Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Blog de Jean-Claude Grosse

Articles avec #jean-claude grosse tag

L'été du Léthé à La Coquette

22 Juillet 2017 , Rédigé par grossel Publié dans #écriture, #voyages, #pour toujours, #jean-claude grosse

à La Coquette le 1° juillet 2017
à La Coquette le 1° juillet 2017
à La Coquette le 1° juillet 2017
à La Coquette le 1° juillet 2017
à La Coquette le 1° juillet 2017
à La Coquette le 1° juillet 2017
à La Coquette le 1° juillet 2017
à La Coquette le 1° juillet 2017
à La Coquette le 1° juillet 2017
à La Coquette le 1° juillet 2017
à La Coquette le 1° juillet 2017
à La Coquette le 1° juillet 2017
à La Coquette le 1° juillet 2017
à La Coquette le 1° juillet 2017
à La Coquette le 1° juillet 2017
à La Coquette le 1° juillet 2017
à La Coquette le 1° juillet 2017
à La Coquette le 1° juillet 2017
à La Coquette le 1° juillet 2017
à La Coquette le 1° juillet 2017
à La Coquette le 1° juillet 2017
à La Coquette le 1° juillet 2017

à La Coquette le 1° juillet 2017

Le 2° été du Léthé s'est déroulé le 1° juillet 2017 à La Coquette à Toulon, de 10 H à 20 H 30 avec comme participants Marilyne Payen, notre hôtesse, Michelle Lissillour, Isabelle Barthélémy, Fabienne Ashraf, Pauline Tanon, Moni Grego, Lionel Parrini, Raphaël Rubio, Wianney Qolttan', Eric Meridiano, Yves Ferry, Chris Darvey et Jean-Claude Grosse. Excusée Sylvie Combe. Ils sont venus de Sète, Arles, Avignon, Gardanne, Toulon. Ce 2° été a coïncidé avec le 50° anniversaire de mon mariage avec la Mouette à tête rouge.

 
Temps prévus 
1- 10 à 11 H, chacun vient avec un court texte d’un autre ou de lui (10 lignes) qui l’a structuré, lui a servi de repère, un texte fondateur
lecture par chacun ou un autre (par affinité ou hasard) de ces textes avec retour des autres participants
2- temps d’écriture, à partir de 11 H et après l'auberge provençale vers 12 H 30, durée 1 à 2 H, sur consignes; écriture en solo ou à deux (affinité ou hasard)
ça tournera autour de la figure de Madeleine (une image flottant dans nos inconscients);
faites vos propres recherches et lectures (mais ce n’est pas une nécessité ni une obligation)
3 pistes seront sollicitées pour 3 courts textes
- traverser sans voile, sans rame, sans gouvernail la Méditerranée
- 30 ans de vie érémitique dans une grotte particulièrement humide 
- l’amour comme origine, chemin et but (Deepak Chopra avec Le chemin vers l’amour me semble intéressant à lire); 
les titres de deux livres photographiés à la Sainte-Baume serviront d'amorce
Épouse-là et meurs pour elle (des hommes vrais pour des femmes sans peur)
Marie-toi et sois soumise (pratique extrême pour femmes ardentes)
3- temps de partage, notre auberge provençale avec ce que nous apporterons, à partir de 12 H 30; n'oubliez pas d'apporter vos livres pour échanger, donner, qu'il s'agisse de vos oeuvres ou de livres que vous voudriez offrir au hasard de la rencontre
4- temps de lecture des textes avec échanges sur chaque texte, lecture soit par soi-même, soit par un autre à partir de 16 H; on a commencé à 17 H
au préalable, Moni Grego nous donnera quelques conseils utiles sur comment lire à voix haute
5- lecture de L’Ultime scène de Moni Grego, texte édité aux Cahiers de l’Égaré pour ce moment, ode à la disparition de la scène de théâtre dans un lieu « magique »  appelé à disparaître, vers 17 H 30; on a commencé à 19 H après l'intermède musical d'Isaac
ces deux temps de lecture seront ouverts au public et aux amis; sont venus Jeanne Mathis et son mari Isaac qui a interprété un morceau de sa composition (de la veille) à la guitare et ampli (instrument padipulé, au pied) en harmonie avec l'ambiance studieuse et joyeuse, pas festive, de la journée
6- agapes du soir, tangos dans le salon de La Coquette, vers 19 H; en fait fin des lectures à 20 H, pas d'agapes
7- Christian Darvey réalisera un film, pour sauver les meubles, appelés à disparaître
8- les textes seront mis sur le site des écritures nomades, les écrivents (comme du vent)  peaufinent leur texte jusqu'au 10 juillet. Chacun est libre de faire tous usages de son texte, FB en particulier.

Consignes

Les bienheureux qui séjournaient aux Champs Élysées dans le sous-sol grec pouvaient revivre une nouvelle vie sur terre. Passant dans le Léthé, ils oubliaient tout de leur vie antérieure de héros ou de sage mais pouvaient conserver, réactiver un souvenir pour leur nouvelle vie.
Vous êtes des bienheureux. Quel souvenir voulez-vous réactualiser pour votre nouvelle vie sur terre ?

Cela veut dire que vous êtes l'homme ou la femme qui était mort(e) et que vous allez vous réincarner en un autre, l'homme ou la femme qui revit d'une autre vie, résurrection ? réincarnation ?

Vous aurez à votre disposition pour vos textes, ces deux personnages, l'homme qui était mort, l'homme qui revit d'une autre vie.

 

Vous avez choisi un texte fondateur. Vous devrez vous en servir pour vos 2 écritures. Thème, citation …

Nous sommes à La Coquette, vous intègrerez ce lieu et ce moment, 1° juillet 2017, dans vos textes.

 

3 thèmes à traiter en 3 textes courts :

 

  • Madeleine dans une barque sans gouvernail, sans rame, sans voile, livrée aux vents, houles, courants, encalminages de la Méditerranée, seule ou accompagnée, pour seul vêtement sa chevelure abondante, et pour luxe, ses parfums ; elle souffre, elle prie, elle est en colère, elle a la diarrhée, elle vomit, elle n'a rien à manger, à boire ; y a-t-il un miracle ? un événement merveilleux surgit-il au pire des moments ? Votre Madeleine décidez si c'est la vraie, si elle est d'aujourd'hui, venue d'où, pourquoi, pour où ? Ce qui lui arrive dans la barque jusqu'à Massilia est-il réel ? Optez-vous pour un récit, un conte, un dialogue ?

  • Madeleine dans la grotte de la Sainte-Baume vit 30 ans d'une vie érémitique, grotte humide, elle ne se nourrit que de ses larmes. Quelles larmes pleure-t-elle ? De quelles larmes nourricières s'agit-il ? Elle monte au ciel, entre terre et paradis, ascension pouvant durer 7 H. Que se passe-t-il ? Contemple-t-elle quelqu'un, quelque chose ? Pense-t-elle pendant son ascension et son extase ? A-t-elle des visions ? Donnez-nous envie de nous élever. Donnez-nous envie de revenir ici-bas ! La grotte est-elle rassurante, inquiétante ? Quelles résonances entre la grotte et le ventre-mer, entre la grotte et le ventre-mère ? A-t-elle été engrossée ? A-t-elle un désir d'enfant ? Porte-elle un tel désir ? Ou y a-t-elle renoncé, femme à moitié ou femme accomplie malgré tout ? Votre Madeleine grotesque est-elle la vraie, est-elle un fantasme ? A-t-elle un interlocuteur, un intercesseur ? Demande-t-elle ? Quoi ?

  • Madeleine et l'amour sublime. Imaginez sa relation de prostituée repentie, de pècheresse, d'épousée, d'épouse à l'Époux. Quel statut souhaitez-vous lui donner ? Un, plusieurs ? Cet Époux, l'acceptez-vous fils de Dieu, se refusant à Madeleine, Ne me touche pas ! Ressuscitant, donc se montrant à elle pour ensuite disparaître, s'élever avec la promesse de revenir à la fin des temps pour le grand rassemblement des ressuscités ? Croyez-vous à sa mission de Sauveur ? Le préfèreriez-vous plus soucieux de Madeleine, la comblant, comment ? Cet amour sans consommation est-il source d'élévation, d'extase ? À quoi peut-il faire accéder ? L'extase mystique, est-ce que ça, ÇA, vous parle ? Le sexe peut-il être source de comblement ? La jouissance, la petite mort, n'est-elle pas chacun son moment de plaisir, dans son moment de plaisir ? L'autre Jouissance dont parle Lacan, indicible, réservée à certaines femmes, sur laquelle rien ne peut être dit car cette Jouissance est accès au Réel le Grand Réel de René Char, croyez-vous possible de la décrire ? En poète, en dramaturge, en psychanalyste ?

  • Si possible des textes d'une quinzaine de lignes. Bonne écriture.

L'été du Léthé à La Coquette
pour Annie, la mouette à tête rouge
pour Annie, la mouette à tête rouge
pour Annie, la mouette à tête rouge

pour Annie, la mouette à tête rouge

texte fondateur d'Isabelle Barthélémy

Quand la mer parle

 

Vous êtes-vous déjà installé au bord de la mer ? L’avez-vous entendue vous murmurer à l’oreille ? Vous n’oserez peut-être pas le dire ! Il suffit pourtant, que l’on se penche un peu vers vous, pour parvenir à vous entendre. Attention, approchez encore car la mer parle. Elle vous a déjà parlé ou le fera un jour ou l’autre lorsque vous la croiserez. Voilà, vous vous êtes assis. Elle est face à vous. Elle vous a vu arriver de loin, car il a fallu marcher pour parvenir jusqu’à elle, jusqu’à son corps immense qui se vêt de costumes mouvementés par la mode du vent. Vous êtes là et elle vous observe, attentive. Bien évidemment, elle ne parle pas tout de suite aux inconnus. Il lui faut le temps de vous apprivoiser. Elle sait que vous êtes venu là pour une raison particulière, une raison qui pousse à demander conseil. Au fond, lorsqu’on décide de s’installer devant sa robe changeante comme le vent qui l’effleure, on sait très bien qu’on rencontre une amie attentive.

Le six avril. Il est déjà onze heures. Il l’a vue se préparer, mettre ses lunettes de soleil sur la tête. Ses cheveux tombent sur ses épaules et ce matin ils paraissent ternes dans le miroir quand elle y jette un coup d’œil. Il n’y a pas que ses cheveux qui paraissent ternis, comme sur une vieille photographie qui aurait pris l’humidité d’un grenier, il y a aussi l’éclat de ses yeux noisette. Ce matin, la femme va marcher au bord de la mer. Elle n’a pas envie d’aller courir. Ses nerfs sont à vif et son corps dans une chape de plomb. Tu veux boire un café, il a demandé. Elle n’a pas osé lui dire non, elle n’a pas osé lui dire qu’elle avait besoin de se retrouver seule. Sarah a tellement l’impression que tout va de travers, qu’elle s’accroche encore à des délicatesses qui n’en sont plus vraiment. Elle se surprend à ne pas être naturelle. Ses gestes ont pris une forme affectée, contrôlée, proche de la crispation dès que l’homme l’approche. Sarah ne sait pas pourquoi elle a peur de le blesser alors qu’il n’y a rien de mal à avoir envie d’aller seule, ses écouteurs plantés dans les oreilles. Il lui suffit d’appuyer sur play et les sons parviennent à ses tympans pour s’enrouler progressivement autour de son cœur. Depuis plusieurs semaines, Sarah s’échappe du quotidien dans des volutes musicales, c’est un des moyens qu’elle a trouvé pour échapper à la peur.

En cette fin de matinée, la voilà donc en train de dire oui à l’homme pour aller se promener. Elle est envahie par une forme d’étrange faiblesse qui la ronge. Ils sont descendus sur le port. Ils ont pris le sentier qui borde la dérisoire falaise le long de la plage. Ils se tiennent la main. Comme par réflexe. C’est vrai qu’elle la rassure péniblement cette main de l’homme qui la tient à peine. Puis elle a marché devant car le sentier s’est rétréci. La mer la regarde. Le vent est absent comme le souffle de Sarah. La houle, petite et ferme, frappe les rochers et son cœur contracté en une systole arythmique dominicale. Dans la petite crique, à quelques mètres du sentier qui devient du béton, Sarah décide de s’arrêter. Tu vas te baigner ? il a dit. Elle sourit. Il est tendre.

La mer entend soudain le ressac de ses idées brouillonnes aller et venir entre ses tempes, vagues au creux des rochers de la crique où ils se sont assis, lui et elle. Combien elle voudrait entendre le tempo de Vincetone, l’album de 2013 du Dj, qu’elle a copié dans son Mp3. Elle donnerait beaucoup pour ne pas entendre à la place le tintement clair de sa voix qui vire au Beat profond. Elle pressent la tempête. Elle est à présent inévitable et pourtant Sarah demande à la mer de chasser son amertume au large. Son souffle bref passe dans la brise qui se lève. Et les mots terribles qui harcèlent son cœur, la mer les emporte, le temps de cette pause sur le sable strié par une épaisse couche de posidonies.

Sarah a envie de fermer les yeux. L’homme lui parle doucement du dernier livre qu’il vient de terminer dans le lit ce matin. Elle l’écoute, elle se dit que c’est bien, un moment comme ça, que c’est ce qu’elle a voulu…Pourtant elle n’arrive pas à apprécier l’instant. Il y a encore quelque temps, elle se serait blottie contre lui, elle aurait été capable de s’abandonner à la complicité. Tandis qu’ils sont assis là, la mer écoute ce que Sarah a à lui dire. Elle le fait pour elle comme elle le fera pour vous, quand vous serez près d’elle. Sarah la sent emporter son cœur. La mer dit qu’elle ne doit pas avoir peur des vagues dans lesquelles elle plonge de face depuis plusieurs mois. C’est tout bonnement le ressac de l’amour. Dans l’écume épaisse qui crépite sur son âme flottent de terribles ressentiments. Ils troublent son amour perdu au creux des blessures. Sarah croyait pouvoir… Elle croyait savoir… Elle croyait vivre… La mer répète. Et le regard de l’homme se perd au large tandis qu’elle est assise à côté de lui sur le sable. Brusquement, Sarah enlève ses habits de Carnaval, ceux qui lui ont permis de déguiser ses envies, de taire ses sourires. Elle les observe un instant à ses pieds. Les couleurs sont chamarrées mais ont perdu un éclat de vie. Sarah marche nue sur le tapis épais de posidonies. Elle s’enfonce. Au moins sur vingt centimètres. Ce n’est pas stable. L’eau remue et arrive au-dessus des genoux. Lorsque Sarah sort, de longues minutes plus tard, alors que ses mollets sont devenus brillants de fraîcheur, elle s’enfonce de nouveau dans le tapis des plantes marines mortes. Des dizaines de paillettes noires et collantes recouvrent ses jambes. Toutes ses pensées sont là, collées, pour l’empêcher de courir. Alors la mer murmure :

- Va-t-en, Sarah ! Garde les paillettes, elles vont sécher dans ta course.

texte d'Isabelle Barthélémy

Les Bienheureux

 

Poussière d’étoile, nous sommes.

    M, poussière d’alphabet dans certains dictionnaires de langue.

     

    J’y trouve des mots qui ont des définitions. N’importe qui peut partir à la recherche du sens.

     

    Définir la poussière d’étoile que je suis, c’est tenter d’en retrouver l’essence.

     

    A la lettre M du dictionnaire de Vie je trouve

     

    « Matrice », poussière de mot à la lettre M de certains dictionnaires de langue.

     

    A la lettre M du dictionnaire de Vie je trouve

     

    «  Matière », poussière d’étoile.

     

    Je trouve

    Mère et Maternité.

     

    Je trouve aussi dans la catégorie Nom Propre

     

    Marie. Madeleine. Marie-Madeleine.

     

    Mais si j’entends M, je peux aussi trouver un mot qui ressemble étrangement à la lettre.

     

    Aime. M.

    Et voilà, il suffit d’une lettre abstraite, d’une lettre de l’alphabet pour entrer en Amour.

     

    Alors quoi ? Marie-Madeleine ? Toi aussi tu aimes. Ton amour s’appelle Jésus. Il aurait pris forme humaine pour parler d’Amour au nom de tous. Il aurait été le fils de l’Eternel, ce qu’on ne peut pas nommer.

     

    Jésus est un homme, il porte une parole forte puissante et pacifique. Marie- Madeleine tu es une femme. Entends-tu sa parole forte puissante et pacifique ? Bien sûr comme les autres.

    Madeleine, c’est parce que tu as perdu Jésus, son amour et son entièreté que tu te retrouves sur cette barque.

    Madeleine, c’est parce que tu es sa femme à jamais que tu pénètres dans la Grotte de la Sainte Baume ;

    Madeleine, c’est parce que tu l’aimes, Jésus, l’homme et le sauveur annoncé chrétien, que ton désir vibre et sublime ta chair.

    Madeleine ; il est des temps qui se superposent et se dilatent.

    Madeleine, tu fais partie des bienheureux qui prennent le chemin pour revenir dans la Matrice du Monde et de la Matière. C’est un choix. Ton heureux bien-aimé a fait aussi ce choix.

    La Mort conduit à l’A Mour.

    Amor Amor a enlevé le U de cette Utopie.

    C’est en approchant la Mort que l’on parvient à l’Amour. La Mort et l’Amour sont les deux points d’un même état limite, celui qui nous conduit à notre Humanité.

    Marie- Madeleine. Marie tu es la mariée éternelle d’un seul Homme. Madeleine tu es celle qui pourrait le pleurer à jamais.

    Mais pleurer la perte entraîne vers une mer de larmes.

    Se réjouir de l’Amour reçu et donné entraîne vers une mer vivante, mouvante et éprouvante.

    Laisse ta barque voguer et te conduire au large, puis te ramener à terre, couverte du sel alchimique éternel. Tu es faite de sodium, d’eau et d’esprit.

    Lorsque ton pied foulera à nouveau le sol tu pourras cheminer vers la grotte sombre, tiède et humide de la terre qui t’accueille pour ta renaissance. La montagne de la Sainte-Baume. A l’intérieur, l’obscurité, la tiédeur et l’eau t’invitent. Tu pourrais avoir peur, mais il n’en est rien car l’Amour que tu lui portes annihile la crainte.

    Tu l’aimes. A toujours. A jamais. La souffrance est possible, elle ne t’est pas nécessaire.

    Ce n’est pas parce que tu hurles aux étoiles ou que tu te terres dans le silence que tu aimes, que tu souffres de la perte.

    Tu peux hurler. Tu peux pleurer. Tu peux rire aux éclats. Tu peux te blottir contre lui, contre son âme, tu peux courir, rester face contre terre dans l’humidité et la moiteur, planter tes ongles, secouer ta chevelure, montrer tes petits seins et le creux de tes reins à l’obscurité de la grotte ou au soleil éclatant qui s’acharne sur la barque dans laquelle tu es montée pour partir à la découverte.

    Tu ne pers rien Marie-Madeleine. Tu ne perds rien, comme nous, toutes ces femmes, qui aimons notre époux. La matière se transforme, elle prend des formes impalpables mais vibrantes d’autres champs d’énergie.

    Car, enfin, sentir la perte ce n’est pas Aimer. Sentir la perte ce n’est pas Mourir. Sentir la perte c’est ne pas t’incarner.

    Avoir peur de perdre c’est ne pas entrer dans ta propre chair vivante et ne pas découvrir celle de ton aimé.

    Femme Vivante, Marie-Madeleine éternelle, Va sur la mer, entre dans la grotte vis et apprends à mourir. Tu pourras choisir de revenir quand tu le souhaiteras.

     

    Isabelle Barthélémy 1° juillet 2017

     

     

     

    Marie-Madeleine.

     

    Traversée.

     

    Mon frêle esquif, sur la mer, monte, descend.

    Attachée à la proue, écœurée, mon amour,

    Désolée de t'avoir perdu, vomissant,

    Écoute-moi, car cette fois je porte la vie,

    L'ardeur de ta folie résolue,

    Exquis souvenirs de tes baisers fugaces.

    Infidèle, pourquoi es-tu parti ?

    Notre vie n'est plus qu'une trace,

    Éplorée, morose, promesse de notre salut.

     

    La grotte :

     

    Pourrai-je dire combien de fois, silencieuse, je suis morte,

    Usée, inutile, meurtrie dans cette grotte ?

    Ta présence, fantasme de l'esprit, rappel maudit,

    Enfanté dans mon imaginaire, m’enchaîne, me détruit.

     

     

    Extase :

     

    Marie-Madeleine est morte ! Libre !

    Accueille, accepte, accouche.

    Ris. Jouis. Pouffe.

    Indicible amour, tu nous confies qu'il n'y a pas d'autres règles,

    Embrasés, nous recevons le souffle, mourant, renaissant, espiègle.

     

     

    (Eric Méridiano 1° juillet 2017)

     

    MEMENTO MORI


     

    I. La barque


    Le narrateur est là. Bienheureux personnage rescapé du Léthé. Bienheureux ? C’est à voir. On voudrait nous faire croire que c’est la panacée de conserver intact le souvenir d’avant, de notre vie d’avant. Moi, je demande à voir.

    Trois citations suffisent, qui traînent dans sa cervelle, pour dresser le portrait de notre narrateur : « Sois sage O ma douleur et tiens-toi plus tranquille ». Déjà, ça peut offrir une idée du marasme, ça donne un peu le ton d’une enfance des plus propices à toucher du doigt la vacuité de l’existence et à s’interroger, dès le berceau, ou presque  sur des questions qui, si l’on n’a vraiment rien d’autre à faire, peuvent faire passer le temps : « à quoi ça sert tout ça ? D’avoir si mal à l’existence ?» En toute logique, son adolescence attardée a brandi un étendard qui ne surprendra pas : « Il vaut mieux mourir d’un abus de vodka que d’ennui ». Mais, attention, avec dans l’oreille, et c’est impératif, la voix d’Anna Prucnal, qui cogne chaque mot, sinon, ça marche pas. Pour parachever le portrait, n’oublions pas les velléités de se diriger vers un bonheur parfait avec une phrase en bandoulière « un de ces jours où j’ai compris qu’il faut d’abord s’aimer soi-même, pour faire l’amour à la vie ». Oui, je sais. Choisir Philippe Léotard, sa « drôle de cocaïne », « pas un jour sans une ligne », le tenir par la main pour marcher d’un pas pas rien moins qu’assuré vers le bonheur, c’est cocasse. Oui. Je sais.
    Maintenant que vous avez fait sa connaissance, au narrateur, et que j’ai rempli une bonne part des consignes d’écriture (ce qui est fait et caetera) je reprends du début.

