage.

Il a toutefois été communiqué au pape Py car le Sha sans Cer de Schrödinger est l'hôte privilégié de la cité des Papous (c'est tout à fait exceptionnel car en principe, je ne sers pas ce genre de personnage, je suis athée même si je crèche l'été en Avignon, pas à Noël). On espère que le pape Py en fera bon usage. Si à l'été 2016, les 2 cadavres exquis sont célébrés dans la cité des papes, cela voudra dire que le pape Py a pyqué l'idée.

En tout cas, la ville d'Hyères va célébrer les deux cadavres exquis en avril 2016. On y travaille sérieusement. Seront investis la médiathèque, le Théâtre Denis, l'église anglicane, le cinéma Olbia et un espace leur sera dédié lors de la 2° fête du livre. Hyères sera sans doute la seule ville de France à traier les deux géants, les anglais pensant à Will, les espagnols à Miguel, le pape Py à lui.

Il faudra pour tomber sur le Sha sans Cer de Schrödinger, autant de persévérance que celle manifestée par les chercheurs du squelette de Cervantes ou de celui du roi Richard III.

On pourra avoir la chance de tomber dans quelques décennies sur un exemplaire du livre, soumis à la critique rongeuse comme ce fut le cas pour un first-folio des oeuvres de sir William, trouvé inopinément dans la bibliothèque municipale de Saint-Omer, le 23 avril 2015 (je suis un peu en avance pour cette révélation).

Les textes devaient être livrés le 31 décembre 2014 après un appel à textes début janvier 2014, ouvert pendant une semaine.

Quel ne fut pas mon étonnement de découvrir par la bande que Fernando Arrabal (je lui avais communiqué une version papier du projet) livra le 31 décembre 2014, le texte d'une pièce inédite, Pinguinas, inspirée par le 2° livre du Don Quichotte, qui sera créée le 23 april 2015 dans un théâtre de Madrid.

Et coïncidence encore plus surprenante, le Théâtre de l'exil créera le 23 avril 2015, une pièce d'Alain Cadéo, Les Réveillés de l'ombre (Quichotte et Sancho revenus d'entre les morts) au Palace, rue des déportés, à Malataterre, la bourgade au plus fort score FN aux élections démocratiques départementales françaises.

Enfin, pour vous décourager définitivement de comprendre ce qui se déroule dans le monde, sachez que Juan Goytisolo recevra le 23 april 2015, les 125000 € du prix Cervantes 2014,

dans une bourgade de la Mancha dont il ne peut pas se rappeler le nom.

La date du 25 avril 2015 s'annonce particulièrement riche en disparitions, réapparitions, épaississements de mystères, dévoilement d'énigmes puisque pour les 100 ans de la relativité générale, ce jour-là et pour on ne sait combien de temps, l'espace deviendra élastique et le temps ne se déroulera pas en continu ou en boucles mais il passera de temps en temps en prenant son temps.

Jean-Claude Grosse, le 1° avril 2015

le sommaire de l'ouvrage fantôme, à l'identique du membre fantôme de Miguel de Cervantes
le sommaire de l'ouvrage fantôme, à l'identique du membre fantôme de Miguel de Cervantes
le sommaire de l'ouvrage fantôme, à l'identique du membre fantôme de Miguel de Cervantes
le sommaire de l'ouvrage fantôme, à l'identique du membre fantôme de Miguel de Cervantes
le sommaire de l'ouvrage fantôme, à l'identique du membre fantôme de Miguel de Cervantes

le sommaire de l'ouvrage fantôme, à l'identique du membre fantôme de Miguel de Cervantes

Lire la suite