    Le narrateur est là.

    Ici et maintenant.

    1er juillet 2017.
    Ici. C’est la Coquette.

    La Coquette en décombres.
    La Coquette encore belle.

    Le narrateur est là : il a choisi sa chaise, l’a plantée au plus près face à un dépotoir.
    Des tuyaux rouge sang, une pelle, des tringles, des chaînes bien rouillées, des pissenlits crevés, une épave de bateau, des voiles déchirées.
    Et le voilà parti dans sa vie d’autrefois, dans ce bateau qui tangue et voudrait tant bouger.

    « Me voici revenu là où la mer est morte et le soleil brûlant. Arrêtés dans l’exil. Migrants d’un autre siècle.
    Je la revois encore parce que là, juste hier. Dans notre vie d’avant.
    Elle n’est pas belle à voir. La Marie Madeleine.
    Elle croit qu’on va mourir, elle voudrait, mais ne peut, s’en aller bien sereine, un doux sourire aux lèvres retrouver son Amant, sa sainte Trinité.
    Et son masque grimace  pendant que « Jesus cries », en anglais dans le texte, disons « Jesus's crying », à lire c’est plus facile.

    Enfin, il faut bien l’espérer que son Amant sublime pleure de la voir là, crevant de faim, de chaud, de se retrouver seule, de l’avoir vu en croix, des clous dans les poignets, de l’avoir vu renaître, de l’avoir vu partir. Elle voudrait croire qu’il pleure, son Jésus au grand coeur. Mais moi, je n’y crois pas.

    Je la regarde encore : elle n’est vraiment pas belle, à deux doigts d’y aller, passer par le Léthé !
    Petite fille perdue, habillée de cheveux et les tripes en lambeaux déchirées par la peur, tout son corps crie « Maman » mais Maman n’est pas là et son Amant Céleste est bien loin du bateau.

    Et moi je l’aime à mort mais elle ne me voit pas.


     

    II. La grotte

    La Sainte.
    La Salope.
    Elle vit sa mort chaque jour, la savoure, s’en délecte, tout au fond de sa grotte, son doux sourire aux lèvres, les yeux illuminés.

    J’attends. Je la connais.

    Sa Foi aime qu’elle souffre toutes ses morts quotidiennes, tous ses renoncements.
    Et je la vois errante, ivre de Sa lumière tandis que, chaque jour, la grotte humide et froide admire son martyr, endort mon impatience.
    Elle croit, la Salope, la Sainte, que le désir est mort, que tout est pardonné.

    J’attends. Je la connais.

    Notre millième matin dans cette immonde grotte voit Marie Madeleine se jeter à genoux à peine elle est levée.
    Je la vois qui rayonne de tout ce qu’elle sublime.
    J’attends qu’elle me regarde et que son corps me sente.

    J’attends. Je la connais.


     

    III. L’Amour

    Le narrateur a froid.
    Il veut changer de place.
    La grotte, humide et sombre de son ancienne vie, l’a glacé jusqu’au sang.
    Il se lève, divague, s’éparpille aux quatre coins, assoiffé de chaleur.
    Il s’assoit puis s’allonge sur des dalles brûlantes et ferme un peu les yeux.
    Des verres qui s’entrechoquent, des mots, des phrases ausssi.
    Il est 15h25, les clients du resto digèrent leurs semaines sur des chaises en plastique laissant leurs gosses hurler comme il est convenu.
    La hotte, les cigales, le soleil sur les jambes, le champagne, le vin. Pas facile de penser d’autant que dans ses jambes son sang cogne et fait mal tandis que ses seins gênent pour être bien à plat. Car les Dieux sont rieurs.

    Vivre une vie de femme quand on était un homme et que la mémoire reste, à vif, acérée, de l’homme qu’on était, de celle qu’on a aimée.

    Une chance. Vraiment ?
    Bien entendu, ses seins d’aujourd’hui le ramènent à Marie de toujours. Vraie Femme, fausse sainte,
    solidement clouée sur la planche à penser du bienheureux.

    « Je ne sais toujours pas quelle part du père elle a bien pu chercher si longtemps dans le Fils.
    Plus le temps d’y penser, il est bientôt 16h, il faut rendre les textes. Son autre vie flamboie juste quelques instants, les images se bousculent. Il ne peut qu’évoquer la vraie Révélation. Leurs amours si charnelles. Leurs orgasmes terrestres. Leurs mille et une façons de regarder la mort. Envie, haine, tendresse, pitié et compassion, j’en passe et des bien pires de cette grandeur humaine. Et puis, par-dessus tout, leurs reins qui vont. Qui viennent. Se quittent et se retrouvent.
    Tout au fond de la grotte.
    Bien à l’abri des Dieux.
    Et se jouant des hommes. »

    Marilyne Payen, 1° juillet 2017

     

     

     

    J'ai vu la beauté

    J'ai vu la beauté décliner comme si l'émotion elle même était en exil
    J'ai vu là bas en Palestine les vins d'or et les blancs manteaux
    J'ai vu l'ambre violette pénétrer tes poumons
    J'ai vu les fruits les miroirs
    Les chasubles écrasés sous les mûriers morts
    J'ai vu ta peine
    Ta détresse
    Des éclats de lotus descendre sur ta nuque
    J'ai vu ton corps Madeleine crispé contre le Roy
    Cette croix
    Ce cristal
    Les apsides irisées contre les crânes nus
    Dame blanche
    Noli me tangere

    Le soleil est une autre fontaine
    Un séjour bénit d'encre fécondé par ta voix
    Tu fus Marie la Juive
    L'eau de Lune poudreuse émiettée par le ciel
    Tu fut la nervure des siècles
    Chamane druidesse ou femme-cathédrale
    Dame folle
    Noli me tangere

    Je me souviens de toi
    Les lèvres décelées sur un caducée blanc
    Je me souviens ton ombre
    Tes seringues tranchantes empruntées à l'orgasme

    Madeleine mon Isis disloquée

    De la drogue séchée s'effusait dans ton sang
    J'écoutais du Piano
    Rêvant en majesté
    Comme ces Christs fendus s'enfonçant dans tes veines

    Dame coupe
    Ma lumière mouillée

    Noli me tangere

    J'ai entouré tes cuisses de bandelettes fraîches
    Derrière les voiles rouges et presque inachevés
    Tu lisais Trimegistes
    La table des émeraudes
    Ta sueur organique
    Naissance du troisième oeil
    Madeleine
    Ô mémoire
    La moelle de ma chair à l'Orient de ton ange
    Tu étais l’héroïne
    Orgasme malaxé

    Beau calice
    Approche toi un peu

    Les pianos romantiques se mêlent au son de Sax
    Tu inventes un organe
    Pénitente immuable
    Où le Jazz et ton cul transpercent mon désir

    Eternelle

    Des mystères alchimiques trempés dans de l'eau verte

    Je te cherche à présent sous les grottes lubriques
    Pour offrir une fresque à tous les réprouvés
    Rennes-les-Bains et Couiza
    Les flancs du Bugarach
    Mes dunes oubliées

    Dame rousse
    Caresse moi un peu

    Je revois insolent cette tour goudronnée
    Des tableaux un peu punk ornaient ta chambre close
    Une nef
    Un portique
    Quelques gouaches liquides
    Et du café cramé

    Madeleine

    J'aime te voir trop blonde croqué par Hugues Merle
    J'aime ton huile sainte arrosée de semance
    J'aime tout tes parfums
    Tes conciles irréels
    Les râles interminables sous des linceuls râpés

    Poétesse
    Junkie
    Jeune pute assoiffée par la plainte des Dieux

    Mon ivresse
    Ouvre le 7eme sceau

    Tu es partie un soir sous une pluie glissante
    Les rues du vieux Toulouse étaient pleines de craies
    Tu es partie errante serrant un suaire noir
    Le visage endormie et la gorge tranchée

    Dame morte
    Les tombeaux de Lazare
    Dame lasse
    Tu es ressuscitée

    Raphaël Rubio, 1° juillet 2017

     

    La Dame

    Certains l’auraient appelée Coquette, et aussi pécheresse

    Car en l’an un et pour longtemps encore, un esprit libre chez une femme, autrement nommée sorcière ou magicienne, ne pouvait être que le fruit du Malin, un objet de peur et de jalousie pour les hommes, une diablerie passible des flammes du bûcher...

    Mais l’Enseigneur en fit son Elue et l’initia.

    Porteuse de la descendance en son sein/saint Graal, utérus béni, coupe de vie, symbolisée par ce grand V peint par Léonard de Vinci, entre elle et Jésus lors de la dernière Scène, elle remet le Féminin au cœur de la quête d’évolution.

    A ce jour cette quête est au point mort !

    Pâques lui ressuscite son Enseigneur. Il lui apparaît en premier et termine son initiation, au grand dam de toute la clique machiste et sexiste des autres apôtres, nous raconte son évangile longtemps passé sous silence.

    S’ensuivent Ascension et Pentecôte. L’époux, le Bien-Aimé s’en est allé. Seules demeurent la Force et la Lumière de l’Esprit Saint.

    Ainsi habitée, Marie-Madeleine embarque avec les autres Maries. Sans voile et sans rame le vent et les courants poussent le rafiot vers le delta aujourd’hui appelé Camargue.

    Pour garder vivant l’homme crucifié, elles vont porter son verbe d’Arles à Bugarach, où subsiste encore le passage ouvert vers d’autres mondes. Mais, chut, c’est un secret.

    Leur pratique est ardente, animée par le souffle de l’Esprit Saint.

    Point de larmes si ce n’est d’extase.

    La Dame danse avec les fleurs et les animaux lui font escorte.

    A chaque escale elle délivre le message d’Amour à ceux qui ont un cœur pour entendre.

    Proche des Licornes, elle offre la transcendance de l’extase et l’exaltation du don.

    Bienheureuse, elle outre passe la mort pour communier avec son Epoux, et donne à voir la lumière de l’au-delà à travers son regard.

    Son chemin n’est pas un renoncement glacé. Elle offre aux démunis le baume, le miel et le nectar.

    A ceux qui sont prisonniers dans les greniers d’amertume, elle envoie la force des cyclones pour nettoyer leur âme et les faire renaître, tel un archipel vierge surgit des flots.

    Après son passage s’ouvrent comme des jardins secrets où la perfection se donne à voir. Et même si quelques idiots y divaguent à loisir, la poésie en calme les turbulences.

    Et puis même si....même si....., consciente de la cathédrale inachevée, un jour, Marie Madeleine décide de se retirer dans la baume humide, au nord de la froide montagne, pour y retrouver son époux en de secrètes noces.

    Là, ruisselante de larmes d’extase, elle, la Femme choisie, demeura puis s’en fût.

    Michelle Lissillour, le 1er juillet 2017

     

    Texte fondateur de Lionel Parrini

    tiré du recueil Des étoiles et des ellipses, Les Cahiers de l'Égaré 2015

    Je m’appelle
    Je m’appelle n’a aucune importance
    Je viens d’un jardin vigne et cerise 
    J’ai appris à lécher la buée des fenêtres 
    J’ai jeté tous mes cartables et ma raison 
    Je déteste les chemises et les cravates 
    Je me suis construit des rivières autour du cou pour respirer 
    La terre a été ma première maîtresse 
    Mon premier amour, la solitude 
    Je suis simple 
    Comme les cailloux au fond de l’eau 
    Dans la valse et la vase Accessible aux courants 
    Aux sourires des papillons 
    Je m’appelle idiot et j’aime les bêtises
     J’écris des lettres le soir à des morts 
    Je leur dis que je les aime encore 
    Même si, même si… 
    Le miroir ne me trahit pas. 
    J’ai violé mon cœur 
    J’aurais pu faire plus simple 
    On peut écrire avec des pneus 
    Signer la sottise du haut d’une falaise 
    Appartenir 
    Appartenir 
    Je viens d’un jardin vert, rouge, turquoise 
    J’ai dialogué avec un ciel immense 
    Dis, tu as quel âge, toi ? 
    Moi ? Tu parles à moi ?
    La brise s’infiltre dans le seringat et me donne la bise 
    J’ai envie de disparaître dans les arbres 
    Revenir dans les cendres chaudes des feuilles d’acacias 
    Il est beau ton jardin 
    C’est un livre qui pousse et dans lequel je me planque
    Ma philosophie s’appelle cabane 
    J’ai effacé la date 
    Croquer des fèves 
    Cueillir de minuscules tomates
    Rouler la nuit avec des rides 
    Il neige 
    Il pleut 
    Il brille 
    Avant, avant, l’évidence. 
    Je veux que tu saches 
    Je m’appelle n’a aucune importance 
    Je suis un enfant de la vigne-cerise 
    Je n’ai rien d’autre à te léguer 
    Que ces phrases confettis.


    1 / La barque.

    Elle, la barque.
    Elle, debout, dans la barque.
    Au crépuscule, le courant dessine, décide, sans rame où tout cela peut bien recommencer... L’autre vie. L’autre rive. L’autre choix. Ciel immense aux yeux diamants.
    Elle n’a rien ou si peu. « Je parle la dérive à mon cou » se dit-elle. « Le courant peut-il être un frère ? »
    La barque avance, paisible, dans une brise tendre. Ce soir, il n’y a pas de lumière, ce soir les mains dansent sur la peau tremblante. Où atterrir ? Partir les mains sur les hanches en guise de seuls vêtements. Se sentir vulnérable dans l’immensité de l’instable noire. Bien sûr qu’elle a peur mais la langue bouge encore. La langue d’où sort, glisse, le son parfois. La barque aime le murmure des femmes seules qui espèrent des lendemains dociles.
    Elle ouvre la bouche : « à quoi sert la poésie dans le gouffre ou le ver dans la gorge ? » La barque trace, imperturbable, la phrase inachevée : « Je suis faite pour être avalée mais les ténèbres, peut-être, me... »
    Cette femme seule dans la petite barque a le droit de se parler, a le droit de croire à un repli. La foi, c’est fait pour ça. Chants. Vertiges. Mains flottantes sur chair exil.
    « Je prie les cieux de me prendre la bouche. Je veux les branches des arbres dans mon cou. L’humidité dans mon souffle. Le noir dans mes yeux. Les embruns sur mes pieds. »
    La peur n’est pas la douleur.

    Elle, la barque.
    Elle, sur la barque. Elle pénètre, verticale, la brume austère. Se fondre en elle. Devenir elle. Ne plus sentir l’eau. L’entendre. Juste l’entendre. Puis, le bruit râpeux de la coque sur la vase. Il semblerait que la traversée se termine ici. Cris d’oiseaux mystérieux. Le sexe trempé de sueur. « Qu’ai-je fait de mon passé ? Où se niche-t-il ? Suis-je une offrande ? » Le geste fou. Aventureux. Le pied dans l’eau. Chaude. S’enfoncer jusqu’aux chevilles. Esquisse d’un demi-sourire. « Je ne coulerai pas, c’est ce que je dis à mes larmes de joie. Mon sexe s’ouvre un peu. Relâchement. Je marche. Je marche. Sans barque. »


     

    2 / La grotte.

    La nuit ouvre toutes ses portes. La boussole est dans l’instinct. Pieds nus et regards écarlates. Je peux voir la nuit avec ma lune à lèvres. Marcher sur des choses qui craquent, suintent, se dérobent. Mon ventre me dit d’aller là-bas. Le ventre, qui l’écoute ? Quelque chose embrasse ma nuque. Mes seins ont froid. Mes doigts touchent une roche. Grande. Grosse. Chaude. Je me souviens tendrement. Point de bascule. Se cambrer par envie. Ce souvenir me fait glisser et je découvre les ténèbres. Réminiscence étrange d’un frisson fripon. Pas les ténèbres, il s’agit d’une grotte. Mon nid de hasard. Nid ou cercueil. Besoin d’épouser le sol. Être à l’horizontale. Pas avalée par l’eau, le serai-je par le trou ? J’ai faim. J’ai soif. Mes doigts partent à la chasse. Parenthèse élastique. Paupières closes.


     

    3/La passerelle.

    Se laisser traverser par soi-même. L’ongle est une barque miniature. La lune et toutes les lunes vous le diront. J’aime mon goût. Les étoiles aussi. La sueur me rend coquette : paillettes. 1er Juillet 2017, où serai-je ? La peau respire, la peau est libre. Ne pas croire aux rumeurs, aux légendes. L’amour est libre ou ce n’est pas l’amour. Il n’y a pas que l’univers qui soit une énigme. Mon bassin valse, danse, chante. D’où vient cette pluie intérieure ? Les insectes et les animaux me regardent. Jamais, ils ne me dévoreront. Je me dévore toute seule. Briser le puits du silence. Arc-en-ciel. Arc en yeux. La mer joue avec mes lèvres. J’aime cet autre sel. Ces autres vagues. Ni verticale. Ni horizontale. Arc en Corps. Arc en fête. Encore. Que ces fantômes généreux viennent nourrir tous mes orifices !
    Ni la mer, ni la forêt, ni la grotte ne m’ont avalée mais moi, moi, la petite femme seule dans la petite barque avec mon petit ventre, j’ai avalé toute l’histoire.

    (Et je marche. Je marche. Avec sourire).

    Lionel Parrini, 1° juillet 2017

     

    texte fondateur de Moni Grego

    L’INTERNATIONALE

    Paroles Eugène Pottier

    Musique Pierre Degeyter

     

    Debout, les damnés de la terre

    Debout, les forçats de la faim

    La raison tonne en son cratère,

    C'est l'éruption de la faim.

    Du passé faisons table rase,

    Foule esclave, debout, debout

    Le monde va changer de base,

    Nous ne sommes rien, soyons tout.

     

    Il n'est pas de sauveurs suprêmes

    Ni Dieu, ni César, ni Tribun,

    Producteurs, sauvons-nous nous-mêmes

    Décrétons le salut commun.

    Pour que le voleur rende gorge,

    Pour tirer l'esprit du cachot,

    Soufflons nous-mêmes notre forge,

    Battons le fer tant qu'il est chaud.

     

    L'État comprime et la Loi triche,

    L'impôt saigne le malheureux ;

    Nul devoir ne s'impose au riche ;

    Le droit du pauvre est un mot creux

    C'est assez languir en tutelle,

    L'Égalité veut d'autres lois ;

    «Pas de droits sans devoirs, dit-elle

    Égaux pas de devoirs sans droits.»

     

    Hideux dans leur apothéose,

    Les rois de la mine et du rail

    Ont-ils jamais fait autre chose

    Que dévaliser le travail ?

    Dans les coffres-forts de la banque

    Ce qu'il a crée s'est fondu,

    En décrétant qu'on le lui rende,

    Le peuple ne veut que son dû.

     

    Les rois nous soulaient de fumée,

    Paix entre nous, guerre aux Tyrans

    Appliquons la grève aux armées,

    Crosse en l'air et rompons les rangs !

    S'ils s'obstinent ces cannibales

    À faire de nous des héros,

    Ils sauront bientôt que nos balles

    Sont pour nos propres généraux.

     

    Ouvriers, paysans, nous sommes

    Le grand parti des travailleurs,

    La terre n'appartient qu'aux hommes,

    L'oisif ira loger ailleurs.

    Combien de nos chairs se repaissent !

    Mais si les corbeaux, les vautours,

    Un de ces matins disparaissent,

    Le soleil brillera toujours.

     

    Refrain (répété deux fois)

    C'est la lutte finale ;

    Groupons nous et demain

    L'Internationale

    Sera le genre humain.

     

    1 – MADELEINE, UNE FEMME DE RIEN

    La mer.

    Elle – Bonjour Monsieur, pouvez-vous me dire ce que je fais là ?

    Lui – Vous êtes en garde à vue, Madame. C’est nous qui posons les questions. Vous, vous pouvez ne pas répondre, c’est votre droit c’est dans la loi, mais je ne vous le conseille pas…

    Elle – Je ne connais pas ce monsieur…

    Lui – Oui c’est votre avocat commis d’office. Vous êtes une ayant droit à l’aide judiciaire aux indigents.

    Elle – Merci. C’est très aimable à vous. Que voulez-vous de moi ?

    Lui – Ben… On vous a retrouvée sur une page… heu… sur une plage… Les gens vous croyaient morte, et puis non…

    Elle – Je suis dans un drôle d’état Monsieur, je regrette d’être là, je regrette le chant des sirènes, les récits de la guerre de Troie, des guerres de Palestine, de toutes celles qui depuis des temps ancestraux et des pays innombrables, ont foutu à la mer des tas de corps pleins d’âmes. Vous n’auriez pas dû me réveiller. La mer m’avait engloutie et j’étais bien avec Ulysse, Don Quichotte, Virginia Woolf, Frantz Fanon, Ophélie, Pier Paolo Pasolini… Je flottais, heureuse là où plus rien ne pouvait me dire qui je suis.

    Lui – Vous vous souvenez de quoi d’autre ?

    Elle – Je me souviens juste que quelque chose voulait me dire quelque chose…

    Lui – Quelque chose ? Quelque chose ? Vous voulez dire quelqu’un ?

    Elle – Non, quelque chose, quelque chose, de l’autre côté…

    Lui – Je suis désolé… Il n’y a pas d’autre côté…

    Elle – Mais si, mais si, et c’est bien ça qui m’encombre…

    Lui – Qui vous encombre ?

    Elle – Oui, je ne suis plus sûre de qui j’étais avant…

    Lui – Avant quoi ?

    Elle – Avant que je sois ici, dans ce commissariat des Champs-Élysées… Vous êtes si joli, Monsieur l’inspecteur. Je me sens toute retournée rien que par vos yeux, comme sous l’étreinte d’un certain barbu au cœur tendre, ce monsieur Iscariote dont la trique me tenait en haut de… loin… aux sommets de toute illusion amoureuse, comme jamais. Et pourtant j’en ai eu des orgasmes, des énormes, des petits, des tout petits, des lumineux, des cosmiques, des tendres, des sonores, des mouillés, des rapides, des très longs, des vifs, des ayuverdiques, des catholiques, des musulmans, des visionnaires, des musicaux, des rigolos, des poétiques, des politiques, des sans issue, des renouvelés, des inventifs, des ciselés, des puissants, des fous…

    Lui – … D’accord, d’acccord, vous êtes bienheureuse d’avoir tout oublié de votre malheur, mais qui étaient les trafiquants, qui ?

    Elle – Je ne vois pas de qui vous parlez…

    Lui – De ceux que vous avez payés pour obtenir des papiers… Vous aviez sur vous des papiers : Madame Madeleine de La Coquette, écrivain, domiciliée à Toulon… Née le…

    Elle – … Première nouvelle. Je ne sais pas lire.

    *

    2 – MADELEINE UNE FEMME DE RIEN

    La grotte.

    MADELEINE – Pèlerins de Saint-Jacques et de notre galaxie, vous me voyez ici dans toute l’étendue de ma déconfiture. Ce drôle d’olibrius que tout le monde connaît depuis des millénaires, m’a fait croire en l’amour absolu et j’y ai cru et je sais qu’il existe. Mais où ? Lui il en a écrit là-dessus, il en a parlé, il en a même fait un best-seller. Ah pour la parlotte publique ça y allait, et tous ses fans qui buvaient ses paroles, et ceux qui n’arrêtaient pas de prendre des notes… Que de bla-bla !… Mais au pieu et à la maison… que nib ! Comme je lui rappelais que tout ce qu’il m’avait promis : « Rien que toi, toujours toi, encore toi, dans la vie… pour les siècles des siècles ad vitam æternam… », c’était rien que de la gnognote, ça le dérangeait. Et v’là-t’y pas qu’il me frappait quand il avait trop bu avec ses douze potes. Voilà pourquoi je me suis barrée… Je suis partie loin de lui vers n’importe où.

    J’ai fini par arriver dans ce lieu hors du monde qu’est la Sainte-Baume. Il faisait nuit, j’ai grimpé dans un sentier de chèvres vers le sommet de la montagne. À mi-chemin du sommet, je n’avais pas trente ans, j’ai trouvé cette grotte inhospitalière, humide. Elle m’a fait peur. J’ai pensé un moment à redescendre jusqu’au monastère où les frères m’auraient accueillie. Mais déjà je m’étais fixé un certain nombre de lignes de conduite afin de ne pas retomber dans les mêmes pièges, dans les mêmes trous de désespoir amoureux. Et l’un de ces principes était, par exemple, « Combattre la peur ». Oui, la peur, ce grand poignard planté dans tout désir… La première peur de cette ombre, de cette humidité, de cette solitude n’était pas grand-chose au fond, la peur de manquer, non plus. En l’absence d’amour absolu, loin de tout, que pouvais-je faire de mieux que viser à m’élever ? Quand il n’y a plus personne pour vous serrer dans ses bras, pour vous dire : « Je t’aime. Ma préférée entre toutes les femmes, c’est toi ! », que devenir d’autre qu’une illusion, un polichinelle désérotisé, une supercherie thérapeutique ? Je les connais les hommes, ils préfèrent, presque tous, une baudruche qui acceptera de la fermer, à un être vivant, perdu dans le désert des civilités bienséantes et pour lequel le moindre geste d’amour vrai qu’ils feraient serait une révélation, un accès concret au réel de sa féminité chancelante.

    La grotte, j’ai fini par lui ressembler, intouchable, indésirable, salie, interdite à l’amour vrai, ce cadeau, cet accès exceptionnel du non-être à de l’être… Mais qu’est-ce que je raconte ?…

    Moi, je ne m’élève, pestiférée, puante, dégoûtante, que pour éviter la jouissance puérile de ces hommes du siècle. Eux qui, désireux de ne pas, une fois de plus, se coltiner cette ancestrale demande de lumière qu’ils croient ne pas pouvoir satisfaire, s’en vont vers le néant du sexe ou vers des cristallisations figées dans la domination, la consommation, la consumation passionnelle… Toutes choses qui n’ont qu’un temps et s’envolent toujours, après usure, vers d’autres proies, d’autres corps esclavagisés, ad libitum

    Ne vous inquiétez pas pour moi. Je ne suis rien qu’une fille de rien. Rien de bon ne peut plus m’arriver. Rien… C’est quand rien ne va plus, que tout va bien. Ça va. Ça !... Ça ira…

    La plupart du temps je ne pense à rien. C’est impossible ? Non ! L’unité pure de mon être est devenue une sorte d’enchevêtrement sauvage d’une intériorité bazardée, déchiquetée, poignardée, souillée de mille gestes initiés par un mépris venu de loin, innocent et agissant. Avec aussi, malgré tout, la beauté éphémère de certains de ces gestes surgis de ces mains d’hommes anciens, incultes du féminin, qui ne savent pas, et ne veulent rien savoir, encore. Pourtant, de la beauté avance, absolument, dans le silence. Cette beauté réveillera les morts qui gisent en vous, en nous les vivants saccagés.

    La grotte de Madeleine est si facile d’accès. Venez voir ce que vous voyez sans savoir le voir. Allez, l’entrée est libre… Après vous, les damnés de la terre.

    *

    3 – MADELEINE, UNE FEMME DE RIEN

    L’amour sublime.

    « Erunt uno in carne una. » « Et ils ne firent qu’une seule chair. » Oui, leurs étreintes étaient un défi aux lois de la gravitation, à ce que la nature définit comme l’unité de chaque être. Leur amour les avait rendus plus proches que des jumeaux. Ce qui faisait jouir la chair de l’un était aussi une jouissance pour la chair de l’autre. Ce qui blessait l’un, blessait l’autre immédiatement. L’alchimie de noces d’or qui avait rapproché leurs corps les rendait invincibles. Comme des jumeaux stellaires, mais si différents, elle et lui allaient dans le monde, liés à jamais par la lumière, la vibration de la matière éternelle. Rien de ce que faisait l’un ne pouvait abîmer l’autre et, au contraire, cet amour absolu qui leur avait été donné on ne sait comment, dans les éclats de rire et de soleil de la Sainte-Baume, ne leur était que don prodigieux, émerveillement, miracle !

    Comme si tout ça qu’on nous apprend, qui nous pèse tant… on était là pour, peut-être, en faire quelque chose d’autre, quelque chose qui serait un peu plus léger, vivable, vrai… pour traverser des après moins rudes.

    Je me souviens, mais je ne le voudrais pas, d’un certain voyage. Maudit voyage. Un voyage fluvial, une nuit terrible de lèvres déchiquetées, de trésors de pacotille, de corps en lambeaux, d’une séparation brutale, qui fit que tout fut voué à la mort. Un Invité de Pierre s’éleva. Le fleuve se dirigeait vers la mer, mais la chaleur devenait telle que ce Commandeur lança une sorte de sollicitation à devancer l’appel pour griller, le plus tôt possible, corps et âmes et souvenirs, dans la géante qu’allait devenir notre soleil, puis dans la naine qui succèderait à cette géante que fut l’astre suprême. Là seraient enfin accomplis les désirs secrets de nos urnes démocratiques : être enfin tous mêlés, mixés… le Roi Soleil avec Fantine, les pharaons momifiés et les cadavres de Pompéï, le vieil azur, la licorne et sa dame, la mer toujours recommencée, salopée à jamais maintenant, pourrissante, faisandée par tous les corps migrants partiellement dévorés. Aubaine pour les poissons, ces salopards qui font ventre de tout, viandes rongées par les crabes, les rascasses, et même les majestueux hippocampes ces salopiots, élégants décortiqueurs, rats rongeurs de nos profondeurs.

    Ô sainte Humanité, enfin unifiée dans l’amour fou de la matière céleste et divine, joliment engloutie dans le prochain brasier solaire. Gloire à la fin de l’homme, cette gifle à la vie, enfin matée… Cendres et poussières, laves de feu. Magma qui n’en a plus rien à foutre du boson de Higgs. Les uns dans les autres à jamais hommes ardents et femmes ardentes : Léonard de Vinci et Jean-Luc Godard, Marilyn Monroe et Rachida Dati… Gilles Deleuze et Pauline Carton, William Shakespeare et Lolo Ferrari, Marguerite Duras et Marc-Olivier Faugiel, Dominique Strauss-Kahn et Camille Claudel, Yourcenar et Bigard, Hitler et Anne Frank, Sigmund Freud et Onfray, Bardot et Picasso… Etc. etc. Oui bien niqué le boson de Higgs.

     

    Moni Grégo

    *

    Écriture à La Coquette de Toulon, sous la direction de Jean-Claude Grosse, pour L’Été du Léthé du 1er juillet, aux côtés de Fabienne Ashraf, Isabelle Barthélémy, Marilyne Brunet, Sylvie Combe, Christian Darvey, Yves Ferry, Michelle Lissilour, Éric Méridiano, Lionel Parrini, Wianney Qolltan, Raphaël Rubio, Pauline Tanon.

     

     

    texte fondateur de Wianney Qoltann'

     

     

    Autocorrection

     

    1

     

    Andante

     

    solo : Ce matin/c’est décidé/je procède à mon arrestation.

    chœur : Cellule/

    solo : Microcellule/

    chœur : Espace space désolé

     

    solo : Vais-je m’enfuir de

    chœur : dès que dès que

    solo : dès que j’aurai le dos tourné ?

    chœur : Envoyez la pub !

     

    2

     

    andante

     

    solo : Ces derniers temps/

    chœur : temps

    solo : Ces derniers

    chœur : temps

    solo : les choses se

    chœur : temps

    solo : se sont préci

    chœur : temps

    solo : pitées :

    chœur : temps

    solo : ça prend une

    chœur : temps

    solo : tournure qui n’me plaît pas

    chœur :(sur le souffle, crescendo) hha hha hhha hhhha

    solo : du tout

    chœur : temps

     

    3

     

    andante

     

    chœur : /sortie d’cellul’/

    solo : nnnan!

     

    chœur : Repas

    solo (sur le souffle) : hha

    chœur : végétatifs

    solo : /beurk

    chœur : bio é-thik et tictactictac//

    solo : plant’ j’deviens une

    chœur : plante

    solo : une

    chœur : plante

     

    chœur : onz’ centimètr’ddouz centimètr’ treiz’

    solo : nnnan

    choeur : grève.

     

    adagio lento

     

    solo : plant’

    choeur : figggée

    solo : plant’

    choeur : figggée

     

    solo : ppll

    choeur : fi/gée

     

    4

     

    andante, martelato

     

    solo : lors/de/

    chœur : ab

    solo : lors/de/ mon/

    chœur : ab

    solo : dernier entretien/

    chœur : ego-ego-ïne

    solo : j’me suis trouvé

    chœur : ab

    solo : ab

    chœur : absent

     

    comme une valse :

     

    solo : j’ai posé la têt’

    chœur : à côté du rest’

    solo : pour penser de loin

    chœur : ego-ego-ïne

    solo : j’sais plus où j’en suis

    chœur : troubl/G-P-S

     

    solo : J’ai/ enga

    choeur : j’ai/

    solo : enga

    chœur : j’ai/

    solo : enga

    chœur : j’ai enga

    solo : j’ai

    chœur : des poursuit’ à mon encontre 

     

    solo : j’ai/

    chœur : comment

    solo : j’ai

    chœur (riforzando) : j’ai commen

    solo : j’ai/

    chœur : comment c’est

    solo : j’ai commencé/

    chœur : comment cesser

    solo : commencé/

    chœur : à me laisser

    solo : des indices/

    chœur : unpeupar-

    solo : -tout

     

    lento

     

    solo: Traces de pas

    chœur : traces pas

    solo : tâch’ de sang

    chœur : tâch’ sang

    solo : trrash

     

    andante

     

    solo : Jje/ n’m’attends

    chœur  : je n’m’attendais pas

    solo : at ten dais

    chœur  : à re

    solo : à me re-naîtr’

    chœur  : à me reconnaîtr’

    solo : mais j’espérais

    chœur : mais j’errais

    solo : entre chien et raie....

     

    solo : Jje/ n’m’attends

    chœur : je n’m’attendais pas

    solo : at ten dais

    chœur : à re

    solo : à me re-naîtr’

    chœur : à me reconnaîtr’

    solo : mais j’espérais

    chœur (sforzando) : une sssort’ /

    solo : sssortie d’secours

    chœur : ssortie d’ce cous-cous

    solo : une rédemptiooooonnn------ (son osseux, laisser vibrer)

     

    5

     

    lento, en faisant bien ressortir les contrastes sonores

     

    Forte

     

    solo : ttrrrremblement de

    chœur  (sotto voce): cccoooorps------- (laisser vibrer)

     

    Mezzo forte, comme un écho lointain de ce qui précède

     

    solo : quinz centimètr’

    chœur : seiz’

     

    Forte

     

    solo : trembbbbleument de

    chœur : cooorps--------- (laisser vibrer)

     

    Mezzo forte, comme un écho lointain de ce qui précède

     

    solo : seiz’ centimètr’

    chœur : quinz’

     

    Forte, en respectant scrupuleusement les accents

     

    solo : tremblement

    chœur : tremblement de

     

    solo : tremblement

    chœur : tremblement de

    solo : seiz’ centimètr’

    chœur : seiz’

    solo : animal

    chœur : mâle

     

    6

     

    tango tranquillo

     

    solo : Jje

    chœur : re/fujj

    solo : jje mm

    chœur : bbleub/ bleub

    solo : jje mm

    chœur : bbleubbleub

    solo : bois la tass’/

    chœur : refujj

    solo : bois la dans une

    chœur : tass’/

    solo : / piscin’à

    chœur : bbleubb tass

    solo (riforzando) : vagues

     

    legato

     

    chœur : planq’

    solo : artifis’

    chœur : planq’

    solo : artifis’

    chœur : ciel/ cccomme un

    solo : ccoma ccomm’

    chœur : homme éthiliqqq’ tout éqqqui

     

    7

     

    a poco a poco rallentando

     

    solo : Jje m’suis collé contr’

    chœur : un

    solo : collé

    chœur (ritenuto) : un contr’

    solo (simile) : un

     

    accelerando:

     

    solo : Jje m’suis collé contr’

    chœur : contre un avis

    solo : m’suis collé un

    chœur : contraint forcé

    solo : avis d’recherch’ ch ch ch ch

     

    comme un echo, rubato

     

    chœur : Qui-est-elle/ 

    solo : et moi je ?

     

    andante

     

    piano à forte (<):

     

    solo : Jje m’suis collé

    chœur : ddans’l’dos

    solo : contraint

    chœur : ddans l’hypothèz’

    solo : collé un avis

    chœur : aid’rait/

     

    mezzo piano à fortissimo (<), de plus en plus animé

     

    chœur : un avis d’recherch’

    solo : qui coll’ à

    chœur : la peau

    solo : ma disparition

     

    solo : je me gliss’/ le long d’la colonn’

    chœur : totem/

    solo : /je me plaq’/

    chœur : totem miné

    solo : néalogiq

    chœur : à feuill’ caduq’

     

    solo : déni

    chœur : logiq’

    solo : en devenir

    chœur :ant/

    solo : translucid’

    chœur : vivant/

    solo : nnnan

    chœur : coupable !

     

    8

     

    andante

     

    solo (timbre medium)  : D’une main/

    (timbre grave): je me menote

    chœur (medium) : Main (grave)me mememe me mememememe (medium) d’une main

    solo (aigu) : De l’autr’/

    (medium): je me dododododonne

    chœur (grave) : dde l’autr’

    solo (medium) : un coup d’main

    chœur : Gaaaaard’ à vue !

     

    9

     

    vivace

     

    solo : Je m’enferme dans ma chambre à air à double tour

    chœur : et je me tourne autour en appelant au s’cours

     

    solo : Je ne parviens pas à m’entendre

    quasi seulement mouvement des lèvres, seuls les accents s’échappent :

    Je ne parviens pas à m’entendre

    +chœur : Je tetete t’a te te ttends

     

    chœur: trent’centimètr

    solo : tour d’ivoir’

    chœur : trent’centimètr trent’

    solo : Je me perds

    chœur : labo labyrinth’

    solo : en pleine mer

    chœur : labo labyrinth’

    solo : placentair’

     

    10

     

    allegro

     

    chœur : Je me cale

    solo : dans une boxe

    chœur : je m’accuse: /

    solo : / je n’étais pas quand c’est arrivé mais

    chœur : quand c’est arrivé ? //

    solo : /je n’étais pas quand c’est arrivé

    chœur : comment c’est arrivé?

     

    chœur : quarant’ centimètr’ zéro-zéro-zéro/

    solo : Mon enfance est sans histoir’

    chœur : Dossier/

    solo : parents/

    chœur (sforzando) : dossier parents dossier perdu dossier parent perdu/

    solo (meno forte) : /Mon enfance est sans est sans histoir’/

    chœur (sforzando) : mes parents n’ont p’ n’ont pas de mémoir’/

    solo : / J’aurais quand mêm’ pu m’éviter

     

    11

     

    allegro

     

    solo: Je me livr’à ma justice

    chœur : je me bbaaaa(hh)ts/

    solo : Je me cite à

    chœur (sforzando) : à la bbarr’/

    solo (ordinario) : je me cit’à comparaître

    chœur : je me bbaarr’

     

    solo : ce non act’/

    chœur (sotto voce) : à la fois/

    solo (ordinario) : je me cite à

    chœur : était à la fois horribl’/

    solo (sotto voce) : à la fois/

    chœur (ordinario) : horribl’ et indispensable

    solo (sforzando) : je me cit’

    chœur (sotto voce) : à la fois----

     

    solo : /je n’sais pas pourquoi j’me dis tout ça puisque je n’mécout’pas

     

    12

     

    andante

     

    solo: excroissanc’/

    chœur : la pt’tit’ bêt’ qui

    solo : plaint’ contr’ X/

    chœur : contr’/

    solo : //naissanc’sous XXL (Laisser vibrer.)

     

    legato, un poco più tranquillo

     

    solo(tremolo) : paaasser une grande partie d’sa vie

    chœur (piano) : paaasser/

    solo (ordinario) : à défair’ ce qu’on n’a pas construit/

    chœur : fin d’citation

     

    13

     

    vivace

     

    solo : mmmontée/ des eaux/

    chœur : fffuit’/

    solo : liquid’ amnio

    chœur : tic tac tic tac

    solo : // réflexion anar à la Narciss’

    chœur : tac tic tac/

    solo : /qu’est ce que j’vais dev’nir quand j’s’rai plus là ?

     

    chœur : contr’ action/

    solo : aïe !

    chœur : tac tic tac

    solo : goulot d’é

    chœur : fffuit’/

    solo : du haut du totem

    chœur : invisibl’/

    solo : je me jett’

    chœur : tic

    solo : dans l’antinatur’

    chœur : ffuit’

    solo : chut

    chœur : ffuit’

    solo : escalad’

    chœur : disparaîtr

    solo : invz viz zi (morendo:)

    chœur : bl

    solo : bl

    chœur : bl

    solo : bl

    chœur : ble ad libitum

    solo : ble

    chœur : ble

    solo : bleu

    chœur : bleu

    solo : bleu....

     

    Coda

     

    Hors du temps, d’une voix blanche :

     

    solo : Y a-t-il une vie après la nuit ?

     

    chœur (voix décalées, en canon) : Le médecin légiste confirmera.

     

    silenzio assoluto

    texte de Wianney Qoltann'

    Naufrage ?

    Partie 1

    ... la douleur, la peur, Elvire, la douleur, la peur, Elvire, alitée : flagrant des lits, la douleur, la peur, l’horreur, la douleur, Elvire, alitée, la douleur, délires, réel : flagrant délit : la douleur, sale mine, mal : termite : mal-termite : broyeur, vide, rongeur, rapide, rageur, vengeur, y a erreur, erreur sur la victime, acide aminé, incident miné, mine de plomb acariâtre, verdâtre, rageur, vengeur, y a erreur sur la victime, sur la victime, erreur sur la victime, victime, y a erreur sûr, la victime, la douleur, la peur, l’horreur, y a erreur, sûr, erreur sur la victime, virale,erreur virale sûre, la victime, rassure pas, la victime, y a erreur, y a effroi, la douleur, mal : termite, mal-termite : broyeur, vide, rongeur, mine de plomb acariâtre, étau qui broie, étau étroit, étau, qui broie, toqué, fou, qui broie, qui broie, toqué, qui broie, toqué, broie, broie, broie, du noir, noir, intense, intense, noir intense, sentiment castré, déglingué, dégingandé, plus rien, rien, du noir, broie, du noir, noir, du noir, noir , noir , noir, intense, sentiment abîmé, noyé, castré, noyé, noyé, castré, limé, éliminé, mal mené, miné, né, et mort, mené par le bout du mal, malmené par le mal : termite, mal-termite, paterne pas terminé, termite, mite, imite acide, crée du vide, rongeur, rageur, vengeur, vengeur...de quoi ? vengeur de quoi ? mangeur de couenne, mal : rongeur, rapide, rageur, vengeur, y a erreur sur la victime, y a abîme, mal : acide à miner, sévices animés, vice miné, vissé, service compris, sévices complets, vices accomplis, mal qui prive, Elvire qui prend, Elvire qui rend, mal qui prive, vices et complices, vices sans polices, sans contrinventions, en contrat d’insertion, contraint à l’insertion, à l’encontre, contre, contre, contre, contre, con, la tête contre, les murs, contre, les murs, en contrat d’insertion, contraint à l’abandon, à l’encontre, contre, vices, sévices : mal qui prive, mal compris, y a erreur sur la personne, y a Elvire qui détonne, qui délire, qui, qui, qui , qui , qui , qui ? Y a Elvire qui soupire, pire, y a Elvire, qui, au pire, pire, condamnée à errer, y a erreur sur l’ermite, mal : mal-termite, termite mâle, broyeur, termine pas, broyeur, acide, termite, mite, imite acide, rongeur, acide aminé, suicide a miner, animé par subside, insecte acide, mal : acarien, rongeur, attaque sans limite, flagrant délit, délices en friche : compte en Suisse, mal- termite, broyeur, termine pas, Elvire : ermite, ermite dans sa douleur, termine mal, mal en profondeur, fondue dans l’horreur, mal-en-odeur, couleur pâle, vermifuge, refuge néant, refus sans, refus lent, inexistant, inconscience suspendue, absence interdite, dite facile, improbable, miracle raté in extremis, Elvire, odeur rance, souffrances, souffles courts, hymne à l’amour, à l’obéissance, secours figé, oublié, frelaté, discours inutiles, débits débiles, hymne à la mort, pas encore, Elvire, souffle court, couleur grise, mine, grise mine, plomb, Elvire, ermite, ermite dans ta douleur, couleur pâle, termine mal, mal-en-odeur, rance, grise, mine, plomb, grise, plomb, mal : frayeur, termite, rongeur, extermine, mal, frayeur, terreur, terreur, terreur, y a erreur sur elle, Elvire, toi, seule, ermite, mal au corps, mal : dévore, encore, encore , encore , encore, mal au coeur, la douleur, Elvire, les leurres, les leurs : passent, les leurs : riens, passent, la douleur : impasse, la douleur : impasse, les heurts, les heures passent, passent, passent, passent, les leurs, les leurs, les leurs, il est l’heure, pas encore, pas, pas, pas, les heurs, les leurres, les douleurs, déflore, dévore, tu dors mal, tu dors pâle, en mal, mal d’aurore, mal : termite, écrasement, fureur : même pas, place vide, regards : vides, vie : vide, expressions rares, vie vide, livide, expressions rares, sourires hagards, faibles, à peine visibles, filaments blancs transparents, parenthèse vide, parents terribles, enterrée, pas encore, par intérim, et encore, mal : dévore, expressions rares, sourires hagards, à peine visibles, parents absents, fils coupés, fille-ermite, je suis là, je suis là, Elvire, y a erreur sur le regard : fil vitreux, livide, creux, sans vie, sans intrigue (intrigue pourtant), toi Elvire, seule, je suis là, presque seule, Elvire, sourire vide, y a erreur sur la candeur, (grandeur pour tant), fièvre, mal a dit : « encore », mal a dit « errance », elle a dit : « d’accord », elle a dit : « mal », j’ai « mal » , elle a dit peu, et : presque rien, quoi- ?tu veux quoi- ? elle a dit : « rien », elle a dit : « rien », elle a rien dit, elle a dit « peux », « peux plus », dis, dis, dis, dis : encore, dis, encore, Elvire, elle a dit « rien », peut plus, rêve plus, cyanure elle rêve, tente pas, pas encore, veut pas, peur, mort, pas encore, pas l’odeur de cadavre, pas exquis le cadavre, pas franchie la muraille, le braille de la mort, la langue des signes isolés, l’insupport, le geste décisif, incisif, perdu, fou, feu follet intrépide et vif, pas encore, feu follet, geste impudique, trop d’efforts, Elvire, sur son lit, vide, pas encore, trop d’efforts, Elvire, sur son lit, le lit d’eau, stagnante, coule pas, à flots, de larmes, coule pas, à flots, à ras bords, lit tranquille, île flottante, parodie menaçante, paradis, paradis, rêve,

    Partie 2

    Soudain, Elvire, sourit, là, je rêve, Elvire,sourit, sourit, va, paradis, dit possible, encore, paradis, dit possible, Elvire dit : « peut-être », elle dit : « peut naître », un souffle, peut n’être qu’un instant (peut être pourtant), peut être reposant, printemps : Elvire née sans, là : printemps naissant, Elvire mal reçue, mal sans interdit, brisures, là pourtant sens naissant, portant espérance, douceur latente, apparente, luminescente, chance en puissance, Elvire, née avec sans, avec sens interdits, sang figé, dépareillé, ignifugé, là : printemps, un instant, espoir naissant, pour tant, peut n’être qu’un instant (peut être pourtant), espoir naissant, non muselé, souffle court, long cours vers vie, court vers vie, long cours vers vie, vers vie, vers vie, cours vers vie, long cours, souffle long, long vers, long vers vie, cours vers vie, rivière limpide, course lente vers l’essence, peut n’être qu’un instant (peut-être pourtant), printemps (peut-être vraiment peut être), peut être souffle lent, lent, s’éloigne du couchant, lent, marche à l’ombre puis vers rayon vert, atteint le rayon vert, le vert lumière, à toi, Elvire, l’indicible rayon vert, à toi, un instant (peut être vraiment), le vert lumière, l’onde file vers le rayon vert, entre ciel et mer, aux confins des univers, des univers étirés, allongés, offerts, étirés, allongés, illimités, donnés pour tant donner (pourtant), désirés depuis... des années depuis...des années depuis...des années de larmes sèches, là enfin à portée d’espoir, là : rivière limpide, course lente vers l’essence, cours moussu glissant vers renaissance, idée d’aller mieux, d’aller /peut aller peu mais/peut aller mieux, mieux, mieux, aller mieux, faire mine d’aller mieux, faire semblant de passer du gris au blanc, du blanc au rose, du rose à l’opale, au doré, au hâlé, mieux, absence tout d’un coup de douleurs, d’étaux, être capable d’aller, d’aller, marcher, marcher, Elvire, nager, entre deux aubes, entre autres temps, là, éperdument abandonnée, donnée au souffle, au rayon vert, donnée, à la beauté, capable de s’émerveiller pour des prunes, pour des dunes de sels dorés, des auréoles boréales, des aurores idéales, des alignements mythiques d’arbres au vert Cythère, là, te baigner dans la sphère, outremer, outreterre, vite animée, vitaminée, Elvire, sourit, à moi, sourit, à moi, moi sans douleur, Elvire, sourit, à moi : Larry, Elvire, heureuse, miracle, heureuse elle a ri elle a ri elle a ri : «elle arrive elle arrive elle arrive, Larry, elle arrive Larry Larry Larry Larry elle arrive la rive la rivière la rivière la rivière la rivière hier hier hier l’enfer hier l’enfer hier l’enfer : l’infect, là : la rivière la rivière la rivière » oui, Elvire, doucement, Elvire, doucement, Elvire (prends ton temps), ton temps (prends ton temps), la rivière la rivière la rivière elle arrive elle arrive elle arrive, Elvire, la rivière, elle arrive, vers toi, vertige, attends, elle arrive, respire, Elvire, pas trop vite, ça tangue, Elvire, ça tangue, tangage, tangage, tangage, tangage, t’engage pas, t’engage pas, pas trop vite, Elvire, pas trop vite, la vie pas trop vite, la vie, ça tangue, ça tangue, ça tangue, prends ton temps d’oublier : la douleur, prends ton temps d’oublier : la douleur la douleur, prends ton temps d’oublier t’engage pas, les restes : la douleur, le mal, on verra , les bagages : on verra, les restes, les bagages : les orages, les rages : on verra les rages : on verra, les rages : on verra, les bagages... t’engage pas, sage sage sage sage reste sage respire, Elvire, respire, tantage, tangage, t’engage pas, Elvire, t’engage pas,

    Partie 3

    soudain : virage, tapage : retournée, barque : retournée, barque retournée ! retourne retourne retourne retourne tourne retourne tourne tourne retourne toi, plus vite, retourne, toi, plus vite, plus vite, toi, plus vite , plus vite , plus vite, vite , vite , vite , vite, plus vite, vite, vite, vite , vite vite vite vite vitevitevite vis vis vis vis vis vis, Elvire, vis, Elvire, regarde, rivage, regarde, rivage, courage, Elvire, rivage, corps étalé, ton corps étalé sur rivage, étalé sûr, rivage, étalé, Elvire, respire, ton corps : est allé sur rivage, allez, respire, Elvire, respire, reste, reste, reste, reste, vis, vis, vis, allez, vis, respire, vis, respire, vis, Elvire, Elvire, allez, respire, vis, Elvire, allez, respire, respire, je t’aime, Elvire, je t’aime, Elvire, vis, respire, courage, allez, laisse pas, m’laisse pas, m’laisse pas, m’laisse pas tomber, tombe pas , tombe : trop tôt, m’laisse pas, Elvire, m’laisse pas, vis, vis, Elvire, m’laisse pas, m’laisse pas, tombe trop tôt, m’laisse pas tomber, je t’aime, Elvire, je t’aime, Elvire, elle elle elle ellelleelleelle elle est belle elle elle elle est elle est elle est elle est elle est..., pas partir, elle est, allez, vis, pas partir, pas, pas partir, pas partir, Elvire, allez, vis, respire, vis, respire, allez, allez, elle est, elle est, elle est, elle, elle, elle, elle est, respire, allez, vis, pas partir, je t’aime, elle est, vis, souviens-toi, vis, souviens-toi, vis, souviens-toi, et moi, émoi, émoi, souviens-toi, émois, seuls, à deux, courage, souviens-toi, à deux, les yeux bleus, à deux, les enfants, beaux, blonds, feux, à deux, m’laisse pas, je sème, je sème, je t’aime, Elvire, rêve, respire, courage, te rends pas, accroche-toi, et moi, rêve, encore, accroche, toi, et moi, seuls à deux, le désert : autour, la paix : aux corps : les caresses, les envies, vis, les enfants, les sourires, les désirs, aux corps, au secours, accroche-toi et moi, encore, juste un peu (pour tant) effort, pour eux, pour nous, pour toi, pour vivre, pour voir, pour croire, pour apprendre, pour souffrir, pour rêver, pour sentir, pour comprendre, pour savoir, pour l’espoir, perle d’espoir, perle d’espoir, pas perdre espoir (pour tant), pas perdre, pas, pas, pas pas pas pas pas pas pas, pas quitter, pas quitter, je t’aime, je rêve, je suis là, là, je suis là, là, là, là, je suis là, je suis las , je suis las , las las las las, aidez-la, aidez-la, des mots, des bras, aidez-la, au delà des entailles, des brûlures : déchirures, du mal : termite, Elvire, pars, pars, pars, pars, si tu veux, pars, si tu veux, pars, tu ne veux pas, tu ne veux pas, tu vis ! tu vis ! je t’aime, maintenant : c’est vivant, c’est du vent, des vagues, des souvenirs : vagues (pourtant), des souvenirs, c’est vivant, je t’aime, c’est vivant, c’est du vent, je pleure, je vis, je meurs, je vis, pars, reste, comme tu veux, c’est vivant, reste, pars, comme tu veux, c’est vivant, je t’aime, je t’aime, je t’aime, je t’aime...

    Naufrage ?

    Triptyque pour un personnage  : Harry

    Décor : libre, voire rien

    Silence entre chaque partie

    Wianney Qolltan’

    « Laissez passer »

    texte de Pauline Tanon

     

    Extrait d’un poème inédit d’Armand GATTI :

    pierres

    de grande mer peuplant les géographies enfantines

    elles ne servent à marquer ni le nord

    ni le sud

    elles ne font point signe

    aux bateaux en souffrance

    elles échappent aux manuels scolaires

    Lorsque couvertes par le sel des larmes

    elles parlent de trésor enfoui

    c'est de trésor appris aux récréations

    des cours élémentaires

    Leur dessin à la craie

    sur les murs des préaux

    les disent accessibles

    Mais

    tu les as toujours ignorés

     

    [Sur la mer]

     

    Elle – (sur l’air de la chanson « Les petits papiers » de Gainsbourg)

    Laissez passer les p’tits papiers

    Papiers d’Irak ou de Syrie

    De vos hublots, bien calfeutrés,

    Laissez passer…

     

    Lui – Marie Madeleine donne un grand coup de rame, si grand, si enragé, qu’elle se brise (la rame, pas Marie Madeleine, Mim l’Invincible !). Je te regarde, Mim, et je m’agace de ne pas savoir vers quelle(s) direction(s) – au singulier ou au pluriel – tu ramais ? Voilà ta pagaie réduite en deux morceaux. Ils te tombent des mains et tu les jettes, les abandonnes aux courants marins, dont je ne sais rien et dont ma jalousie s’inquiète. Réponds.

     

    Elle – Si tu m’écoutes.

     

    Laissez passer les p’tits papiers

    De Mossoul ou bien de Gaza

    De Jordanie ou de Turquie

    Laissez passer.

     

    Laissez passer du Sud Soudan…

     

    Et merde !

     

    Lui – Mim ?

     

    Elle – Suis-je recherchée ? Assise à fond de cale, quelque part au large d’îles sans visage, je pourrais tenter de me laisser dériver… au risque de revenir à mon point de départ.

     

    Lui – Ou de couler.

     

    Elle – J’ai trouvé derrière le gouvernail un couteau, alléluia, qui porte un drôle de nom : c’est un nontron.

     

    Lui – Un intrant ?

     

    Elle – Non, un nontron, avec on et haine avant, non.

     

    Lui – Non-tronc, comme la femme-tronc que tu es, Marie Madelon, assise dans ta barquasse sans moteur ni voile, cachant tes jambes et tes pieds et… ton « séant » et ton visage même derrière tes longs cheveux épars ?

     

    Elle – Nan. Nontron, n, o, n, t-r, o, n. Fabriqué en Dordogne, dans la ville du même nom, dans du bois de buis bien dur. Fine lame ! Saurais-je m’en servir ? Faut-il le manier de la main droite ? ou de la gauche ?

     

    Lui – Que veux-tu en faire ?

     

    Elle – Ou à deux mains ? Je vais commencer par tailler une nouvelle rame. Et quand j’arriverai au port, doux Jésus, je le plante dans le ventre du premier qui me barre la route.

     

    Lui – Mais quelle route, Mim ?

     

    Elle – Ce nontron m’étonne, comme si je l’avais déjà tenu dans ma main autrefois, il y très longtemps, dans une autre vie. Qu’en dis-tu ?

     

    Lui – C’est un symbole phallique.

     

    Elle – Aurais-je été un homme dans une précédente existence ? Pourtant ces cheveux, ces seins, ces lèvres, leur douceur, leur poids, leur galbe, je les sens tellement miennes !

     

    Lui – Miens. Le masculin l’emporte.

     

    Elle – Je les aime tant… Je les connais mieux que personne. Non ! D’autre chose qu’un sexe ce nontron est le nom ! Je trouverai ! La mémoire me reviendra.

     

    Lui – Elle a fini de sculpter une nouvelle rame. Elle l’empoigne et repart énergiquement sur ces eaux dans la nuit nouvelle baignée dans par la lune apparue. Son rafiot s’éloigne.

     

    *

    [A Toulon]

     

    Elle – Approchez ! Approchez ! Monsieur ? Un jaune ? Un Picon bière ? Un Daïkiri ? Un Fred-Zizi ? Vous ne connaissez pas le Fred-Zizi ? C’est un vin cuit remis à la mode par les propriétaires d’un vignoble de Frontignan, près de cette île singulière de Sète. Ils ont décidé de le ressusciter. C’est pas mauvais et puis surtout c’est drôle, Fred-Zizi, hihi ! Approchez, mais sans toucher ! Personne n’a le droit de me toucher !

     

    Lui – Pourquoi ?

     

    Elle – Ben je ne sais pas. C’est écrit.

     

    Laissez passer la p’tite pépé

    Des bords d’la Méditerranée

    Y’a pas d’souci, pouvez zyeuter

    Mais laissez passer !

     

    C’est parti : trois Fred-Zizi pour la cinq ! Si j’ai pas honte d’être si idiote ? Non, toute honte bue avec toutes les larmes de mon corps. Je ne pensais pas, bien sûr, débarquer dans ce rade de « La Coquette » en arrivant à Toulon. « La Coquette », c’est pas le nom du strabisme ? D’une femme qui louche, on dit qu’elle a une coquetterie dans l’œil, non ? Eh bien, vous y êtes : ici, c’est le plus louche du louche !

     

     

    *

    * *

     

    [Toujours à La Coquette, elle devant son ordinateur, lui sur l’écran : elle le skype]

     

    Elle – Mon doux Jésus !

     

    Lui – Elle coupe une tranche de saucisson de Toulon en riant aux éclats de sa stupide blague. Devient vulgaire.

     

    Elle – Non, vraie !

     

    Lui – Ah ?

     

    Elle – Vrais, les chiottes détraqués, la gouttière qui fuit, la machine à café en panne. Vraie ta cuite, vraie ma fatigue, vraie ta trique, vraie… vraie… Pas vrai ?

     

    Lui – Non. Je ne te désire pas.

     

    Elle – Tiens donc ! Tu veux un dernier Fred-Zizi ? C’est moi qui régale.

     

    Lui – Pauvre Mim, où t’en vas-tu ?

     

    Elle – Aporie. J’ai vu ce titre sur la couverture d’un livre dans la salle d’attente chez le gynéco cet après-midi. Tu sais ce que ça veut dire ?

     

    Lui – Qu’allais-tu faire chez le gynéco ?

     

    Elle – Des examens. Des examens du ventre. Sais-tu ce que c’est ?

     

    Laissez passer les p’tits bébés

    D’Afghanistan ou d’Ethiopie

    Ou bien même de Grande Papouasie

    Laissez passer

     

     

     

    Elle est là, elle attend

    Elle ferme les yeux et se voudrait Madeleine traversant la mer, libre, entourée de vent et d’incertitude

    Ne pas savoir pour ne pas avoir mal

    Le désespoir l’occupe toute entière

    Elle se penche, écoute le cœur de l’Autre

    Puis passe son visage au travers des grilles

    Bientôt elle devra choisir

    Mais ce choix là n’en est pas un

    Une mascarade

    Elle le sait, ça lui fait tordre le ventre

    Aucun miracle ne viendra aujourd’hui

    Les paroles ont disparu

    Seul le bruit des cigales au loin, l’odeur des poubelles putréfiées par l’été, le cri des enfants désœuvrés l’accompagnent

    Seule

    Elle retourne auprès de l’Autre

    Bientôt ne restera que les battements de son cœur à elle

    Elle ne pense pas encore aux larmes

    Elle est dans la mort d’avant

     

    Tordue sur son lit, le dégout entre les jambes

    Elle accouche de son chagrin

    Son ventre est dur et froid comme la terre

    L’Autre est seul maintenant

    Et n’a plus besoin d’elle

    Inutile corps sur le drap

    Elle sent sur son bras encore un peu le souffle de l’Autre

    Encore un peu le corps de l’Autre

    Sa couche est l’antre de la douleur

    Elle y reste longtemps pour l’ancrer là

    Pour ne pas qu’elle se déplace ailleurs

    Sentant qu’ici, elle pourra la dompter

    Elle contemple le plafond, cherche un signe

    En voit mille et finit par sourire

    Ses larmes coulent et elle les laisse l’inonder

    Elle est dans la mort du juste après

     

    La souffrance s’est transformée en absence

    Restent parfois des empreintes immenses et nues

    Qu’elle foule en esquissant le quotidien

    Elle connait le temps que prend l’oubli

    Joue avec lui par touches discrètes

    S’arrangeant de la langueur d’un jour ou le fatras d’une nuit

    Elle sait aussi la lenteur silencieuse

    La résilience ordonnée où tout pourra être encore beauté
    Luxe, calme et volupté.

     

    Sylvie Combe

    Je suis tout , dans ma chair et mon sang. Je suis ceux d’avant et ceux d’après. Je suis la terre et le ciel. Moi, Madeleine, j’ai souvent rêvé de mon destin car je savais qu’il serait unique. Chaque jour, j’emprunte pieds nus les chemins de terre aride en rêvant de fleurs que je n’ai jamais vues. Mon nom est celui d’une sainte dont le ventre ne produira jamais de fruits. Pourtant je sais qu’un homme m’attend quelque part ; qu’il prépare ma venue avec impatience et obstination mais que lorsque je m’installerai, confiante, dans le foyer qu’il a construit , il se détournera peu à peu de moi. Je regarde l’horizon et je sais que la seule véritable existence se trouve de l’autre côté. La ligne blanche est une impitoyable ,lame tranchante qui,chaque nuit égorge et punit mes frères de leur témérité, buvant le sang qui s’écoule en fumée dans l’opacité de l’ abîme. Ce soir ce sera peut être mon tour. Ce soir je risquerai mon cœur , mes souvenirs et mes rêves. Je ne laisserai rien derrière moi pour que ceux qui restent se souviennent. Je n’aurai fait que passer. Dans l’embarcation fragile qui défiera les flots capricieux, je me protègerai de ma robe de coton, de mes cheveux, et d’un petit sachet de poivre. Avant que le soleil ne brule mes paupières, que la soif n’entaille ma gorge, que mes pieds ne frôlent les corps desséchés agonisant au fond de la barque, je l’ouvrirai. Chaque inspiration de brise salée et de parfum de terre sera l’imperceptible souffle frais qui me conduira là bas…

     

    Le fait d’avoir été choisie m’a gardée en vie. J’ai entendu l’appel dont je savais depuis toujours qu’il se ferait entendre lorsque je n existerais plus que par la sensation de m’absorber,  les vagues scintillantes me laissant entrevoir les joyaux de mon futur royaume. Il m’appelle ,Moi, grande dans la souffrance dont le prix est l’éternelle résignation à endurer jusqu’à la jouissance.
    Mes cheveux sont secs de sel et du sang des cadavres ayant fait la traversée sans être mangés par les poissons ou les hommes. La terre d’accueil est hostile. D’autres embarcations de fortune traînent çà et là, échouées et vides ; Nous , survivants , sommes extirpés de nos planches pourrissantes et acheminés vers la terre ferme. Séparés, triés, évalués. Foire aux bestiaux, marché aux esclaves. Deux hommes au regard sombre s’avancent vers moi en silence et me font monter dans une carriole. Je ne sais plus rien : je ne Le vois plus , ne L’entends plus. Malgré mon corps famélique et endolori, je sombre dans le sommeil le plus profond de mon existence. Au réveil, les deux hommes , silencieux, conduisent la carriole. Mon corps est léger comme une plume. Mes plaies et ma faim ont disparu ; mes cheveux sont doux et balayent mon visage, soulevés par le souffle à peine perceptible du vent . Il est de nouveau près de moi, me conduisant à sa demeure, je sens presque sa main frôler la mienne ; son regard étincelle à travers les branches, son sourire effleure mon cœur.

    Majestueuse, la grotte se dresse au sommet de la montagne. Son entrée est sombre, silencieuse, fraiche et profonde . J’explore ses cavités des heures durant et alors qu’il n’y a aucune lumière, je trouve mon chemin et distingue clairement les images gravées dans la roche . Apparait une madone au visage incliné . Ses yeux sont fermés et semblables à ceux d’un fœtus ne les ayant jamais ouverts. Dehors, des hommes vigoureux et élancés , identiques à ceux qui m’ont conduite jusqu’ »ici vont et viennent, transportent, acheminent, préparent. Ils ne me regardent pas . Au fil des semaines et des mois, je ne croiserai jamais leur regard, non parce qu’ils me respectent ou me craignent, mais parce qu’ils ne me voient pas. Au soir de mon arrivée dans la grotte, je me baigne dans un petit lac intérieur. La même lumière douce et tamisée me permet de voir mon reflet dans le miroir liquide. Tout est silence, quelques gouttelettes tombent irrégulièrement ,confirmant une présence discrète.
    Drapée de blanc, je me présente au grand soleil couchant, ardente dans l’altitude, remplie d’espoir et de confiance, offerte à sa bénédiction. Sa couleur ocre me métamorphose en la madone de la grotte, sa chaleur me fait renaître et valide mon entrée dans l’éternité. Je suis une femme phoenix, je suis amour et puissance, dans mon corps bout la lave de l »astre divin, je suis la vie qui rayonne dans son mystère et l’élue d’un homme qui n’en a que l’apparence.

    L’un de ceux au regard sombre me conduit jusqu’à une immense salle de la grotte. Enfin, Il est là. assis, drapé de manière identique à la mienne. Nous sommes les époux désignés et destinés. Il m’invite à m »asseoir à ses côtés et m’offre du vin dans une coupe d’or. Son sang. Son visage est d’une sublime beauté. Il m’interroge sur ma traversée , sur sa présence dans ma souffrance. Il ne me dit pas pourquoi je suis là. C’est par ce que je dois comprendre. Plus tard, il me prendra par la main et se couchera à mes côtés. S’enroulera dans mes cheveux en chuchotant que je ne devrai jamais les couper. Mon désir restera intact. Je passerai les prochaines années de ma vie à me promener au milieu des arbres et des plantes, à écouter le vent dans leurs branches et le chant des oiseaux qui deviendra peu à peu ma complainte. Je continuerai de me baigner dans la grotte et les gouttelettes commenceront à ruisseler le long des parois, laissant apparaitre des failles creuses et sombres.

    Un jour la lumière ne pénètrera plus dans la cavité. Il fera toujours froid, désormais sur ce versant de la montagne. Les hommes sombres ont empilés de lourds fardeaux sur des charrettes et ont quitté les lieux. Je ne sais comment Il s »en est allé. Soudain, un éclair a transpercé mon cœur et J’ai ressenti qu’il n était plus là et qu’il ne reviendrait jamais. J’ai su alors que mon devoir était de savoir et de comprendre L’humidité de la grotte s est infiltrée dans mes os qui sont devenus des morceaux de glace, conférant à mon teint une pâleur translucide.

    En automne, J’essayai parfois d’ingérer quelques rayons de soleil égarés mais en vain.

    Je suis morte de froid

    Mon destin ne fut pas d’aimer ; mon destin fut d’accepter.

     

     

    Fabienne Ashraf

    textes fondateurs de Jean-Claude Grosse

    L’Amour de Madeleine
    Traduit par Rainer Maria Rilke
    (extraits)


     (...) Elle court donc, elle cherche, elle se consume, elle s’épuise, elle se déchire le coeur par des désirs violents. C’est là que l’amour, frustré de ce qu’il désire, entre en fureur et ne peut plus supporter la vie. Madeleine, pressée et tirée, ne peut embrasser Jésus qu’au travers des obscurités de la foi, c’est-à-dire qu’elle peut embrasser plutôt son ombre que son corps.
     Que fera-t-elle ? Où se tournera-t-elle ? Elle ne peut faire autre chose que de crier sans cesse avec
    l’Épouse : Revertere, revertere. Retournez, ô mon bien-aimé, retournez. Hélas ! je ne vous ai vu qu’un moment. Retournez, retournez encore. Ah ! que je baise vos pieds encore une fois ! Et Jésus cependant ne retourne pas ; il est sourd aux plaintes et aux désespoirs d’une amante si passionnée.
     Le Revertere de l’Épouse, c’est le vrai cantique de l’Église, comme ces autres mots : Venez, approchez, montrez-vous, percez les nues sont le cantique de la Synagogue. Celle-ci ne l’a pas encore vu ; mais l’Église l’a vu, l’a ouï, l’a touché, et il s’en est allé tout à coup. Elle avait tout quitté pour lui. Voilà, dit l’apôtre saint Pierre, que nous avons tout quitté pour vous suivre. Jésus ensuite l’avait épousée, prenant sa pauvreté et son dépouillement pour sa dot. Aussitôt après l’avoir épousée il meurt ; et s’il ressuscite, c’est pour retourner d’où il est venu. Il laisse sa chaste Épouse sur la terre, jeune veuve désolée, qui demeure sans soutien. Que peut-elle faire autre chose, sinon de crier sans cesse : Revertere, revertere, Retournez, retournez, ô divin Époux ; hâtez ce retour que vous nous avez promis. C’est pour cela que toutes les entrailles de l'Épouse ne cessent de soupirer après le second avènement de Jésus-Christ. Mais en attendant qu’elle le revoie, elle s’abandonne aux regrets.
     C’est donc en cet état de l’Église que s’accomplit cette parole du sacré Cantique : La voix de la tourterelle a été ouïe dans notre terre. Car, avant la venue de Jésus-Christ, on avait ouï la voix du désir et les plaintes au sujet du retardement. Mais après son Ascension, une autre voix, un autre soupir, un autre gémissement a commencé de se faire entendre. C’est le gémissement de l’Église privée de son Époux, qu’elle n’a possédé qu’un moment ; et c’est la voix de la tourterelle qui a perdu son pair, qui ne trouve plus rien sur la terre, qui cherche les déserts et les lieux affreux pour gémir et se plaindre en liberté. (...)

    © Copyright Editions Arfuyen 2014

    à rapprocher pour opposition avec L'homme qui était mort, nouvelle de D.H Lawrence

     

    épitaphe, à la Jodelle,

    les 4 derniers vers 749-752 de l'oeuvre de César de Nostredame

    (Les perles ou les larmes de la Saincte Magdeleine)

     

    Flore eut ses pleurs et l'Aurore ses larmes

    Echo sa voix, l'Amour chaste ses armes

    L'air ses soupirs, le rocher ses desbors

    Le Ciel a l'âme et Provence son corps

     

    Pétrarque (qui est passé à la Sainte Baume et à la Chartreuse de Montrieux)

    et Laure de Sade, aïeule du divin marquis

    apparentement entre l'amour de Pétrarque pour Laure dans Le Canzoniere

    et l'amour de Marie Madeleine pour Jésus Le Christ

    (Le Carmen de Beata de Maria Magdelena de Pétrarque, antérieur au Canzoniere)

     

    de René Char : Madeleine à la veilleuse (Fureur et mystère), Madeleine qui veillait (Recherche de la base et du sommet)

     

    Oui je veux bien OUI


    Le narrateur – Bienheureux je suis. Pour vie nouvelle. Droit à un vieux souvenir. De l'ancienne vie. Vie de héros, de sage, d'ouvreur de voies ? En tout cas, j'ai eu droit aux Champs-Élysées. Je me souviens, je veux me souvenir de toi, Marie Madeleine. Il m'avait convaincu que j'étais son fils, le Fils de l'Homme. J'avais cru à ma mission de Sauveur des Hommes. Je me suis sacrifié. Ils m'ont crucifié. Père, pourquoi m'abandonnes-tu ? Phrase terrible. Désespéré, j'étais. Ces clous ! Cette éponge de vinaigre ! Saloperie de bourreaux ! Froids fonctionnaires de la mort en série. Mis au tombeau, j'en ressors comme Lazare, à qui j'ai dit : Lève-toi et marche ! M'a toujours fasciné ce retour de l'homme qui était mort. Tu sais qu'ils y travaillent les prophètes du futur de la Silicon Valley ? Ray Kurzweil, directeur de projet chez Google, annonce le retour de la mort pour 2037. Je ressors du tombeau. Et toi, Marie Madeleine, Marie de Béthanie, ils savent plus très bien les chrétiens, première à me voir, à y croire. Pourquoi l'homme mort que j'étais a accepté cette ascension ? Pourquoi te répondre Noli me tangere, à mon surgissement nouveau. Pourquoi te faire cette Promesse de retour à la fin des Temps pour le grand rassemblement des ressuscités ? Sais-je qui je suis ? Un Sauveur ? Un Salaud ? Marie Madeleine, entends-tu mes tourments ?


    Marie Madeleine dans la barque – Le fuir, fuir ce salaud. Toujours s'est refusé à rendre ce que je lui donnais, ce que je lui offrais. Mes palpitations du tréfonds, là où sont tapies les stupeurs pétrifiées de trop d'audaces. Pas assez gratuit mon don ? Donc prends ça dans les dents ! donc pas rendre ? Veut vrai don, don sans retour, don donc sans attente de retour ? C'est ça que je devais comprendre ? Oh Marie, ce mal de ventre, cette diarrhée diarrhée diarrhée é é é ! (3 jours plus tard, de plus en plus faible) vidée é é é ! (petite voix ). Oh Jésus ! Que se passe-t-il ? … Où suis-je ? … Toulon, Saint Jean du Var, La Coquette, Le Barbecue, La Plancha, 3 en 1, la Sainte-Trinité. Hahaha ! Je suis donc une Bienheureuse, autorisée à une vie nouvelle avec un vieux souvenir. L'Amour de Madeleine, traduit par Rainer Maria Rilke, sera mon texte fondateur, le fondement de ma vie nouvelle pour amour à l'ancienne. Marie-toi et sois soumise, dit le livre de la pratique extrême pour femmes ardentes. Oui je veux bien oui. Oh, ce coin de tonnelle pour tête à tête, à la Roméo et Juliette, au bord de l'étang, oui je veux bien oui ! Où ai-je entendu ça ? Ah oui, Cécile Morel disant dans le noir, de sa voix sensuelle, le monologue de Molly Bloom. Incroyable l'effet d'un texte chuchoté dans le noir ! Oui je veux bien oui. Place réservée au Revenant, au Bienheureux Jean-Claude, communément appelé J.-C. Oui je veux bien oui. Place réservée à l'Épousée, jour après jour jusqu'à ce que ça fasse toujours, à Annie, la Revenante, la Bienheureuse, pour leurs 50 ans de mariage, ce 1° juillet 2017. Quelle réception ! comme il m'a embrassée sous la tonnelle je me suis dit après tout aussi bien lui qu'un autre et alors je lui ai demandé avec les yeux de demander encore oui et alors il m'a demandé si je voulais oui dire oui ma fleur de la montagne ma rose rouge oui ma rose blanche oui et d'abord j'ai mis mes bras autour de lui oui et je l'ai attiré sur moi pour qu'il sente mes seins tout parfumés oui et son cœur battait comme fou et oui j'ai dit oui je veux bien Oui


    Sous la tonnelle du tête à tête, le Bienheureux Jean-Claude, communément appelé J.-C. – Quelle connerie ma première vie ! Croire que j'avais à les Sauver tous ! Quel orgueil d'Insoumis !


    Sous la tonnelle du tête à tête, la Bienheureuse Annie – Oui, quelle connerie de t'envoyer en l'air ! Ton ascension ! Alors que t'as pas été capable de rester en moi, le 14 juillet 1970, quand tu m'as éjecté par ton retrait du grand Orgasme Cosmique pour me ramener à la petite mort orgasmique. C'est pour me rappeler cette blessure de ma sexualité que tu fais ce miracle, d'une barque à la dérive à une table gastronomique ? Je vais te dire, fils de Pute. Tu as eu raison de revenir à la maison qui n'est pas celle du Père. Tu le sais que t'es né de Père Inconnu ? Que t'es né sous X ? Né du Saint-Esprit, 3 en 1 !


    Le Bienheureux Jean-Claude, communément appelé J.-C. – D'où tiens-tu ce savoir qui me démolit ?


    La Bienheureuse Annie – 30 ans de vie grotesque dans la grotte, à te nourrir de tes larmes, ça te ramollit le bulbe et la vulve tu sais. Je n'avais pour me distraire que mes envols, sept heures durant, entre terre et paradis, au septième ciel, vol stationnaire, lévitation quantique. Ça y est, ils commencent à admettre que c'est possible, les cartésiens ! J'ai vécu dans ma chair décharnée que la Vraie Vie est ici-bas, que le Très-Haut n'est pas là-bas, là-haut mais ici, sous cette tonnelle, oui, je veux bien oui que tu ne me fasses pas l'Amour, ni le sublime ni le sublimé, oui je veux bien oui que tu me baises comme je le criais avec mes yeux, le 14 juillet 1970; oh mon Bien-Aimé, BAISE-MOI !


    Le Bienheureux Jean-Claude, communément appelé J.-C. – Oh ce n'est ni miracle, ni magie. Sous cette tonnelle pour nos 50 ans de mariage, tu n'es pas un mirage, une image. Te voilà de retour, en chair et en os, ma disparue depuis sept ans. Tu as dormi du sommeil des sept dormants d'Éphèse. Tu t'es endormie, tu avais mal entendu Hamlet : dormir, rêver ... mourir peut-être. Lui, dit : mourir, dormir rien de plus, rêver peut-être. Tu t'es endormie après 14 apnées comme le jour de ta naissance, ma Bien-Aimée Valentine. Quel retour ! Vois comme le monde n'a pas changé. La modernité qu'ils disent ! Allez, on s'en tape de leur monde. Levons la coupe de champagne, de notre préféré, la Veuve Clicquot ! À notre amour au jour le jour ! Le livre ne le dit-il pas : Épouse-là et meurs pour elle, des hommes vrais pour femmes sans peur ? Oui je veux bien OUI. Cette nuit, Je Te Baise ! Épectase !


    La Bienheureuse Annie – Pas de Promesse ! La Preuve ! L'extase ! Oui je veux bien OUI.


    Jean-Claude Grosse, communément appelé J.-C.
    à La Coquette, Toulon, 1° - 4 juillet 2017

    Lire la suite

    Le Triomphe de l'artiste/Tzvetan Todorov

    28 Février 2017 , Rédigé par grossel Publié dans #notes de lecture, #jean-claude grosse

    Le Triomphe de l'artiste/Tzvetan Todorov

    Le Triomphe de l'artiste

    La révolution et les artistes

    Russie : 1917-1941

    Tzvetan Todorov

    Flammarion 2017

     

    Cet essai est paru le 14 février 2017. Tzvetan Todorov a disparu le 7 février.

    Le sous-titre est clair, 100 ans après la révolution russe (deux en réalité, celle de février et celle d'octobre mais c'est la seconde qui prend durablement le pouvoir jusqu'à l'effondrement du mur de Berlin, 1989, puis de l'Union soviétique, 1990) Tzvetan Todorov s'intéresse aux rapports entretenus entre la révolution et les artistes, entre les artistes et la révolution. Sujet complexe dépendant en fait de chaque artiste dans un contexte commun à tous.

    Todorov distingue en gros 3 moments, l'avant-révolution et la révolution jusqu'en 1922 (Lénine et Trotsky jouent le rôle essentiel), la montée en puissance de Staline jusqu'en 1927 (dès la maladie de Lénine et de sa mort en 1923-1924), l'instauration du pouvoir absolu de Staline à partir de 1929.

    Dès avant la révolution, les artistes en vue sont engagés dans des démarches révolutionnaires quant à l'art qu'ils pratiquent. Les formalistes, les avant-gardistes, les suprématistes, les artistes prolétariens, ça foisonne, ça s'affronte, ça s'anathémise, ça crée, ça bouleverse forme ou contenu, thèmes, sujets et manières, ça invente des mots, ça théorise à tout va. Futurisme, motorisme, automotisme, trépidisme, vibrisme, planisme, sérénisme, exacerbisme, omnisme, néisme, avérinisme, toutisme, autant de mouvements, de théories, éphémères car devant innover, produire du nouveau en permanence, être le démiurge de l'art en détruisant l'ancien pour y substituer du neuf, chaque artiste révolutionnaire tente de protéger ses trouvailles, les garde secrètes jusqu'à leur affirmation publique, en revue, expo, mise en scène, film, opéra. Là les critiques et jalousies se déchaînent. Ces rivalités feront le jeu du pouvoir autocratique, visant à se soumettre l'art, à mettre l'art au service de la révolution prolétarienne, au service de l'État prolétarien, détenteur des postes à pourvoir, des moyens à distribuer.

    Période de guerre civile, période de famine, période de terreur policière et judiciaire, période de construction du socialisme dans un seul pays, de la collectivisation forcée, c'est pour les artistes une période difficile, une période le plus souvent de survie où l'on peut garder sa vie ou la perdre. Chacun va développer une ou plusieurs stratégies au cours de sa vie, plus ou moins brève. Chacun va répondre à sa manière, variable selon ce qui lui arrive, venu de l'État (la TchéKa, le NKVD), autorisation ou interdiction de voyage à l'étranger, emprisonnement et interrogatoire ou liberté surveillée, interdiction ou autorisation de représentation, censure ouverte ou discrète. Il y a ceux qui tentent de s'adapter à ce climat en louvoyant, menteurs envers l'autorité et fidèles à eux-mêmes, ceux qui se renient, avouent leur trahison ou remettent au travail leur œuvre selon les exigences d'état. Il y a ceux dont le prestige les protègera de la déchéance, il y ceux qui se suicident, ceux qui s'exilent, ceux qui meurent de maladie ou de faim. Il y a ceux qui y ont cru, ceux qui ont douté dès le début, ceux qui ont compris dès le début ou très vite.
    Je ne nomme aucun de ces artistes. Todorov en parle très bien dans des récits bien documentés. On les accompagne parce que c'est un vrai travail de compréhension qui est entrepris. Un regret, rien sur Anna Akhmatova.

    Deux parties :

    • De l'amour à la mort où sont présentés tous ceux qui sont encore dans nos mémoires pour peu qu'on aime les artistes d'où qu'ils viennent, Maïakovski, Meyerhold, Chostakovitch, Einseintein, Mandelstam, Tsvetaïeva, Pasternak, Boulgakov, Zamiatine, Babel, Pilniak, Gorki, Bounine ;

    • Kazimir Malevitch, cette 2° partie, nourrie des écrits de Malevitch, le créateur du suprématisme dont le célèbre Le suprématisme. Un monde-sans-objet ou le repos éternel, traduit par l'ami Gérard Conio, suit le parcours du plus radical des avant-gardistes, qui réussira à ne pas compromettre sa vision évolutive de l'art jusqu'à son achèvement dans un monde sans objet donc ayant rompu avec la représentation, le fondateur peut-être de ce qu'on appelle aujourd'hui l'art conceptuel qui, hélas, consiste souvent à savoir communiquer sur ce qu'on se propose de ne pas faire puis de faire et qu'on ne réalise pas pour que le désir de la chose manquante soit au comble. Mais paradoxe, dans ce désir de pureté, de purification, Malevitch va se révéler un implacable dénonciateur de l'univers stalinien et faire œuvre de résistance. L'analyse que fait Todorov de quelques œuvres de Malevitch est exemplaire. Je pense à celle des tableaux Sensation de danger ou Sensation d'un homme emprisonné. Ce n'est qu'en 1998 que l'on a pu voir les œuvres sauvées de Malevitch en Russie.

       

      Pourquoi le titre Le Triomphe de l'artiste ? Parce que les artistes broyés, affamés, torturés, censurés, internés, condamnés, isolés... par la machine diabolique du « tayrorisme » à la soviétique, à la Staline ont gagné sur le temps long. Les œuvres, celles qui n'ont pas été brûlées, détruites, ont survécu, sont réapparues au grand jour, sont à nouveau visibles, partagés, partageables quand depuis déjà 30 ans, ce système de mensonge, de délation, de répression au nom de l'édification de l'homme nouveau et de l'avènement de l'avenir radieux a disparu des écrans, travaillant cependant dans l'inconscient collectif et restant agissant dans cet « étrange » régime qu'est la Chine.

      L'épilogue est à analyser attentivement car Todorov revient sur son parcours intellectuel, idéologique depuis son départ de la Bulgarie. L'humaniste Todorov a choisi sans hésiter le camp de la démocratie, des démocraties. Au temps de la guerre froide, de la coexistence pacifique, on choisissait un des deux camps. Avec l'effondrement du mur de Berlin en 1989, avec l'effondrement de l'Union soviétique en 1991, avec la fin de l'Histoire, avec le triomphe du capitalisme mondialisé et financiarisé, il est difficile de ne pas voir que le miroir et ses effets nous renvoie du système dominant actuel de curieuses images. Au nom de la démocratie, au nom des droits de l'homme puis du droit d'ingérence, voici l'Occident sous la houlette des États-Unis en croisade contre le Mal, contre le Terrorisme qui peut changer de visage selon les besoins, contre les États voyous ou criminels. Les guerres se succèdent, s'enchaînent, trainent, n'en finissent pas, Yougoslavie, Afghanistan, Libye, Irak, Syrie, Mali, Ukraine, Somalie, Yémen. Et ce qui devait devenir une démocratie pendant ou après l'intervention militaire à moins qu'on ait suscité une révolution orange ou un printemps arabe pour dégager les infâmes dictateurs devient un terrible chaos avec guerre civile, mercenaires au service d'intérêts pétroliers et gaziers, fuite des populations, flux migratoires et tout ce qui s'ensuit comme drames humains. Todorov reconnaît avoir eu du mal à reconnaître une similitude entre totalitarisme (stalinien, nazi) et démocratie, sourd à l'avertissement de Soljenitsyne à Harvard : à l'est, c'est la foire du Parti qui foule aux pieds notre vie intérieure, à l'ouest, la foire du commerce. Similitude ayant pour source, l'humanisme rationaliste qui proclame et réalise l'autonomie humaine par rapport à toute force placée au-dessus de lui. Cette hubris, cette démesure, ce prométhéisme, cet utopisme, ce messianisme ne sont donc pas que l'apanage des totalitarismes mais aussi des impérialismes se camouflant derrière le paravent de la démocratie et des droits de l'homme. Suit ce passage terrible : Vouloir éradiquer l'injustice de la surface de la Terre ou même seulement les violations des droits de l'homme, instaurer un nouvel ordre mondial dont seraient bannies les guerres et les violences est un projet qui rejoint les utopies totalitaire dans leur tentative pour rendre l'humanité meilleure et établir le paradis sur terre, (page 301). Cet humanisme rationaliste existe depuis la Renaissance, depuis les Lumières. L’épilogue incite à réfléchir sur l’humanisme rationaliste et sur l’histoire de la religion, Messe noire, dit le philosophe anglais John Gray: la politique moderne est un chapitre  de l’histoire de la religion. Dans les totalitarismes on utilise la coercition, la contrainte, le contrôle. Dans l'ultra libéralisme on utilise le consentement des gens. Regardez ce qui se passe quand vous installez une application sur votre portable, vous acceptez les conditions.

    • Todorov dans cet épilogue parle des démocraties libérales, des États et du risque possible de déshumanisation. Il n'évoque pas le messianisme de certaines multinationales qui se proposent via ce qu'on appelle le transhumanisme de modifier l'espèce, de développer l'intelligence artificielle. Et nos artistes là-dedans ? Dans ses formes l'art est souvent une résistance à l'uniformisation, à la systématisation. Nos artistes jouissent d'une réelle liberté. Se sentent-ils responsables envers leur art, envers leur société, leur époque. Adoptent-ils des stratégies de contournement du système, s'y opposent-ils, s'en accommodent-ils? Produisent-ils des œuvres sans compromission avec le système marchand, broyeur d'êtres, créateur de misère, destructeur de l'écosystème, fabricant d'idoles, d'icônes, faisant et défaisant les stars, les tuant ou poussant au suicide. Il faut une connaissance de l'art dit contemporain pour éventuellement répondre. Todorov reste muet sur les « artistes » de notre temps, de notre monde. Moi aussi.

    • Une exception, un article en lien sur l'artiste Anish Kapoor, acquéreur du Noir absolu, le Vantablack. Mais un artiste grec, Athanasios Zagorizios, a trouvé un noir plus noir. Wouaf, Wouaf. Et des vidéos sur Jannis Kounellis, décédé le 16 février 2017, un de l'arte povera dont on dit ceci sur wikipédia:

      Par rapport à ses maîtres, Kounellis montre vite une très forte urgence de communication avec le but de refuser les projections individualiste, esthétisante et décadente et d'exalter la valeur publique, collective du langage artistique. Dans ses premières œuvres, en effet, il peint des signes typographiques sur fond clair qui font allusion à l'invention d'un nouvel ordre par un langage fragmenté, pulvérisé.

      Les premières expositions voisines idéologiquement de l'arte povera remontent à 1967. Il emploie dans celles-ci des produits et matériaux communs suggérant pour l'art une fonction radicalement créatrice, mythique, sans concessions aux représentations pures. Il fait de façon évidente, référence à ses origines grecques. Ses installations deviennent de véritables scénographies qui occupent complètement la galerie et entourent le spectateur en le rendant acteur

    • Jean-Claude Grosse

    Lire la suite

    De l'âme/François Cheng

    21 Février 2017 , Rédigé par grossel Publié dans #notes de lecture, #jean-claude grosse

    couverture du livre De l'âme de François Cheng

    couverture du livre De l'âme de François Cheng

    De l'âme

    François Cheng

    Albin Michel, 2016

     

    De François Cheng, j'ai lu un roman, L'éternité n'est pas de trop, les Cinq méditations sur la mort. J'apprécie mais sans le sentiment de l'essentiel, un essentiel que je cherche sans pouvoir être précis quant à ses contours, à son contenu. Si je vais vers François Cheng, c'est parce que je sens une recherche aussi, spirituelle au moins. Sa connaissance des sages et des peintrs chinois est un élément supplémentaire d'attirance. Ajoutée à cela, sa connaissance de ce qu'on peut appeler la culture française, plus large, plus complexe que la philosophie des Lumières et l'esprit voltairien, fait de François Cheng, non un homme écartelé entre deux cultures mais un pont possible entre deux cultures. La synthèses est-elle possible ? Un dialogue, oui, des connivences aussi. C'est donc avec envie que j'ai lu De l'âme.

    Il s'agit de 7 lettres à une amie, à une femme, à l'automne de sa plénitude, qui l'a abordé dans le métro, il y a déjà longtemps, l'ayant reconnu alors qu'il n'était pas encore connu, femme d'une beauté qui l'avait interpellé, lui demandant comment elle pouvait l'assumer, avec laquelle il a eu quelques échanges par intermittences et qui l'interroge 30 ans après, suite à un constat qu'elle fait : Sur le tard, je me découvre une âme... Acceptez-vous de me parler de l'âme ?

    D'abord réticent, à cause du climat intellectuel en France où ce vocable est marginalisé au profit du dualisme corps-esprit, où le matérialisme, le scientisme sont dominants, arrogants, il finit par vouloir faire la clarté aussi pour lui, soucieux de son âme et de ses liens avec l'Âme. Car postuler que mon âme est unique, expression de mon unicité, de ma singularité, source de mon unité, c'est aussi postuler la même chose pour chacun, ce qui renvoie à une universalité. Toutes les âmes sont uniques et unissent, ce qui permet de poser l'Âme universelle comme principe de Vie et puisque chaque âme est unique, irremplaçable, cela rend nécessaire le respect de l'autre âme, rend possible l'amour de l'autre âme. Il constate que toutes sortes de vocables sont utilisés pour ne pas employer le mot « âme », for intérieur, jardin secret, appareil psychique... mais ces usages révèlent la dispersion, l'éclatement du sujet, l'impossible identité, la perte de l'unité de l'être. Être déformé, difforme, à la Bacon.

    Il revisite une intuition universelle, si le corps, l'animus est animé, vivant, c'est que quelque chose l'anime, l'anima. C'est le Souffle de Vie, le Aum indien, le Qi chinois, le Ruah hébraïque, le Rûh musulman, le Pneuma grec, l'Âme. Sans âme, le corps n'est pas animé, sans corps, l'âme n'est pas incarnée. Mais il faut ajouter, ce qui est premier, c'est l'âme, c'est elle qui porte le désir d'être qui est plus que l'instinct de survie, plus que le vouloir-vivre instinctif. L'âme est désir de vie et mémoire de vie, elle est ce qui nous permet de désirer, de ressentir, de nous émouvoir, de résonner, de conserver mémoire, de communier par affect ou par amour. Trois puissances en elle, le désir, la mémoire, l'intelligence du cœur. L'auteur aborde évidemment la distinction esprit-âme puisque au couple corps-esprit, il préfère la triade corps-esprit-âme. L'esprit raisonne, son champ est l'action dans les domaines de la vie sociale, politique, économique, juridique, éducative ; l'âme résonne, son champ est celui de l'amour, de la compassion, de la beauté et de la création artistique ; elle peut aussi s'égarer, se pervertir puis se repentir et se relever de l'exercice du mal ; elle est ange et démon. C'est elle qui prend en compte les souffrances et la mort, qui les intègre à la vie, à la Vie. Et de citer Hildegarde de Bingen : le corps est le chantier de l'âme où l'esprit vient faire ses gammes.

    Il résume de façon claire les traditions chinoise, indienne, grecque (platonicienne) de l'âme. De nous prévenir contre une mésinterprétation du bouddhisme, radicalement agnostique vis à vis de l'âme : il n'y a pas d'entité permanente qui subsisterait après l'abandon du corps, tout est impermanence et la compassion bouddhiste ne consiste pas en un rapport d'âme à âme. De l'impermanence naît l'interdépendance de tous les êtres, dénués d'unicité. Il nous rapporte aussi les leçons des trois monothéismes. En particulier l'apport de Pascal avec ses trois ordres superposés. Il y a une verticalité de ces trois instances, l'ordre des corps, celui des esprits, celui de la charité, de l'amour.

    Les lecteurs découvriront de belles pages sur la Joconde ou sur Léda (tableau perdu) de Vinci, et de montrer ce qui lie beauté et bonté, qui permet à l'âme de s'élever et de trouver sa voie dans la Voie, d'être l'oeil ouvert et le cœur battant de l'univers vivant, cela souvent au prix de grandes épreuves et souffrances mais aussi d'extases, de grands instants de félicité quand on contemple un lever, un coucher de soleil. Se sent-il petit, seul perdu dans l'univers, poussières d'étoiles, grains de poussière, celui qui contemple l'avènement de l'univers ? Oui, grain de poussière mais qui a vu. Tu es celui qui a vu. Et personne ne peut faire que tu n'aies pas vu. Le fait d'avoir vu est ineffaçable. Cet instant de rencontre donne sens à toi comme à l'univers. Instant d'éternité... Nous qui voyons de l'univers la part visible et qui en faisons partie, sommes-nous vus ? Si le voir n'était pas à l'origine, serions-nous capables de voir ? Oui, nous devons être assez humbles pour reconnaître que tout, le visible et l'invisible est vu et su par Quelqu'un qui n'est pas en face mais à la source.

    Aum, âme, amen.

    La sixième lettre est importante car elle parle longuement de Simone Weil, figure d'absolu du XX° siècle dit-il, caractérisé par un cheminement vers l'âme. Simone Weil, l'auteur de La pesanteur et la grâce (7 fois le mot esprit, 60 fois le mot âme), Attente de Dieu (5 fois le mot esprit, 100 fois, âme), Prélude à une déclaration des devoirs envers l'être humain, titre remplacé par Camus L'enracinement, formidable inventaire des besoins terrestres de l'âme et du corps de chacun dont nous sommes tous responsables, l'auteur des Cahiers de Marseille qui s'écroule à 34 ans, morte d'anémie. Pour elle, les besoins de l'âme sont des obligations envers la Vie avant d'être des droits pour soi-même, exemple: l'âme humaine a besoin d'obéissance consentie et de liberté... ou l'égalité est un besoin vital de l'âme humaine, l'honneur est un besoin vital de l'âme humaine... Voici une puissante pensée de Simone Weil : la joie et la douleur sont des dons également précieux qu'il faut savourer l'un et l'autre intégralement, chacun dans sa pureté, sans chercher à les mélanger. Par la joie, la beauté du monde pénètre notre âme. Par la douleur, elle nous entre dans le corps. L'amitié est pour elle la vertu suprême. Simone Weil, figure à découvrir ou redécouvrir car articulant individuel et collectif, âme et corps, politique et morale, immanence et transcendance.

    Je conclurai cette note en disant que François Cheng fait une présentation classique, traditionaliste de l'âme, persuadé qu'il y a Quelqu'un à la source, la Source de Vie. Son approche est spiritualiste sans être religieuse. Elle est critique à l'égard du matérialisme occidental dominant qui nous voit comme poussières d'étoiles, amas de molécules, faisceaux de neurones, la Vie et tout ce qui la constitue étant le fruit du hasard. Cette approche me semble ne pas tenir compte de tout un tas d'avancées scientifiques qui montrent bien les intrications entre le corps et l'esprit, et dans les deux sens, actions du corps, actions de l'esprit. Il n'est plus possible pour les scientifiques honnêtes d'être arrogants dans leur matérialisme. Une conception plus holistique se développe, le corps-esprit et c'est ce qui explique pourquoi des tentatives de synthèse sont entreprises entre science et tradition, entre médecine rationnelle et médecine ayurvédique. Être à l'écoute du « chant » de l'univers, être à l'écoute de son corps (qui lui nous écoute, mémorise ce que nous en faisons, comment nous le traitons sans mesurer les conséquences au plus infime, au plus intime), donner sens à ce que nous vivons, amour inconditionnel à ceux que nous aimons, créer de la beauté, agir avec bonté c'est le travail de l'âme dont je pense de plus en plus qu'elle a à voir avec l'éternité du livre que nous écrivons de notre premier cri à notre dernier souffle. Rendre l'âme, expression que Cheng ne relève pas (il note en mon âme et conscience, la force d'âme, un supplément d'âme, l'âme sœur, l'âme damnée, sauver son âme, la mort dans l'âme) c'est rendre un livre qui éternise au fur et à mesure nos émotions, sentiments, actions, pensées, puisqu'il sera toujours vrai que j'ai pensé ainsi, agi comme ça, aimé de travers, été ému aux larmes, une mémoire de vie à la Vie qui continue. Je signale au passage que Marcel Conche emploie le mot âme. Il distingue son âme ordinaire, âme commune, produit de l'éducation, du milieu, de l'époque et son âme authentique, incarnée dans son œuvre.

    Jean-Claude Grosse

    Lire la suite

    Fondation Montresso / Le Jardin Rouge / Marrakech

    16 Novembre 2016 , Rédigé par grossel Publié dans #jean-claude grosse

    Here is "Red Rabbit" the first sculpture of Cedrix Crespel produced by the Montresso* Art Foundation.  2015 Plexiglas and acrylic silkscreen printing. 62 * 55 * 4 cm

    Here is "Red Rabbit" the first sculpture of Cedrix Crespel produced by the Montresso* Art Foundation. 2015 Plexiglas and acrylic silkscreen printing. 62 * 55 * 4 cm

    différents espaces et artistes du Jardin Rouge
    différents espaces et artistes du Jardin Rouge
    différents espaces et artistes du Jardin Rouge
    différents espaces et artistes du Jardin Rouge
    différents espaces et artistes du Jardin Rouge
    différents espaces et artistes du Jardin Rouge
    différents espaces et artistes du Jardin Rouge
    différents espaces et artistes du Jardin Rouge
    différents espaces et artistes du Jardin Rouge
    différents espaces et artistes du Jardin Rouge
    différents espaces et artistes du Jardin Rouge
    différents espaces et artistes du Jardin Rouge
    différents espaces et artistes du Jardin Rouge
    différents espaces et artistes du Jardin Rouge
    différents espaces et artistes du Jardin Rouge

    différents espaces et artistes du Jardin Rouge

    Fondation Montresso / Le Jardin Rouge / Marrakech

     

    Présenter ainsi la Fondation Montresso : fondation dédiée à l'art contemporain au cœur d'une oliveraie de 11 hectares à une vingtaine de kilomètres de Marrakech, le long d'un oued pouvant être ravageur en cas de fortes pluies, (en arrivant au Jardin Rouge, j'ai vu une tour déstabilisée par une crue récente, hiver 2014, devenue tour penchée, bétonnée pour rester ainsi comme un mémorial) auquel on accède par une petite route sinueuse, très abîmée, après avoir traversé trois petits villages dont Oulad Bouzid (4 artistes ont réalisé des fresques murales dans l'école reconstruite du village) semblant à l'écart du progrès, c'est je l'espère révéler le caractère inédit, original de cette réalisation.
    Loin des centres, lieux, manifestations qui font et défont les réputations d'artistes, la Fondation Montresso, créée en 1981, est due à l'initiative d'un collectionneur, JLH, collectionneur depuis 35 ans et qui pouvant venir en aide aux artistes, décide de devenir mécène, inventant un « concept » comme on dit aujourd'hui, consistant à accueillir en résidence des artistes choisis sur projets. Pour JLH, le mécénat devient une expérience de vie. Je l'ai vu discuter avec un des artistes en résidence, mettre la main à la pâte.

    Les résidences durent de 2 semaines à 2 mois. Une première résidence est une sorte de prise de contact, un essai de compréhension de la démarche de l'artiste, invité à travailler dans son esprit, son style habituel. Connaissance faite, d'autres résidences permettent de solliciter l'artiste pour qu'il se perfectionne, s'aventure dans des formats plus grands, expérimente, se confronte aux autres résidents en se livrant à des cartes blanches. La Fondation met à sa disposition un des six ateliers. Il est hébergé, nourri, blanchi. Le matériel dont il a besoin est fourni ou pris en charge. Une présentation de fin de résidence met en valeur les œuvres réalisées pendant la résidence. J'ai pu voir les guerriers bantous, dos au mur de Kouka. L'artiste cède une œuvre qui va enrichir la collection permanente. La Fondation sort une plaquette sur l'artiste et ses réalisations (j'en ai reçu 5, elles sont très pertinentes, textes et photos) et le fait connaître à son réseau de collectionneurs ainsi qu'aux critiques d'art et journalistes spécialisés.
    La Résidence Jardin Rouge a été opérationnelle de façon informelle à partir de 2009, la première saison culturelle a été pensée en 2014. Une vingtaine d'artistes ont été accueillis, d'horizons et styles divers, de pays différents. En 2016, un espace d'exposition de 1300 m2 a été inauguré. 3 grandes expositions annuelles y seront organisées. Déjà ont été exposés Gérard Dancinan, Olivier Dassault et très prochainement la 1° exposition XXL collective de quelques artistes résidents : Jonone, Fenx, Tilt, Cédrix Crespel.

    Accompagnée de la chargée de communication, nous avons visité les ateliers, rencontré les artistes au travail, vu les œuvres réalisées, écouté les commentaires très documentés sur les œuvres et techniques des artistes, parcouru l'oliveraie, lieu d'accueil de sculptures monumentales, visité le somptueux espace d'exposition et d'événements avec grande pièce d'eau à gauche du hall d'accueil et deux espaces en dénivelé et en continuité où était exposé le remarquable travail d'Olivier Dassault.

    Parcourant le site de la Fondation, lisant les documents fournis, j'ai tenté de comprendre la démarche et de l'interroger. « Passeur d'art », dit la brochure de présentation. JLH a cherché à partager son amour d'artistes, ceux qu'il a d'abord collectionnés puis ceux qu'il a ensuite sélectionnés pour les résidences. Les coups de cœur de JLH, les compagnonnages durables révèlent l'éclectisme du fondateur. Il s'agit donc d'une subjectivité qui s'affiche, s'affirme, en toute indépendance, sans souci d'histoire de l'art, sans souci de profit, de spéculation. Il s'agit me semble-t-il d'une démarche personnelle authentique de partage, d'un style de vie en lien avec des artistes vivants et à l'oeuvre. JLH ne nous a-t-il pas dit : « je pense que nous communiquons trop ; pour vivre heureux, vivons cachés. » Ce propos me semble vouloir signifier que ce qui est premier pour le Jardin Rouge est l'expression des artistes. Un lieu au service d'artistes pour leur libre expression, pour l'épanouissement de leur expression.

    La brochure de présentation signale d'autres objectifs. Un rayonnement international par coopération, collaboration avec d'autres manifestions, Mister Freeze à Toulouse, la librairie ArtCurial à Paris (édition du port-folio des réalisations de l'artiste allemand Hendrik Beikirch qui a réalisé le monumental portrait d'un vieux Marocain sur un mur en face de la gare de Marrakech). Une dissémination du concept par exemple en Chine, à Shenzhen, avec Le Jardin Orange. La recherche d' « un langage universel par la culture » afin d' « ouvrir et enrichir les regards et la curiosité. »

    La démarche de la Fondation Montresso me semble exemplaire, au service des artistes accueillis. Rien à dire sur la sélection : elle relève de la responsabilité du Jardin Rouge. L'éventail des oeuvres des artistes que j'ai pu voir est large, éclectique, innovant dans certains cas (le travail à la bombe de Benjamin Laading ou le travail sur trame de Valérie Newland), inspiré de réalisations déjà installées dans le paysage artistique dans d'autres cas, par exemple le mouvement des graffitis new yorkais des années 1980, réactualisé, revisité au Jardin Rouge par Tats Cru + Daze (New York) + Ceet (Hong Kong).

    Présentations de fins de résidence, événements dans le nouvel espace pour collectionneurs et « spécialistes », exportation des œuvres, autant de moyens pour promouvoir les artistes. La communication semble inévitable, nécessaire. Plaquettes de qualité, site, brochure sont les médias de cette communication. Le réseau de collectionneurs est évidemment la clef du succès pour la Fondation et « ses » artistes.

    Cette démarche peut-elle permettre de créer un langage universel par la culture ? Qu'entendent-ils par là ? « Lorsque nous parlons de langage universel ce n’est pas tant dans son émission mais plus dans sa réception, l’idée d’être compris par tous. L’idée d’être un carrefour culturel par la rencontre d’artistes de différentes nationalités qui peuvent être amenés à créer ensemble suite à leur rencontre à Jardin Rouge, une réflexion créatrice artistique duale et mixte-culturellement. » Cette pratique peut-elle ouvrir et enrichir les regards et la curiosité ? La réponse est Oui pour ceux qui auront la chance de voir les œuvres, de rencontrer les artistes et qui voudront regarder. Ce sera le cas d'un petit nombre qui aura d'ailleurs du mal sans doute à mettre en mots son éveil, son réveil. Au contact d'une œuvre bouleversante, on reste sans voix.

    La Fondation n'a pas le souci du grand public. Plutôt celui des amateurs d'art donc le souci de gens déjà en recherche pour qui l'art se distingue de la culture. L'art est spontanéité créatrice. Son résultat, l'oeuvre, n'est pas conçu, connu à l'avance. L'oeuvre est toujours surprenante, pour son créateur comme pour le « regardeur », mot employé dans la brochure. Montrée, exposée, l'oeuvre devient objet culturel, monnayable, inséré dans un discours par les critiques, dans une histoire de l'art par les historiens de l'art, elle devient objet de mode, à la mode, médiatisée par des médias serviles, marchandisée par le marché de l'art qui est particulièrement influent et influencé, prescripteur des nouveaux goûts, l'oeuvre perdant son pouvoir de surprise et parfois de bouleversement intime, la seule vraie influence d'une oeuvre.

    Je pense donc que la Fondation doit continuer à mettre l'accent plus sur la singularité que sur l'universel. Un artiste est seul, son langage est singulier, rares sont ceux qui profiteront de son langage. Telle est la réalité. Les foules immenses qui se pressent à des rétrospectives consomment du patrimonial, des discours formatés qui leur disent quoi voir, comment voir. On est dans une manipulation de masse du regard devenu voyeur. Le Jardin Rouge échappe à cette hystérie consumériste. Il permet au « regardeur » de faire la moitié du chemin, de se faire « voyant ».

    Merci à JLH et à ceux qui nous ont accueillis, la responsable artistique, la chargée de communication, les artistes.

    Jean-Claude Grosse, Marrakech, 16 novembre 2016

    P.S.: il serait intéressant de comparer si c'est possible Le Jardin Rouge et La Demeure du Chaos, près de Lyon, dont je suis les réalisations apocalyptiques. Cherchez sur internet.

    Lire la suite

    Ultimes réflexions / Marcel Conche

    11 Février 2015 , Rédigé par grossel Publié dans #jean-claude grosse

    Ultimes réflexions

    Marcel Conche

    éditions HD, janvier 2015

    236 pages, 22 €

    présentation du livre par l'auteur lui-même :

    Dans cet ouvrage, j’ai voulu avant tout mettre l’accent sur certaines distinctions sans lesquelles ma philosophie, telle que je l’ai résumée dans Présentation de ma philosophie (HDiffusion 2013), ne peut être correctement comprise : distinction entre conscience et pensée, argument et preuve, cause et raison, ensemble pensable en un et ensemble inassemblable, « être » et être vrai, infini et indéfini, monde et univers, univers et Nature, science et métaphysique, libre arbitre et liberté, etc.

    Cependant, ma réflexion aborde aussi d’autres sujets : la solitude, l’amitié, l’animalité, Descartes au secours de la religion, Epicure, Socrate et les dieux, l’originalité philosophique de Montaigne, Pascal et le pari, etc.

    note de lecture de Jean-Claude Grosse :

    Le dernier livre de Marcel Conche comporte 50 essais de 3 à 6 pages, essais de philosophe se confrontant sur tel ou tel point à Descartes, Heidegger, Pascal. Montaigne très présent comme d'habitude est très éclairant, évident. En particulier en ce qui concerne l'homme et l'animal, au moment où la loi reconnaît que les animaux sont sensibles.

    Alors que l'ambiance générale sur la planète est au réchauffement des eaux, des températures, de la calotte, des esprits religieux, souvent instrumentalisés, à la montée des eaux, à la violence des vents et des affrontements religieux, des guerres de religion même, paravents d'autres guerres plus économiques, ce livre est un plaidoyer non pour la sobriété heureuse, pour la décroissance, pour la régulation des banques, pour la laïcité mais pour la liberté de penser par soi-même, laquelle suppose que la liberté soit première en l'homme ; la nature de l'homme, le propre de l'homme est non le langage, non le rire mais la liberté ; l'homme ne vit pas que dans son monde de paysan s'il est paysan, il peut en sortir, se libérer de sa lecture et de sa pratique paysanne du monde ; il est dans l'Ouvert, pouvant accueillir en homme naturel par la contemplation, la beauté qui l'entoure, il peut user de sa raison et soumettre à son jugement ce qui se présente : pleut-il ? Il pleut dit-il parce qu'il pleut réellement. Un chat lui ne peut sortir de son monde de chat coursant souris et oiseaux. Évidemment, milieu, éducation, traditions vont tenter de limiter cette liberté libre qui va se transformer en liberté sous influence, voire en aliénation, l'aliénation religieuse étant fort répandue. 3 font 1 apprend-il, c'est le mystère de la trinité, rien à comprendre, y croire du fond du cœur qui finit par lâcher. La reconquête de sa liberté première n'est le choix que d'un petit nombre. C'est une affaire individuelle, une démarche personnelle, une démarche philosophique qui va prendre ses distances avec les préjugés, les illusions, va soumettre à la question ce qui semble aller de soi ou cherche à s'imposer plus ou moins insidieusement comme vérité, comme évidence.

    Il semble aller de soi que les sociétés ne vont pas favoriser de tels cheminements personnels, elles vont bien plutôt fabriquer comme dit Chomsky, le consentement, la soumission volontaire. Les sociétés ne vont pas reconnaître la nécessité vitale de philosopher, ne vont pas salarier ni retraiter des individus faisant choix de philosopher. Il n'y a aucune utilité sociale à philosopher. Ça risque de devenir des désobéissants. Le philosophe soucieux de vérité devra donc gagner sa vie à côté de sa recherche ou fera la manche comme Socrate. Philosopher est donc risqué, ce que montre très bien le portrait de Socrate par Rabelais : Alcibiade disait que Socrate à le voir du dehors et à l’évaluer par l’aspect extérieur, vous n’en auriez pas donné une pelure d’oignon, tant il était laid de corps et d’un maintien ridicule, le nez pointu, le regard d’un taureau, le visage d’un fou, le comportement simple, les vêtements d’un paysan, de condition modeste, malheureux avec les femmes, inapte à toute fonction dans l’Etat ; et, toujours riant, trinquant avec chacun, toujours se moquant, toujours cachant son divin savoir. Mais, en ouvrant cette boîte, vous y auriez trouvé une céleste et inappréciable drogue : une intelligence plus qu’humaine, une force merveilleuse, un courage invincible, une sobriété sans égale, une égalité d’âme sans faille, une assurance parfaite, un détachement incroyable à l’égard de tout ce pour quoi les humains veillent, courent, travaillent, naviguent et bataillent. Ou pour être Socrate, fréquenter le bar du bon coin, rire avec les compères des brèves de comptoir, fermer sa gueule, la liberté d'expression c'est pour les autres, être prudent quoi, éviter d'être rejeté en faisant profil bas, ne pas partager son divin savoir. En ces temps Je suis Charlie, je ne suis pas Charlie, ne pas mettre de l'huile sur le feu.

    Évidemment Marcel n'est pas Socrate, chaque philosophe l'est avec sa personnalité, son génie. Distinguons, la personnalité soit ce qui est donné, inné, le caractère et ce qui est acquis par l'éducation, puis modifié par ma liberté. Le génie soit la petite voix qui me dit de ne pas aller là, qui me détourne du chemin, me fait sortir du convenu, de l'attendu. Mon génie m'a invité à démissionner de l'armée en 1964 au retour de l'Algérie, j'aurais fini chef d'état-major des armées. Je suis devenu professeur. Quant à Marcel, vous ne le verrez pas au bar du coin, écrire des tribunes libres, faire des conférences partout dans le monde, aller à la télévision. Il a des opinions étayées sur bien des choses mais il n'en fait pas l'essentiel. Quand il exprime une opinion à des amis, il peut arriver qu'elle tranche par rapport à l'opinion dominante, liberté d'esprit là encore.

    Marcel Conche, philosophant pour soi, s'est ainsi libéré de la religion catholique à partir d'un sentiment, d'une émotion insoutenable devant la souffrance des enfants, émotion liée à la lecture de Dostoïevski et non par la vue de souffrances réelles. La souffrance des enfants est devenue le mal absolu et a entraîné la dissolution philosophique, argumentée des notions de Dieu, de Monde, d'Homme, d'Ordre. Marcel Conche a rejeté toute la philosophie théologisée, Descartes, Kant, Hegel. Et devenu athée, sans le proclamer, sans chercher à convaincre quiconque, il a cherché la métaphysique qui pouvait convenir à ce qu'il appelle sa proto-expérience et qui tient en 6 évidences, pages 188-189. Ce qui est frappant, c'est la place occupée par sentiments et émotions dans ce parcours, moins des émotions personnelles, liées à sa subjectivité que des émotions impersonnelles, comme objectives, en lien direct avec ce qui se produit, ce qui se manifeste. La première évidence de cette proto-expérience est un sentiment océanique : d'abord je ne suis pas seul, mais comme au milieu d'un océan ; il y a d'autres êtres ou choses de tous côtés, devant, derrière, dessus, dessous, à perte de vue, à perte d'imagination, à perte de pensée. Ce sentiment océanique enveloppe le sentiment de l'infini – au sens d'indéfini. (pages 188-189)

    Libéré de Dieu comme cause unique de toute la diversité du réel, Marcel Conche élabore une métaphysique non pour rendre compte de cette diversité mais pour chercher la vérité sur le Tout de la Réalité. Et ce Tout pour lui c'est la Nature. Ce qui nous apparaît, dans sa diversité, dans sa beauté c'est la nature, beauté d'un coucher de soleil, d'un paysage, diversité de ce qui s'offre au regard, milliers de feuilles toutes différentes d'un arbre, fleurs sauvages d'un champ, colonne de fourmis. Au-delà de la terre, c'est l'univers, étoiles, planètes. C'est la nature naturée, créée par la nature naturante, la Nature, qui se cache derrière ce qu'elle crée et donne à voir. Le hasard est ce qui œuvre à l'aveugle, sans plan préconçu, sans but, sans téléologie d'ensemble mais avec une finalité pour chaque être créé, qu'il soit bon pour la vie, fait pour vivre sa vie de chien, de fourmi, de feuille.

    Pour la 1° fois, Marcel Conche emploie un mot qu'il n'a jamais employé, le principe énergie. Le principe unique et suprême de l'existence et de l'activité universelles c'est le principe énergie, un principe infini, éternel, impersonnel, il y a l'énergie, principe unique faisant apparaître, disparaître toute chose, tout « être », en nombre indéfini, soit un nombre fini qui aussi grand qu'il soit ne rejoindra jamais l'infini, nombre indéfini d' « êtres », nombre incommensurable mais jamais infini, sans origine ni fin car le temps est éternel.

    Marcel Conche a de nombreuses fois montré les impasses où nous conduit l'usage du mot « être », la confusion entre « être » et « exister ». À l'Être, il substitue le Il y a. L'Être n'est pas Dieu. Il y a l'Énergie. La créativité hasardante (hasardeuse) de la Nature, créativité depuis toujours et partout, ce qui veut dire que ce qui « est », qui « existe » ne vient pas de rien et ne retourne pas au rien, au néant . Cette créativité aveugle est le fait de l'Énergie perpétuelle, de la Vie éternelle qui fait que toute chose créée est bonne, faite pour la vie, pour vivre son temps de vie fini. Les choses, les êtres créés, livrés à la vie, à la mort ne forment pas dans leur incommensurable, leur indéfinie diversité, un ensemble ordonné, cohérent, un monde. Chaque être a son monde, le monde de l'abeille, le monde de la mouche, ces mondes sont en quelque sorte inaccessibles à toute connaissance, l'abeille ne peut accéder au monde de la mouche et l'homme pas davantage. Et ces mondes sont inassemblables. Il n'y a pas l'ensemble de tous les mondes. On ne peut trouver un ordre, un sens à toutes ces créations. Seulement qu'issues de la Vie éternelle, elles sont vivantes, éphémères, changeantes, de la jeunesse à la vieillesse et à la mort. Mais à la différence des religions, la signification de la mort ne nous est pas donnée. Anaximandre, le premier philosophe, ayant intuitivement compris que le fini ne peut engendrer le fini, pense que seul l'infini peut engendrer l'indéfini des finis. La mort s'expliquant par une sorte de justice cosmologique, un rendu pour un donné. On meurt parce qu'on a eu du pot d'apparaître, faisant injustice à ceux qui n'ont pas eu ce pot (un spermatozoïde accrocheur s'accrochant bien à un ovule mais SVP ne me réduisez pas à ce hasard et ne développez pas non plus la chaîne causale, spermato paternel, ovule maternel et en remontant), réparation de l'injustice première pour d'autres chances, d'autres malchances. Quand on pense que ça date de 2700 ans, que ça tient dans une phrase, remarquablement commentée par Marcel Conche dans son Anaximandre (PUF).

    L'homme comme création de la Nature a comme caractéristique, que n'ont pas les autres êtres, d'être dans l'Ouvert, il l'est quand il échappe aux soucis de son monde de paysan, quand il est homme naturel qui contemple, qui pense, qui juge, qui éprouve. Cet homme peut donner à sa vie, un sens, une valeur, librement, alors que sa vie est éphémère, qu'il n'emportera rien, que tout ce qu'il aura réalisé sera oublié, disparaîtra. S'il veut le meilleur de ce qu'il est capable de créer, créateur un peu à l'image de la Nature (créer c'est ne pas savoir à l'avance ce qu'on va créer), il vivra comme un sage tragique, voulant le meilleur qui par la mort ne vaut pas plus que ce qui ne vaut rien. Cette indifférence de la Nature à la valeur est essentielle à éprouver. Le choix de nos valeurs, choix qui fonde notre éthique, notre manière de vivre nous appartient, les uns pour l'argent, les autres pour le pouvoir, d'autres pour la gloire, d'autres pour le bonheur, un peu pour la vérité. Nous pouvons aussi vivre comme les feuilles au vent d'Homère ou jouer aux dés ou à la roulette russe (chargée si possible) les moments clefs de notre vie, APBLC.

    Cette sagesse tragique voulue par Marcel Conche me semble être issue de sa 1° métaphysique, celle de l'apparence absolue. Tout est voué à disparaître sauf le Tout, le Il y a. Mais on voit bien qu'il y a une inégalité, la mort est la destination de toute chose, de tout être, elle n'est pas la destination du Tout. La Vie éternelle, l'Énergie perpétuelle ne sont pas mortelles. Le Temps éternel n'est pas l'ennemi mortel de la Vie éternelle. Si dans le monde des apparences, dans la nature naturée, la guerre est père de toutes choses selon Héraclite, la guerre n'est pas le principe à l'oeuvre par et dans la Nature. Le principe Énergie (qui donne Vie) crée des êtres bons pour la vie, c'est-à-dire équipés pour vivre. Une vie saine favorisera une espérance de vie plus grande qu'un vie d'excès. On peut décliner chacun pour soi ce que suppose au quotidien, de vivre selon sa nature, sa singularité, son unicité. C'est créer en quelque sorte sa vie et non pas suivre un chemin écrit d'avance, suivre des préceptes inculqués par une éducation qui conforme. Une vraie éducation laïque, éducation à l'universel, favoriserait ce devenir ce que l'on est. Mais on peut aussi vivre APBLC, se livrer à l'aléatoire ; je crois qu'il faut une sacrée force, un sacré détachement pour vivre ainsi SDF, précaire quand c'est par choix ce qui doit être rare. Il y en a d'autres qui utilisent le détachement à des fins spirituelles mais ne pratiquant pas la méditation transcendantale, je fais silence, le propre du sage que je suis en train de devenir.

    L'énergie évoquée par Marcel Conche a un statut de principe, d'évidence ; elle n'est pas définie. Je pense qu'il faut éviter de la voir comme la voit les savants (e = mc2) mais aussi comme la voit des traditions spirituelles fort anciennes.

    Il me semble que la 2° métaphysique de Marcel Conche, sa métaphysique de la Nature, avec son principe Énergie peut ouvrir une autre perspective que la sagesse tragique telle que conçue, pratiquée par lui : faire ce que je peux de meilleur même si cela doit disparaître. Cette sagesse tragique se vit dans le temps rétréci, le temps des projets, le temps court de nos vies. Elle ne se soucie pas du temps infini, éternel qui est celui de la Nature et dans lequel nous sommes inscrits, comme un éclair dans la nuit éternelle dit Montaigne.

    Certes, je suis mortel, je le sais et philosophe, sage plutôt, je l'accepte. Mais mon corps mort ne va pas au néant, au rien, il n'y a pas de rien ; il n'y a pas Rien puis quelque chose ; la question pourquoi quelque chose plutôt que rien n'est pas une question métaphysique ; il y a depuis toujours et partout et ce il y a qui engendre ce qu'il y a, tout ce qu'il y a, dans sa diversité indéfinie, c'est le principe énergie ; mon corps mort se dégrade en un degré inférieur de la matière, non matière vivante et pensante, mais matière inerte. Comme le mot matière me parle peu, je préfère dire que mon corps mort revient au grand brassage particulaire, revient à l'énergie. Venu des poussières d'étoiles, il retourne aux poussières d'étoiles, restitué à la Vie comme énergie pour d'autres usages au hasard.

    Incidente : les sciences tentent toujours d'expliquer le supérieur par l'inférieur. En ce sens, elles dégradent les spéculations élevées en spéculations grossières mais l'homme expliqué par l'animal n'est plus l'homme, l'âme expliquée par le corps n'est plus l'âme, la pensée expliquée par le cerveau n'est plus la pensée, la vie expliquée par la matière n'est plus la vie (page 199).

    Quant à ce que nous avons pensé, éprouvé, nos productions immatérielles, en même temps qu'elles passaient, nevermore, elles devenaient vérités éternelles, forever, en ce sens que rien ne peut faire que ce que j'ai dit, pensé, éprouvé à tel ou tel moment n'ait pas été dit, pensé, éprouvé. Dans la mesure où ces productions immatérielles sont en nombre indéfini, de notre naissance à notre mort, on peut dire que toute notre vie s'inscrit comme vérité éternelle dans le « monde des vérités », que notre livre d'éternité s'écrit au fur et à mesure de notre vie, enregistrant tout, fidèlement, sans falsification possible, que ce livre d'éternité n'est pas écrit d'avance, qu'il ne servira à aucun jugement dernier puisque sont enregistrées aussi bien nos bonnes pensées, nos bonnes actions que les mauvaises.

    Ma métaphore du livre d'éternité de chacun est à prendre avec des pincettes. Ce livre enregistre-t-il au fur et à mesure dans un ordre chronologique ? Ce livre est-il une suite aléatoire de feuillets sans queue ni tête à notre image , suite même pas reliée mais feuillets volants livrés aux vents des univers ? Il faudrait un vrai nouveau Cyrano de Bergerac pour imaginer ça.

    Évidemment, j'ignore si le temps utilisé dans ce livre relié ou délié est le temps qui se compte en secondes Bleu Giotto, temps linéaire. Est-ce un temps circulaire, celui des cycles menstruels pour les dames ou celui du rythme priapique saccadé pour les messieurs, celui des saisons ? Il y a là un petit problème que je laisse aux génies.

    J'ignore où se situe ce « monde des vérités », cette bibliothèques des idées dont Marcel Conche dit qu'elles sont éternelles, indépendamment de la langue, mortelle, dans laquelle elles sont formulées (page 46). J'ignore dans quel espace-temps nos productions immatérielles retournent, sont enregistrées pour l'éternité, un peu à la manière de nos traces ineffaçables sur internet.

    J'ignore si cette bibliothèque avec tous nos livres d'éternité est bien rangée, j'ignore si des usages sont faits et par quoi, par qui, de nos idées, de nos émotions, de nos sentiments mémorisées.

    C'est peu probable que ce soit bien rangé dans la mesure où nos vies sont assez peu ordonnées, sensées. Nos vies sont largement gouvernées par le hasard, au petit bonheur la chance (la martingale APBLC existe en Bourse ; il a été montré qu'un Parlement travaillerait mieux si une fraction importante des représentants du peuple était tirée au sort dans la population puisque ces députés ou sénateurs aléatoires obligeraient les professionnels de la politique à oeuvrer dans l'intérêt du plus grand nombre et non pas pour leur seule clientèle).

    Nos décisions, des milliards de décisions, de choix, sont rarement pensées, elles sont irrationnelles pour la plupart, hasardées comme le fait la Nature, à la différence que nous, nous choisissons ou hasardons des coups de dés à effets secondaires imprévisibles, bénéfiques ou maléfiques car nous ne décidons pas pour que ça vive, que ça favorise la vie mais pour que ça rapporte, que ça nous mette en avant. Nos milliards de coups de dés, nos milliards de coups de roulette russe (à blanc ou chargée) pour vivre au jour le jour comme nos plans de carrière, nos plans d'épargne, nos plans de retraite pour vivre rassuré, assuré, tout ça semble produire un patchwork indescriptible, un désordre généralisé, universel, du mouvement brownien indéfini, non saisissable même par les machines statistiques les plus sophistiquées, les plus puissantes. C'est le règne des processus stochastiques. On comprend que les savants préfèrent chercher et trouver des constantes universelles que les lois du chaos humain.

    En tout cas, il me semble qu'on peut décliner des usages possibles dans notre vie de chaque jour de cette métaphore du livre d'éternité que nous écrivons, dans le plus grand bordel. On passe du nez dans le guidon qu'on contrôle, croit contrôler à une perspective sidérale et sidérante de schuss et de slaloms hors-piste sur poudreuse imprévisible et avalanches pressenties.

    La science peut-elle nous éclairer ? Il me semble que le savoir, les connaissances scientifiques, innombrables, non connues, non maîtrisées, mal articulées par la plupart des gens ne peuvent nous servir à voir vraiment, d'autant que ce que l'on sait accroit exponentiellement ce qu'on ne sait pas.

    Comment voir le ciel si on essaie de le voir comme univers avec ce que l'on sait aujourd'hui de l'univers. Cet univers des savants est un objet intelligible, difficilement intelligible d'ailleurs et cela est vrai de toutes les disciplines, comprises de quelques-uns seulement ; ce n'est pas un univers que je vois. Et toutes les animations en 3D qu'on me présente ne me font pas voir. Je vais éprouver de l'émerveillement ou de la terreur devant les chiffres proposés, les images présentées. Mais je ne vois plus le ciel sans voir pour autant l'univers.

    Pareil pour le corps devenu planches anatomiques et animation des minuscules qui nous colonisent, de quoi te foutre la trouille tellement ce savoir te disperse quand toi tu te vois un.

    Le savoir va complexifier, peut-être même dissoudre notre vision. On perdra le regard naïf, le regard étonné qui fut celui qui inaugura la philosophie, le regard de l'homme naturel, de l'homme dans l'Ouvert. Ce savoir n'est pas propice à vivre en vérité dans la mesure où ce savoir se veut pouvoir sur la nature et sur l'homme selon le projet de Descartes (devenir maître de la nature), projet qui nous conduit dans le mur.

    Jean-Claude Grosse

    Marcel Conche et JCG à Beaulieu; Marcel à la foire du livre de Brive 2014
    Marcel Conche et JCG à Beaulieu; Marcel à la foire du livre de Brive 2014
    Marcel Conche et JCG à Beaulieu; Marcel à la foire du livre de Brive 2014
    Marcel Conche et JCG à Beaulieu; Marcel à la foire du livre de Brive 2014

    Marcel Conche et JCG à Beaulieu; Marcel à la foire du livre de Brive 2014

    Lire la suite

    La dernière génération d'Octobre / Benjamin Stora

    5 Avril 2013 , Rédigé par grossel Publié dans #jean-claude grosse

    La dernière génération d'Octobre / Benjamin Stora

      La dernière génération d'Octobre

    Benjamin Stora

    Pluriel / Hachette Littératures

     

    img-1.png

     

    Ce livre m'a été offert lors de mon court séjour pour Marilyn après tout, à Lille, où j'ai rencontré des anciens de l'OCI (organisation communiste internationaliste dite lambertiste), dont la femme de Jean-Loup Fontaine, responsable de la région Nord Pas-de-Calais aux temps anciens de ma militance frénétique.

    Jean-Loup Fontaine était cadre dans les PTT et il a été un dirigeant syndical régional apprécié. Il avait un violon d'Ingres, la poésie. Il fut récompensé par le prix Max-Pol Fouchet en 1993 pour L'Âge de la parole aux Éditions de la Différence. Mais il était décédé précocement d'un cancer, quelques jours avant le prix. Un dirigeant politique engagé dans la vie réelle que j'ai accueilli à Corsavy à l'occasion d'une ou deux cargolades (avec le vin bu au pourou, à la régalade) pendant des vacances d'été après les camps de formation à Chamrousse. 

    Je suis rentré à l'OCI en octobre 1969, après un GER (groupe d’études révolutionnaires) de quelques mois. Le mouvement de mai 1968 m'avait entraîné dans sa lame de fond. Enseignant depuis 4 ans au Lycée du Quesnoy, je me suis spontanément investi dans la grève et toutes les activités inhérentes à un tel investissement  : membre élu du comité de grève du lycée, présence aux commissions de réflexion pour une école du gai savoir, membre élu aussi du comité de grève de la ville, nouveau pouvoir municipal, ayant à résoudre problèmes de collectes d'argent et d'approvisionnement de la population. Cela me valut d'être contacté par le PCF. Je déclinai l'offre. L'entrée des chars brejneviens à Prague le 20 août 1968 me dissuada définitivement de fréquenter ou de voter pour ce parti. Les élections des 22 et 29 juin 1968 furent une énorme claque. Il me fallut être à l'OCI pour comprendre. Le PCF en soufflant à de Gaulle en 1° page de L'Humanité, fin mai, le mot d'ordre de Dissolution de l'Assemblée Nationale, Élections anticipées, donna à la CGT les moyens de faire reprendre le travail à 10 millions de travailleurs en grève, pour que la question du pouvoir se règle par la voie électorale. Le mot d’ordre de l’OCI a été Comité national central des comités de grève. On eut droit à l'Assemblée bleue CRS la plus musclée de la 5° République. Un leader CFDT d'Usinor à Trith Saint-Léger que j’avais fréquenté pendant le mouvement résista à cette reprise. Il écrivit plus tard un livre sur cette « trahison » par la CGT et le PCF. Je cherche vainement à retrouver son nom. Le PCF n'a fait que régresser au fil du temps. Le 29 juin, je ne pus voter, notre fille naissant ce jour-là. Des gens bien intentionnés dirent qu'elle naquit le poing levé.  Avec un collègue, nous eûmes droit à la destruction par le feu, sur la place de la ville, de nos mannequins, comme cela se fait dans le nord pour Caramantran. Devant le lycée, sur le goudron, nos noms à la peinture blanche et l'inscription Heraus. En 1974, lorsque je quittai le nord pour le sud, les inscriptions y étaient encore.

    J'eus le temps en mai 68 d'aller à Paris pour une ou deux manifestations et à Nanterre où j'étais inscrit en 3° cycle de sociologie avec Henri Lefebvre comme directeur d'un mémoire sur la sociologie des lieux communs que je n'ai jamais terminé, sans doute parce qu'impossible d'y travailler sans moyens informatiques permettant d'établir des corpus, de quantifier afin de valider ou d'infirmer des hypothèses sur le poids et la stabilité des lieux communs dans les mentalités, selon les sexes, les âges, les milieux sociaux, la localisation régionale. Je reste persuadé de l'intérêt d'un tel sujet, l'étude des mentalités étant aujourd'hui un élément essentiel de la compréhension des comportements collectifs, de la résistance aux changements. J'ai interviewé Cohn-Bendit et quelques autres, Duteuil, Granotier,  qui m'exposèrent leur théorie et pratique de la provocation-répression-élargissement ou généralisation. J'ai rencontré Baudrillard, Loureau, Lefebvre, Castel (je l'avais déjà eu comme professeur à Rennes pendant mes années Saint-Cyr, 1959-1961). Ma curiosité était diversifiée. J’en ai parlé dans Mai 68, Emmanuelle Arsan, Emmanuelle, nous et moi (doux émois)

    À la rentrée de 68, j'adhérais sur incitation de mon collègue incendié, à la CIR (Convention des institutions républicaines, mouvement de François Mitterrand, où je participais à la commission relations parti-syndicats). Sûr que si j'y étais resté, j'aurais fait de la politique autrement, peut-être en carriériste. Mais survint un événement, l'absorption de l'usine de bonbons Lutti par La pie qui chante. Grève avec occupation. Je demande que notre section intervienne. Réponse  : Lutti n'est pas l'épicentre de la lutte des classes. Cela me choque. J'interviens quand même, tombe sur des militants de l'OCI qui eux interviennent. Je me fais exclure de la CIR et rejoins 9 mois après, l'OCI. J'avais fait une expérience concrète du double langage de la social-démocratie ou du réformisme. Je ne fus ni du 1° ni du 2° Congrès d'Épinay (juin 1970, juin 1971).

    À l'OCI, j'eus la responsabilité de plusieurs amicales, donc responsable d'un rayon, pseudo Redon, pensant à des grèves de ce temps en Bretagne, tout en militant syndicalement d'abord au SGEN, ensuite au SNES (tendance EEFUO) et enfin au SNLC-FO. Je suis resté à l'OCI qui devint OT puis PCI jusqu'à fin 1980 (jusqu'en  1974 dans le Nord, puis ensuite à Toulon) où je fus, avec une dizaine d'autres, exclu du PCI puis réintégré après appel à la commission de contrôle du parti par Pierre Lambert lui-même descendu à Toulon. Mais la violence de ce qui nous était arrivé nous avait définitivement coupé de tout désir de militer.

    À la différence de Benjamin Stora - j'ai dix ans de plus - mon engagement ne compensait pas un exil et une solitude. Lui quittait l'Algérie en juin 1962, moi j'y arrivais en septembre et j'y suis resté jusqu'en février 1964. Je dirigeais une compagnie de transmission étalée sur 300 kilomètres de Tizi-Ouzou à Miliana. Je garde de ce séjour algérien - après mes 2 années à Saint-Cyr où j'ai vécu le schisme provoqué par l'OAS et les partisans de l'Algérie française, opposés par la violence de la guerre civile au reniement de de Gaulle ayant opté pour l'indépendance, au cœur des élèves-officiers de l'armée française (nous étions clivés, partagés et souvent ça finissait mal dans les travées des dortoirs le soir) - un bon souvenir (occupant à titre de protection des maisons de pieds-noirs abandonnées, en particulier à Tipasa, tout près des ruines dont Camus a parlé, négociant avec des fatmas de mechtas la préparation de couscous pour les hommes, me promenant tranquillement dans la casbah où quelques mois plus tôt, je me serais fait égorger), bref, j'ai côtoyé un peuple doublement manipulé qui avait payé un lourd tribut pour son indépendance et qui me paraissait sans haine envers les occupants en voie de retrait. Dans le midi, à partir de 1974, j'ai vécu l'inverse, le ressentiment aveugle des pieds-noirs et de leurs enfants, petits-enfants.

    Je me suis rendu compte plus tard que les Algériens avaient été très divisés, deux clivages, entre harkis et indépendantistes (les harkis paient encore cher leur engagement aux côtés des Français), entre messalistes et FLN. Chose étonnante  : c'est pendant qu'il est à l'OCI que Stora fait sa thèse sur Messali Hadj, soutenu par l'OCI quand la Ligue communiste révolutionnaire soutient le FLN. Moi, j'ai entendu parler de Messali Hadj entre 1959 et 1961 à Saint-Cyr. L'armée, pour accomplir ses missions, sait utiliser tous les savoirs dont elle a besoin  ; c'est ainsi que j'appris que la revendication d'indépendance remontait à 1917, que Messali Hadj avait créé l'Étoile Nord-Africaine dès 1924 puis le Parti du Peuple algérien puis le MNA, mouvement national algérien, que le FLN était une dissidence du MTLD de Messali Hadj. Enfant de troupe à Tulle, je remontais pendant les vacances à Paris dans le 18° arrondissement à la Goutte d'Or, vivant avec mes parents et mon frère dans une chambre d'hôtel, quand MNA et FLN s'entretuèrent dès 1955. Cela se passait la nuit malgré le couvre-feu.

    Je me souviens des cours d'action psychologique à Saint-Cyr qui visaient à laver le cerveau des opposants ou à gagner le cœur des populations avec les techniques en vogue des sciences humaines. (deux conceptions  : infiltrer, déstabiliser et détruire y compris par la torture l'ennemi, choix d'un certain nombre de militaires, genre Aussaresses - j'appris la torture par des élèves-officiers marocains et tunisiens, comme le nom des poseuses de bombe, Djamila Bouhired, Djamila Boupacha mais pas Zohra Driff -  ou couper le cordon entre population et terroristes en gagnant le cœur des populations, rôle du 5° bureau et des SAS). Le manuel d'un officier français sur les techniques de la guerre d'Algérie est devenu la bible de l'armée américaine pour ses guerres contre le terrorisme, préfacé par le général Petraeus  : Contre-insurrection - Théorie et pratique du lieutenant-colonel français, David Galula. Mais comme le remarque Stora, la guerre d'Algérie ne fut pas au cœur des préoccupations des révolutionnaires qui lorgnaient vers le Viet-Nam, l'Amérique Latine, la Palestine. Lui s'en est fait l'historien reconnu.

    Quant à moi, en juin 2002, j'organisais un bocal agité algéro-varois sur les 40 ans de l'indépendance et le retour des pieds-noirs, avec 5 auteurs algériens dont 2 femmes et 5 auteurs français dont 2 pieds-noirs, bocal de 3 jours avec livre publié à Gare au théâtre et représentation des textes par les compagnies varoises au Revest. En novembre 2002, j'organisais un théâtre à vif sur le 60° anniversaire du sabordage de la flotte. Je pense que de telles actions ont fini par lasser les tutelles soutenant l'action théâtrale des 4 Saisons du Revest d'où mon éjection en septembre 2004 de la maison des Comoni, le théâtre du Revest que j'avais créé et dirigé bénévolement 20 ans durant.

    Le vécu militant de Stora fut bien sûr le mien  : militantisme frénétique selon la méthode objectifs-résulats. Réfléchissant à ce volontarisme, à ce subjectivisme forcené, l'historien en voit la principale raison dans l'analyse très déterministe (matérialisme historique, l'histoire comme science) de la situation politique (pas une réunion sans analyse de la situation, toujours mobile) sous l'invariant des forces productives devenues destructives, évidence ou principe intangible du programme de transition de Trotski élaboré en 1938. 30 ans après c'était le même constat économique et politique d'où l'effondrement du capitalisme est imminent, d'où dégénérescence des appareils d'état bourgeois, imminence de la révolution  et comme, autre fondement du programme de transition, la crise de l'humanité se résout à la crise de sa direction révolutionnaire, il y a urgence à construire le parti, d'où fierté d'en être un constructeur actif et conscient, sentiment de supériorité puisque on sait où on va, même si on ne sait pas où ça va et comment ça y va (la révolution ne se décrète pas et ne se lit pas dans le marc de café).

    J'ai observé le même type de fonctionnement idéologique dans le mouvement de Jacques Cheminade, Solidarité et Progrès, quand je me suis intéressé à leurs propositions économiques, bien ciblées, lors de la présidentielle de 1995 (0,28% des voix). Catastrophisme de la situation (en 2013, la situation est toujours catastrophique comme en 1995, comme en 1968) donc urgence à intervenir, à s'engager.

    Organisations pompe à fric par conséquent au nom de l'indépendance du mouvement. À l'OCI, la phalange, la cotisation mensuelle, était de 10% du salaire. Ajoutées à cette taxe, les incessantes campagnes financières et d'abonnements à Informations Ouvrières. La méthode objectifs-résultats est  une méthode d'inspiration capitaliste censée combattre le capitalisme par des moyens capitalistes comme on combattait le stalinisme ou le gauchisme avec les méthodes staliniennes c'est-à-dire avec violence et autres ruses visant à s'assurer le contrôle des AG.

    On trouvera dans ce livre nombre d'autres réflexions. Je retiens que mon séjour dans l'OCI a été le moment le plus propice au développement de ce parti. L'objectif de 10000 militants avait été fixé après l'arrivée au pouvoir de Mitterrand en 1981, le PCI ayant joué un rôle non négligeable dans ce succès en appelant au vote Mitterrand sans condition dès le 1° tour. Mais je n'étais plus au parti et j'avais été choqué du choix du parti après tout ce que j'avais entendu sur Mitterrand, ministre répressif pendant la guerre d'Algérie et sur ce qu'il avait été pendant la guerre, ses liens avec Bousquet. Les fluctuations tactiques et stratégiques d’un parti aussi rigide sur l’analyse de la situation ont donné ce « chef d’œuvre », la candidature de Schivardi, candidat des Maires de France à la présidentielle de 2007. Ils ont dû refaire les professions de foi suite à la plainte de l’association des maires de France et Shivardi a fait 0,34% des voix. En 2012, Cheminade a fait 0,25%.

    Si j'en crois Stora, la doxa rigide du PCI qui faisait que cette organisation était atypique dans le paysage politique (Lutte Ouvrière aussi) a facilité l'adhésion, de jeunes en particulier, en recherche de repères, d'inscription dans une histoire. En militant, on entrait dans une famille et une histoire, une double histoire, celle du trotskisme héritier d'Octobre après la bureaucratisation des PC et celle du mouvement ouvrier international, gangrené par la social-démocratie et le stalinisme. La classe ouvrière mythifiée, universalisée comme sauveuse de l'humanité, cela empêchait de regarder à côté, de voir l'émergence d'autres mouvements, féministe, homosexuel, écologiste, jeunes branchés musique et drogues douces ou plus, remontée du religieux, des communautarismes, du racisme... Cela dispensait de penser, de produire de la théorie économique, politique  ; on vivait sur des acquis vieux de 30 ans et plus. Le PCI était fermé à la nouveauté. Peu curieux de littérature, peinture, cinéma, théâtre, culture. Un parti hors mode. Changer le monde mais pas la vie. Les débats sur la vie quotidienne et encore moins les essais de vie autrement qui avaient agité les débuts de la révolution d'Octobre (Anatole Kopp  : Changer la ville, changer la vie, plus les livres importants de Henri Lefebvre, aujourd’hui de Pierre Rahbi) n'étaient pas à l'ordre du jour. Cela engendrait aussi des exclusions à la pelle comme dans le mouvement psychanalytique, des réécritures des récits fondateurs, bref des pratiques cautionnées par le centralisme démocratique, un oxymore qui a causé les plus grands dégâts.

    Après le PCI, Stora a quelques temps cherché à construire une aile gauche au PS. On voit bien que de telles tentatives, sans cesse reprises, ne donnent rien. Les lois de l'histoire sont plus fortes que les appareils dit le programme de transition. La preuve n'en a pas encore été faite.

    Pour ma part, dès 1983, je suis devenu conseiller municipal du Revest-les-Eaux jusqu'en 1995. J'ai contribué à y créer un festival de théâtre puis un théâtre, la Maison des Comoni, que j'ai dirigé bénévolement pendant 21 ans. En 1997, je me suis présenté aux législatives anticipées sans étiquette mais sur une ligne de rupture avec la finance internationale (loi Glass-Steagal, mise en faillite des produits financiers dérivés toxiques, poursuite pénale de Soros qui avait spéculé contre le franc ...) et sur une ligne de rupture avec les partis comme moteur de la démocratie parlementaire, préconisant des candidatures de citoyens sur la base de signatures citoyennes (j’ai fait 1% des voix dans la 3° circonscription du Var, celle où Yann Piat avait été assassinée, en 1994).  En 2006, je suis rentré au PS pour soutenir la candidature de Ségolène Royal  ; j'ai vite compris qu'on devait son échec de 2007 pour l'essentiel au PS dont je suis sorti. En 2008, j'ai conduit une liste contre le maire actuel sur un programme de village écocitoyen et mes collègues avaient décidé avec moi qu'on renoncerait à nos indemnités pour les mettre au service de projets citoyens d'intérêt collectif. Le bon exemple ne nous a pas suffi pour gagner. On a quand même fait presque 15% des voix. La quasi-totalité de la liste de 2008 s'est représentée en 2014, moi m'abstenant en raison de mon âge, même programme, 28% des voix, 3 élus d'opposition. Ça ne suffit pas à faire évoluer le village ou plutôt le maire, professionnel de la politique, peu soucieux de laisser le souvenir d'un "visionnaire". Voir mon article: Le Revest, histoire d'un échec collectif. Devenu colibri, je l'ai vu en janvier 2016 pour lui parler incroyables comestibles et auto-suffisance alimentaire. Il faut 5 ha de terres agricoles. Réponse: nous n'en avons que 3. Les écoles du Revest ne profiteront pas des produits cultivés au Revest alors qu'il y a La Tourravelle, en friches et en ruines. À comparer avec le domaine de Tourris, redevenu productif avec 1200 oliviers et 5 ha de vignes. Je renonce définitivement à m'intéresser au devenir de ce village-dortoir de résidents aisés pour la plupart.

    Si nous en sommes où nous sommes, je pense que nous le devons à notre soumission volontaire. Nous nous complaisons dans les contradictions, et les tentatives de mettre de l'ordre, de résoudre logiquement, humainement les situations sont généralement vouées à l'échec. Je pense de plus en plus que nous sommes agités par des forces et des énergies de faible valeur, de petite amplitude, style vide quantique et ses fluctuations, rien à voir avec le grand soir vainement attendu, les petites et grandes explosions de violence sociale comme moteur de l’Histoire, que nous sommes joués au milliardième de seconde dans des jeux de toutes sortes (les jeux financiers se jouent avec des machines et des modèles mathématiques donnant des milliards d'ordres à la seconde) et que nous sommes à l'image de ce qui se passe dans l'univers. Nous devrions développer des métaphores (une métaphore est sans doute plus heuristique qu’un concept, nous avons besoin de pluralité de significations dans un monde et un univers aussi opaques où la transparence n’est atteinte qu’occasionnellement) empruntées à l'univers et à ses incertitudes (je dis  incertitudes pour prendre le contre-pied du scientisme qui ne parle que de lois, d'ordre, de constantes quand les plus récentes découvertes et théories semblent nous acheminer vers l'inconstance des constantes) pour tenter de parler de nous. Ne sommes-nous pas agités comme des mouvements browniens de 7 milliards de particules, d'hominuscules  dans un bocal nommé Terre ?         

     

    JCG

     

    Lire la suite

    Sur l'analyse (en Lacanie)

    5 Décembre 2009 , Rédigé par grossel Publié dans #jean-claude grosse

    Après la pause philo du 28 novembre 2009
    sur la psychanalyse et Lacan
    à la médiathèque de Hyères


    30 personnes se sont retrouvées dans l’auditorium de la médiathèque.
    La pause philo fut particulièrement interactive entre Marie-Paule Candillier, Jean-Claude Grosse et le public. Ce fut une séance pour apprendre, comprendre, interroger.
    Qu’est-ce que je retiens pour ma gouverne de cette séance ?
    Celui, celle qui se lance dans une analyse au long cours ou dans un face à face thérapeutique de moindre durée ne s’y lance en général que parce qu’il est en souffrance. Il croit que l’analyste devant lui, derrière lui, détient un savoir sur l’inconscient et qu’il pourra l’éclairer sur le fonctionnement de son propre inconscient. Ce n’est pas la position que prend l’analyste, il n’est pas un maître, un gourou qui sait et transmet. L’analysant se met au travail, travaille sur ses rêves et autres formations de l’inconscient et de ce travail naît un savoir, son savoir sur comment ça fonctionne pour lui, savoir progressif, jamais achevé, il y a un reste incernable, l’objet (a). Mais ce cheminement  des signifiants S2 vers un signifiant S1 qui serait le signifiant le destinant, le liant à un destin, le sien, permet à l’analysant de se retrouver au plus près de son désir, de sa vérité donc. Cela lui permet de se désenchaîner partiellement des chaînes des signifiants à l’œuvre dans son inconscient, de le soulager de certaines souffrances, du poids de certaines valises car nous portons tous des valises héritées de l’histoire familiale, valises que nous acceptons de porter, devons porter au moins jusqu’à un certain point. Les bénéfices  d'une analyse se situent en général du côté d’un décalage de la position de l’analysant par rapport à son désir, ce décalage entraînant un décalage de sa position par rapport à lui, aux autres, au monde.
    Si j’ai été « construit » autour de cette phrase rabâchée pendant toute mon enfance : «  tu t’en sortiras bien tout seul », la focalisation sur le « seul » me permettra de comprendre que je l’ai pris au pied de la lettre puisque effectivement je suis toujours seul, je n’ai pas réussi à poser une relation durable. Puis la focalisation sur  le « sortir » me fera prendre conscience qu’il me faut toujours sortir, que je m’arrange toujours pour « sortir » du jeu, d’une relation. La focalisation se fera peut-être aussi sur le « bien »… Ce n’est qu’un exemple qui ne remplace pas le chemin fait par tout analysant.
    Toute la souffrance ne sera pas évacuée car la pulsion de mort est toujours à l’œuvre, ouvrant à quelque chose que l’analyse ne peut réduire, la jouissance qui n’a rien à voir avec le plaisir : on jouit de souffrir. Cet irréductible du ça, c’est l’objet (a).
    Ce qui m’importe dans ce que j’ai compris, c’est que la vérité du sujet se situe du côté du désir inconscient, refoulé du sujet. Je ne nierai pas que ce fonctionnement soit réel. Je pense que si nous sommes êtres de désir, nous sommes aussi êtres de volonté. Et il me semble  que si pour certains, il leur faille aller à la rencontre de leur « vrai » désir (ils ont été piégés par le désir d’autres du milieu parental, maman, papa), il est sans doute possible à d’autres de mettre leur volonté au service de leur désir, même si ce désir n’est pas trop élucidé. Avec leur volonté, ils conscientiseront ce qu’ils vivent pour devenir le plus possible cause de soi et non conséquence des « choix » pour moi de maman, papa…
    Pour concrétiser cette position, je renvoie à : Analyse de l’amour de Marcel Conche aux PUF.
    Jean-Claude Grosse


    Pourquoi vivons-nous tellement
    au-dessous de nous-mêmes ?
      

        Un pour-autrui nous oriente en profondeur. C'est non moins un par-autrui qui anime notre épaisseur personnelle, comme relative autonomie. Il ne s'agit pas de quelqu'un (ou plutôt de quelques-uns) mais de sa " forme ", peut-être changeante. Au plus intime de nous, nous est vitale pour devenir quelqu'un une sorte de forme abstraite de l'autre, structurant notre histoire et structurée par elle.
        En tant que solitudes, nous sommes éminemment sociaux et pourtant radicalement coupés de la société. Car l'autre qu'il nous faut pour devenir n'est jamais suffisamment là avec nous. Il est structurellement ce qui fait défaut d'être là et c'est précisément pour cela que nous en avons un besoin vital. Quand autrui manque tout simplement, nous ne pouvons vivre qu'au-dessous de nous. Même chose quand il est trop unique. Seule une multiplicité d'autres, actuels et possibles (et pas n'importe lesquels), peut nourrir une unicité multiple de la personne.
        Ce genre d'autrui n'est fourni par aucune société tout court, mais on devrait pouvoir attendre d'elle qu'elle favorise optimalement ce pour et par autrui des solitudes. S'il est vrai que nos vies sont fondamentalement orientées par une adresse à on ne sait jamais trop qui de pourtant très concret, on devrait y être plus attentif en soi et chez les autres. Si autrui est notre nécessaire levain, nous devrions nous inquiéter radicalement de devoir vivre la plupart des hommes comme une simple pâte. Evidemment, ce n'est pas que tous puissent entrer en résonance intime avec nous, mais, pour que nous ayons des chances réelles et renouvelées de nous adresser à quelqu'un et d'être adressés par lui, il faudrait que la vie en société des hommes puisse offrir autre chose que le terrain et le spectacle quasi constants de leur traversée indifférente, de leur absence concomitante d'intériorité et d'extériorité.
        Par exemple, une société mercantile comme la nôtre ne peut pas sans monstruosités nier et dévoyer le besoin profond d'être soi par et pour autrui. Le plus mystifiée qu'elle soit, l'adresse fondamentale qui nous anime resurgit alors en béance du sens de la vie, en lourd semblant fatal d'un non-devenir personnel et commun.
    G.L.



    Lire la suite